Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPParadise Lost › Obsidian

Paradise Lost › Obsidian

détail des votes

Membre Note Date
Rastignac      mardi 10 novembre 2020 - 10:58
torquemada      mardi 10 novembre 2020 - 11:24
B.      mardi 10 novembre 2020 - 15:50

cd • 11 titres • 55:54 min

  • 1Darker Thoughts05:46
  • 2Fall from Grace05:42
  • 3Ghosts04:35
  • 4The Devil Embraced06:08
  • 5Forsaken04:30
  • 6Serenity04:46
  • 7Ending Days04:36
  • 8Hope Dies Young04:02
  • 9Ravenghast05:30
  • 10Hear the Night05:34
  • 11Defiler04:45

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré, masterisé, produit, mixé par Jaime Gomez Arellano à l'Orgone Studio. Enregistrements additionnels au Black Planet. Co-produit par Paradise Lost.

line up

Steve Edmondson (basse), Greg Mackintosh (guitare), Aaron Aedy (guitare), Nick Holmes (voix), Waltteri Väyrynen (batterie)

Musiciens additionnels : Heather Mackintosh (chœurs [8]), Alicia Nurho (violon [1,7])

remarques

Disponible en vinyle, CD, fichiers numériques. "Hear the Night" et "Defiler" ne sont disponibles que sur la version digipak européenne "limitée". Illustration par Adrian Baxter.

chronique

IL y a bien quelque chose de constant chez Paradise Lost, c'est leur passéisme. Ils sont en permanence tournés vers le passé, quand c'était mieux, avant, quand tout était beau et limpide alors que maintenant tout est moche et boueux... c'est sans doute le propre de ces musiques étiquetées gothiques, de faire tout son beurre, de miser toute sa créativité sur la case "impair", le nombre 13, ou la couleur noire... Il y a quelque chose qui par contre commence à changer chez eux, c'est que les albums commencent un tout petit peu à se ressembler, à force c'est bien normal, mais vous n'allez pas entendre un truc de néo métalleux ou de new waveux - juste un poil de Tool ? de Sisters of Mercy ? Enfin, je les entends partout donc ça compte pas... Paradise Lost demeure quand même depuis quelques albums un groupe de doom / death mid-tempo, "gothique", se la jouant de temps en temps plus doux, moins rêche, mais toujours constant dans les tendances suicidaires et l'angoisse... le tout assaisonné d'artifices qui vont enrober le dessert de sucre (violons), de bois (les guitares), de paillettes ternes (orgues, piano, les autres bruits, cf. intro ultrasymphodoom de "Ravenghast"). Et le gâteau ? Comme d'habitude, on aura droit à de la rythmique ultra régulière, n'existant que pour soutenir les arpèges de MacKintosh, ses solos ultra sobres, et ses gros riffs de gros doomeux anglais - dont la remarquable mandale bourrinologique entendue sur le quasi "stoner" "The Devil Embraced", Aedy, Edmondson et "le batteur" soutenant de même la voix de Holmes, chantant, growlant, alternant peut-être un peu plus que d'habitude entre ces deux aspects. Sans oublier dans le cahier des charges les tubes obligatoires - ici c'est "Fall from Grace" ou "Ghosts", vous choisissez comme lorsqu'on s'amuse à pile ou face, à chaque coup on perd un peu de ce qu'on pourrait gagner de l'autre côté... rah... Cet album, ces tubes sont donc à reprendre en chœur devant le PC en assistant à son festival virtuel préféré, tout pinté de muscadet acheté par correspondance chez Picard, le cul vissé si fort que les lombaires sont dorénavant douloureuses nuit et jour, debout, assis, couché. Finalement, le nez devant l'écran la boucle est bouclée : la beauté réactionnaire de ce qui jamais ne revivra embrasse l'auditeur et le conforte dans sa névrose d'homme moderne perdu entre l'angoisse de mourir et celle de ne pas assez bien vivre. Telle une grenouille dans une casserole d'eau tiède, Rastignac reconnait donc une nouvelle fois le talent rare de Paradise Lost pour chanter l'inconfort, la déprime, et se sent même amusé de voir que ce groupe obsédé par la nostalgie n'a jamais, finalement, si mieux collé à l'esprit des temps.

note       Publiée le mardi 10 novembre 2020

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Obsidian".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Obsidian".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Obsidian".

Raven › jeudi 12 novembre 2020 - 17:22  message privé !
avatar

"mais ils n'ont jamais à mes oreilles commis de choses indéfendables". Pareil. Avec les années depuis ma découverte du "I am Nothing" et des Icon / One Second, j'éprouve un profond respect pour ce groupe, peut-être pas aussi impressionnant qu'un Type O ou aussi coloré qu'un Tiamat, mais dur à la tache et foutrement cohérent malgré les changements de style. Je les qualifierais de bâtisseurs de cathédrale, si ça sonnait pas nunuche comme une certaine comédie musicale. Notamment depuis Faith Divides, j'ai vraiment la sensation que chaque album est comme une pierre de taille, ajoutée à une autre. The Plague Within étant la plus belle, en toute subjectivité. Pas encore écouté celui-ci.

Twilight › jeudi 12 novembre 2020 - 13:08  message privé !
avatar

Amen ! Pour ma part, j'avais un peu lâché l'affaire histoire de reprendre mon souffle et je m'y suis remis voici deux ans. La pause m'a fait du bien parce que du coup, l'enthousiasme est remonté d'un seul coup pour toutes les dernières productions et j'aime encore plus le groupe maintenant.

Rastignac › jeudi 12 novembre 2020 - 09:41  message privé !
avatar

J'ai sans doute noté large (mais bon les notes, les notes... c'est pas si important). C'est vrai qu'il y a un ou deux morceaux sur la deuxième moitié qui pêchent un peu plus... en fait, ce que je me disais l'autre jour, si on regroupe le meilleur des trois quatre derniers albums, il y aurait moyen d'avoir la pierre philosophale du paradis perdu "dernière génération".

Ça reste quand même, vu la longévité du groupe, vu le style joué, une gageure de garder un tel niveau dans leur production, sur à peu près toute leur carrière. IL y a peut-être des albums qui ont un peu plus fâché certains auditeurs, mais ils n'ont jamais à mes oreilles commis de choses indéfendables, et ça, y en a peu dans le métal un peu méchant qui peuvent s'en vanter.

Note donnée au disque :       
Dane › mardi 10 novembre 2020 - 21:20  message privé !

Doit-on encore attendre un chef-d’œuvre de PL ? Le groupe est un peu en pilotage automatique depuis pas mal d'années. J'entends par là qu'ils produisent des albums un peu du même niveau (4-5 boules) et la régularité à laquelle ils les sortent me conforte dans cette idée. "Darker Thoughts" le tube pour moi.

Twilight › mardi 10 novembre 2020 - 18:30  message privé !
avatar

Je suis entièrement d'accord. PL est le seul du genre à me faire cet effet, cette forme de spleen boueux dans lequel je m'enveloppe avec délectation encore et encore. Un chouia déçu par ce dernier (mais seulement un chouia et uniquement parce que j'en attendais un chef-d'oeuvre), ce qui n'empêche pas mon petit coeur de battre à chaque écoute. Encore un peu frais pour trancher mais entre 4,5 et 5, le dernier s'affichant comme une vraie option.