Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPParadise Lost › Lost Paradise

Paradise Lost › Lost Paradise

cd | 10 titres

  • 1 Intro
  • 2 Deadly inner sense
  • 3 Paradise Lost
  • 4 Our saviour
  • 5 Rotting misery
  • 6 Rotting misery
  • 7 Frozen illusion
  • 8 Breeding fear
  • 9 Lost Paradise
  • 10 Internal torment

enregistrement

The Academy, hiver 1989

line up

Nick Holmes (chant), Greg Mackintosh (guitare), Aaron Aedy (guitare), Stephen Edmonson (basse), Mathew Archer (batterie)

chronique

Styles
metal extrême
death metal
doom metal
Styles personnels
doom/death metal

"Lost paradise" fait partie de ces albums qui ont marqué leur époque, pas du genre "créateur", mais à mon sens plutôt "démocratisant". Pensez donc, mélanger doom et death metal, ce n'était pas vraiment commun à l'époque (a part Autopsy, ou Winter..). Voilà donc ce que propose ces cinq Anglais : une base foncièrement death metal ("Internal torment 2" en témoigne clairement...), mais ralentie à l'extrême, pour devenir carrément pachydermique sur certains morceaux ("Paradise lost" en tête), un chant caverneux totalement hurlé et pas vraiment contrôlé, des solos sortant d'on ne sait où, mais à la constante mélodique des plus "charmeuses". L'ambiance se dégageant de ce "Lost paradise lost" se révèle donc lourdissime et glauque à souhait, la production poisseuse et réverbérée aidant comme il se doit. Seulement, certains petits détails viennent nous rappeler qu'il ne s'agit là que d'un premier album. Le chant de Nick holmes tout d'abord, vraiment incontrollable, hurlant à tout va, assez mal mixé d'ailleurs (ah ca quand il crie on l'entend !), certains riffs assez mal sentis, une lourdeur qui ne convainc pas totalement... Bref, le genre de disque qui fait dire "ces gars là sont bons !", mais qui ne repasse cependant pas, ou alors le temps d'un morceau (pour ma part ce serait "Rotting misery" ou "Breeding fear", vraies petites perles avec leurs claviers subtils et mélodies à faire frémir bien des groupes dits "black"). Bref, un album qui fit beaucoup de bruit à sa sortie par la nouveauté de son mélange doom/death, mais qui, comparé aux albums qui lui succédèrent se révèle tout de même être un ton en dessous...

note       Publiée le dimanche 14 mars 2004

partagez 'Lost Paradise' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Lost Paradise"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Lost Paradise".

ajoutez une note sur : "Lost Paradise"

Note moyenne :        29 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lost Paradise".

ajoutez un commentaire sur : "Lost Paradise"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lost Paradise".

born to gulo › vendredi 27 novembre 2015 - 10:02  message privé !

C'est la qualité du disque.

Note donnée au disque :       
Potters field › vendredi 27 novembre 2015 - 09:45  message privé !

j'adore cette pochette

fallon › mercredi 3 octobre 2012 - 15:08  message privé !

un disque assez inégal, le style de Paradise Lost est assez déroutant mais a le mérite de l'originalité. Pas un chef d'œuvre loin de là mais un disque auquel on s'attache malgré ses défauts: chant "spécial", lourdeur des riffs parfois lassante...Mais la magie opère sur certains titres.

Note donnée au disque :       
taliesin › mercredi 3 octobre 2012 - 11:48  message privé !

Après avoir encore écouté le génial 'Symbol Of Life' puis celui-ci, je me dis que réellement il s'agit de mes deux favoris, et que ce premier opus mérite la note maxi...

Note donnée au disque :       
taliesin › samedi 28 juillet 2012 - 23:30  message privé !

En parlant de 'Rotting Misery' et 'Breeding Fear' justement, deux morceaux que j'apprécie particulièrement, je suis en train d'écouter le single "In Dub" qui reprend ces deux titres... Bon, un peu fouteur de gueule je trouve, car rien de dub là dedans, et très peu de différence par rapport aux titres du lp ! Nonobstant, du très bon ! Sinon, pour revenir à cet album, j'adore surtout 'Internal Torment II', découvert par ailleurs sur la très singulière compile "Vile Vibes"... Pour finir, il faut noter - c'est un avis strictement personnel bien sûr - que ce premier méfait n'est pas si facile d'accès qu'il en a l'air (surtout par rapport aux suivants) et qu'il faut y revenir pas mal de fois pour l'apprécier !

Note donnée au disque :