Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPParadise Lost › Draconian times

Paradise Lost › Draconian times

cd • 12 titres

  • 1Enchantment
  • 2Hallowed Land
  • 3The Last Time
  • 4Forever Failure
  • 5Once Solemn
  • 6Shadowkings
  • 7Elusive Cure
  • 8Yearn For Change
  • 9Shades Of God
  • 10Hands Of Reason
  • 11I See Your Face
  • 12Jaded

enregistrement

Great Linford Manor et Ridge Farm Studios, Angleterre, janvier - mars 1995

line up

Nick Holmes (chant), Gregor Mackintosh (guitares), Aaron Aedy (guitares), Steve Edmondson (basse), Lee Morris (batterie, percussion)

remarques

L'édition cdmfnx 184 est limitée et se présente sous la forme digipack dans un boitier noir feutré.

chronique

Cet album de Paradise lost est remarquable de constance dans la mesure où tous les titres sont de très bonne facture du début à la fin du disque. L'inspiration et la puissance sont au rendez-vous et font sans aucun doute de ce "Draconian times" le meilleur album du groupe qui essayera ensuite de s'ouvrir à des horizons musicaux différents. Le gros point faible du disque est le chant qui est loin d'être parfait (on a l'habitude avec Paradise lost !), mais bizarrement cela ne nuit pas à l'atmosphère générale du disque, et on reste au final sur une excellente impression globale.

note       Publiée le mardi 3 octobre 2000

chronique

Ahah avec cette chronique, je sens d'ici l'odeur irrespirable des tomates pourries et autres légumes autrefois utilisés dans les scènes d'humiliation. Car vous l'aurez compris au vu de ma note plus bas, ce "Draconian times", j'en suis désolé, mais j'ai du mal... Et je souris déjà à l'idée de voir la tronche des défenseurs de cet album quand ils voont lire l'argumentaire positif ci-dessus. Car à vrai dire, je ne suis pas vraiment de l'avis de chris. Après un "Icon" éblouissant, lourd et inspiré, Paradise Lost rajoute encore un peu d'eau dans son vin pour donner ces "temps draconiens". Nick Holmes oublie quelque peu son influence James Hetfield et se lance enfin dans de vraies parties chantées avec plus ou moins de bonheur, sa tonalité restant le cul entre deux chaises (à savoir heavy et goth). L'ambiance pesante disparait peu à peu pour donner une espece de heavy metal vaguement tristounet, accélérant mollement par instants ("Once solemn" assez réussie, ""The last time" qui me donne de l'urtiquaire avec son harmonies ultra basique), posant des ambiances parfois intéressantes ("Forever failure" seule compo qui tire réellement son épingle du jeu à mon sens, "Shades of god", "jaded" typique du groupe), mais qui souffre de la comparaison avec son prédecesseur. J'y trouve un côté kitsch bien trop pregnant qui me gâche l'écoute. L'atmosphère désespérée me semble absente ici, malgré ses quelques perles nous rappelant qu'il s'agit de Paradise Lost ("Jaded", "Forever failure" je le répète sont des classiques). Mais vu la présentation qu'on m'avait fait de cet album, genre le "mega chef d'oeuvre ultime triste de la mort", ma déception fut immense. Trop facile cet album quelque part, avec son lot de titres inutiles ("Elusive cure", "Yearn for change" qui me fait penser à Sentenced) malgré je le répète une ambiance qui lui est propre et un feeling qu'on ne retrouvera nulle part ailleurs. Bref, si je veux bien comprendre que certains soient touchés par cette beauté froide, de mon côté, en froid chroniquer (bas du front pour certains) je resterai... de marbre.

note       Publiée le vendredi 19 mai 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Draconian times".

notes

Note moyenne        61 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Draconian times".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Draconian times".

Fryer › dimanche 18 octobre 2020 - 11:03  message privé !

Second skin ça va, mais yeuroticcaaaaaa, c'est plus difficile. Je le ressort néanmoins toujours avec plaisir

yog sothoth › samedi 17 octobre 2020 - 17:07  message privé !
avatar

Je pensais plus à SIN/pecado (avec "2nd skin, 2nd skin, haaaaaaahaaaaaahaaaaa", quel purge ce titre) qui est plus contemporain de Draconian times. Butterfly effect, j'aime assez ses relents Samael aussi.

saïmone › samedi 17 octobre 2020 - 16:49  message privé !
avatar

Butterfly Effect reste bien frais quand même

Note donnée au disque :       
yog sothoth › vendredi 16 octobre 2020 - 12:13  message privé !
avatar

Je trouve que c'est un des disques dans ce genre (le metal/goth d'ex-gros métalleux quoi) et de cette époque qui a le mieux passé les années. Quand tu le compares au Tiamat justement, voir à Judgement d'Anathema ou aux Moonspell qui ont bien souffert, ici la prod passe toujours bien et on s'épargne volontiers de trop sombrer dans la tristitude mièvre.

zugal21 › vendredi 16 octobre 2020 - 10:59  message privé !

Je précise : un Korbac d'ici m'avait dit que ceci peut " rejoindre " certains Tiamat. Moi au début, je me demandais l'intérêt de ce disque en premières apparences mal dégrossi avec James Hetfield au chant. Et puis ça a pris forme, c'est devenu homogène et compact, exit le ressenti Hetfield, et 48 minutes qui filent comme l'éclair.

Note donnée au disque :