Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLustmord › The Word As Power

Lustmord › The Word As Power

cd | 7 titres

  • 1 Babel [9:44]
  • 2 Goetia [5:05]
  • 3 Chorazin [17:14]
  • 4 Grigori [14:01]
  • 5 Andras Sodom [7:20]
  • 6 Abaddon [12:13]
  • 7 Y Gair [8:30]

line up

Brian Williams

Musiciens additionnels : Jarboe (voix), Maynard James Keenan (voix), Soriah (voix), Aina Skinnes Olsen (voix), Giorgia Maniates (voix)

chronique

Au commencement était le Verbe. Puis, au contact de la terre, naquirent les premières réverbérations. The Word As Power n'est plus tout à fait du Lustmord, mais une véritable rencontre et recherche électroacoustique entre Brian Williams et différents chanteurs, collaborateurs récurrents pour certains, nouveaux pour d'autres : Jarboe, Maynard James Keenan, Soriah, Anna Skinnes Olsen, Giorgia Maniates. M'étant offert le tirage limité de l'artwork de Simon Fowler avant le disque, c'est celui-ci qui m'a mené vers celui-là : les deux sont intimement liés, le mot ouvrant la dimension de l'invocation, donc de la création, donc de la séparation et ainsi de suite ; le dessin illustrant à merveille cette fragmentation successive, car The Word As Power parle bien du pouvoir investi de la parole et de la voix humaine. Jamais le son ne prendra le dessus sur les chants, fûssent-ils improvisés ou traditionnels, ce qui se passe ici étant plutôt de l'ordre de la symbiose. Les voix incantatoires génèrent des paysages qui s'agglutinent autour des ondes en lents ressacs, ce qui rappelle somme toute ce que faisait Deathprod autour des grincements de cordes de violon. On retrouve aussi par moments le grand froid du Silver Tree de Lisa Gerrard, perdu entre crispation digitale et spiritualité abstraite, dénuée de référents. Mais là où Lisa glissait un peu sur des surfaces lisses, Lustmord évite l'écueil en se concentrant sur le son lui-même devenant matière primordiale autour de laquelle les références glissent sans s'accrocher ; écrasées devant – précisément – le pouvoir du mot, comme en atteste le pétrifiant 'Grigori' qui sonne comme un barrage de chants de gorge s'approchant dangereusement de l'auditeur. Le calme relatif reprend ses droits sur 'Andras Sodom' où une voix féminine descend une échelle mélodique, en réponse à une voix masculine et un écho en constante augmentation. Les portes de ce monde très solennel se refermeront sur une note funèbre d'une grande beauté, pas si éloignée des moments les plus éthérés de Fovea Hex, autre expérience sonore aux portes de l'irréel. Je ne sais ce que Lustmord nous réserve mais voilà facilement son meilleur travail depuis belle lurette ; la beauté du geste étant que sa présence est ici à peine perceptible, bien que le résultat soit remarquable à tous points de vue.

note       Publiée le lundi 10 mars 2014

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

partagez 'The Word As Power' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Word As Power"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Word As Power".

ajoutez une note sur : "The Word As Power"

Note moyenne :        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Word As Power".

ajoutez un commentaire sur : "The Word As Power"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Word As Power".

Wotzenknecht › samedi 27 août 2016 - 13:50  message privé !

Nouvel album space-ambient en septembre pour Lustmord, cette fois chez Touch !

SEN › samedi 25 octobre 2014 - 10:19  message privé !

Wahouhou !!! Je suis tombé sur ce disque par hasard, et sur le cul par la même occasion !

Note donnée au disque :       
allobroge › vendredi 14 mars 2014 - 01:06  message privé !

Mon dieu quel bel album alliant voix heavenly et splendides nappes ténébreuses. Un régal!

Note donnée au disque :       
Hallu › lundi 10 mars 2014 - 21:33  message privé !

On en attendait pas grand chose, on pensait encore à une collaboration mitigée. Au final il s'agit peut-être de l'album le plus viscéral de Brian depuis "Heresy". Les voix sont vraiment bien implémentées, la fusion avec les sons électroniques est nickel.

Note donnée au disque :       
Melas_Khole › lundi 10 mars 2014 - 21:16  message privé !

Les vocaux qui introduisent "Babel" font étrangement écho à ceux de "Song of Cutting and Drying" de l'album Yamato Gensho de Geinoh Yamashirogumi. Ceci étant, très bel album de la part du britannique, le meilleur depuis belle lurette.

Note donnée au disque :