Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCChildren Of Bodom › Hatebreeder

Children Of Bodom › Hatebreeder

9 titres - 38:05 min

  • 1/ Warheart (4:08)
  • 2/ Silent night, bodom night (3:12)
  • 3/ Hatebreeder (4:19)
  • 4/ Bed of razors (3:57)
  • 5/ Towards dead end (4:54)
  • 6/ Black widow (3:58)
  • 7/ Wrath within (3:52)
  • 8/ Children of bodom (5:13)
  • 9/ Downfall (4:33)

enregistrement

Astia studios, decembre 98 - janvier 99 par Anssi Kippo.

line up

Alexi Wildchild Laiho (chant, guitare), Alexander Kuoppala (guitare), Henkka T. Blacksmith (basse), Janne Warman Pimeys (claviers), Jaska Raatikainen (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
heavy/black metal

Après un éblouissant premier album, revoici notre ami Alexi Laiho et ses amis qui nous reviennent avec une nouvelle rondelle joliment nommée "Hatebreeder". Bon, il n'y pas à dire, c'est ce que l'on pourrait appeler "l'album de la consécration" pour COB. En effet, malgré l'exceptionnelle qualité de "something wild", celui-ci n'est sorti que dans une certaine confidentialité, le rattachant ainsi à la scène underground. L'erreur sera magistralement réparée sur cet album qui propulse le groupe à un niveau hallucinant. L'album est composé de 9 titres tous parfaits et complémentaires, comprenez par là que pas un titre ne ressemble à un autre et c'est ce qui en fait la force. Si l'on devait coller une étiquette à ce groupe, on pourrait le qualifier de heavy/black symphonique, mais beaucoup plus heavy que black en vérité. Il est clair que des titres comme "Silent night, bodom night", "Bed of razors" (avec sa magnifique mélodie et son tempo à la Bathory) ou "Black widow" ne trompent pas et consistent en de magnifiques pièces heavy saupoudrés d'une voix black et d'une technique irréprochable. Le reste est tout aussi excellent : "Warheart" très speed et technique (c'est une habitude avec COB !), "Wrath within" très branchée power metal ou les hymnes "Children of bodom" et "Downfall" tous deux magnifiques et enivrants de mélodies. Bref, une nouvelle perle me direz vous, mais c'est sur ce point-là que je reste perplexe : alors que "Something wild" jouissait d'un effet de surprise et d'une fougue impressionnante, ce "Hatebreeder" est beaucoup plus posé et calme, perdant toute la déliquessence du style de même que son "aura" black metal. A vous de voir si celà vous plaira ou non, pour ma part : j'adore !

note       Publiée le jeudi 24 janvier 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Hatebreeder".

notes

Note moyenne        75 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hatebreeder".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hatebreeder".

pokemonslaughter › samedi 2 juin 2012 - 17:47  message privé !
avatar

j'ai réécouté récemment (je rappelle que cette chronique fut écrite il y a 10 ans...), et bien ça passe toujours à peu près je trouve. Ca a affreusement vieilli, mais il y demeure une certaine fougue de jeune étalon qui rend la chose toujours aussi fraiche. Du bon mauvais goût quoi, comme la pochette.

Note donnée au disque :       
Seijitsu › samedi 2 juin 2012 - 16:47  message privé !

+1

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › samedi 2 juin 2012 - 16:36  message privé !

On s'en branle de Maiden, et y a encore des gens pour s'offusquer qu'on leur chie dessus ? Me dites pas que c'est subversif.

Note donnée au disque :       
Seijitsu › samedi 2 juin 2012 - 16:23  message privé !

Ne m'obligez pas à appeler Coltranophile en renfort.

Note donnée au disque :       
prowler › samedi 2 juin 2012 - 16:02  message privé !

C'est toi qui craint "se chie d'ssus"...