Vous êtes ici › Les groupes / artistesRMonica Richards › InfraWarrior

Monica Richards › InfraWarrior

cd • 14 titres

  • 1Gaia (introduction)
  • 2I am warrior
  • 3Fell to regret
  • 4In answer
  • 5Into my own
  • 6The Antler King
  • 7Sedna
  • 8The hunt
  • 9This is not a dream
  • 10Death is the ultimate woman
  • 11We are the one
  • 12Like animals
  • 13The turnaway
  • 14A good thing

enregistrement

Enregistré au Wisperthal Studios, Los Angeles, Californie, USA par William Faith à l'exception de quelques collaborations extérieures.

line up

Chad Blinman (batterie), William Faith (basse, guitare, percussions), Matt Howden (violon), Paul Mercer (violons), Marzia Rangel (violoncelle), Monica Richards (chant, programmation, claviers), Jarboe (vocaux), Lustmord (production), Kambriel (violon arabe), Curse (percussions), Karin (vocaux), Fred 'Freak' Smith (guitare), Lloyd Richards (récitation masculine), Malgorzata Wacht (vocaux), Betsy Martin (vocaux)

remarques

chronique

'InfraWarrior' ou les différentes facettes de Monica Richards à l'image des photos du livret: prêtresse païenne, conteuse médiévale, gothique post punk...En réalité, le concept du disque est plutôt homogène, une réflexion un brin new age sur l'homme et ses rapports avec la Terre Mère et les conséquences qui pourraient en résulter. Rien d'étonnant à trouver un certain nombre de morceaux aux atmosphères rituelles, presques tribales ('The Antler King', 'Gaia') mais traitées de manière contemporaine un peu à l'image des travaux récents de Mother Destruction, à ceci près que Monica y glisse quelques tentations dark wave et des influences gothiques. La programmation côtoie donc des éléments de percussion traditionnels, les plages ambient précèdent des structures éléctriques ('This is not a dream'), parfois dans la même chanson ('Into my own') et les synthés flirent avec les violons. Niveau vocal, le chant se fait tantôt incantatoire, tantôt 'normal', exercice auquel Monica nous avait habitués au sein de Faith and the Muse déjà et les parallèles avec la Siouxsie des 90's ne sont pas totalement faux non plus. Niveau collaborateurs, la chanteuse s'est bien entourée puisque sont présents, outre son compagnon William Faith, Matt Howden, Jarboe et même Lustmord (qui signe la musique de 'The Hunt', belle composition de nappes basses). Ces éléments font de 'InfraWarrior' un disque plutôt réussi mais qui n'échappe pas à certaines faiblesses. Quelques titres ambient auraient selon moi pu être raccourcis ('The turnaway', 'Gaia'), surtout quand les vocaux sont récitatifs, car l'album finit par traîner (Etait-il nécéssaire d'y faire figurer quatorze compositions ? Onze auraient suffi). Qui plus est, si le thème est assez clair et homogène, l'alternance de titres rythmés et d'autres plus méditatifs, gage d'équilibre d'un point de vue positif, paradoxalement empêche selon moi de considérer 'InfraWarrior' comme l'album thématique qu'il voulait être pour ressentir plutôt l'impression d'une compilation. On y trouve pas mal de belles réussites qui valent l'achat mais au final, voilà travail solo qui manque son but et finit par ressembler à un exercice de style, réussi certes mais un brin creux.

note       Publiée le mardi 31 juillet 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "InfraWarrior".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "InfraWarrior".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "InfraWarrior".

Richard › lundi 3 avril 2017 - 14:50 Envoyez un message privé àRichard

Et oui, tout arrive...réussir à être déçu par un album de la grande Américaine. Je l'avais acheté à sa sortie et n'avais vraiment pas accroché. Nouvelle chance plus de dix ans après et toujours cette même sensation d'un album long, voire trop long, un poil ennuyeux. Il reste toujours cette voix magistrale, mais j'ai l'impression parfois d'une compilation "Nature et Découvertes"..."Kindred" redressera heureusement la barre, de sorte qu'"InfraWarrior" peut s'apparenter à un tout petit accident de parcours.

Note donnée au disque :       
julius_manes › mercredi 2 février 2011 - 17:11 Envoyez un message privé àjulius_manes

Hormis le sublime "In answer", cet album est relativement moyen...

Note donnée au disque :