Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLustmord › A Document of Early Acoustic and Tactical Experimentations

Lustmord › A Document of Early Acoustic and Tactical Experimentations

cd • 13 titres • 72:41 min

  • 1A.T.M.O.M.04:14
  • 2Headplate05:01
  • 3Sibling04:54
  • 4Murderwrecker06:21
  • 5Slabstone05:36
  • 6Arise06:40
  • 7Credo/Nemo04:54
  • 8Beast of burden, beast of prey05:29
  • 9Ovenblast (live 10.1)05:46
  • 10Amok (live 2.82)06:57
  • 11Words of voice04:23
  • 12Boneing of men06:11
  • 13Of bones of men04:04

enregistrement

Enregistré aux studios EMS, Angleterre, 1982 ; remasterisé par Brian Williams, 1991

line up

Brian Williams (tous instruments)

Musiciens additionnels : Nigel Ayers (Nocturnal Emissions) et Nigel Dunster (voix additionnelles)

remarques

Réédition du tout premier album vinyle de Lustmord sur Sterile Records (1982) + bonus
Existe en version limitée avec livret en impression argentée.

chronique

Styles
ambient
indus
ovni inclassable
Styles personnels
ambient industrielle et expérimentale

Brian Williams est sans conteste le père de ce que l'on appelle communément aujourd'hui la 'dark ambient'. À l'instar de ses collègues et amis de SPK, Coil et bon nombre d'autres, il figure parmi les grands de la musique industrielle et ambient, reconnu pour ses capacités à engendrer les pires cauchemars avec ses bandes-sons apocalyptiques. Cette réédition des tous premiers travaux augure déjà une propension à utiliser des sons inhumains et des structures inhabituelles (nous sommes en pleine émergence industrielle, sur les traces de Throbbing Gristle et consorts). Ce 'Document' est surtout une curiosité pour qui s'intéresserait de près à l'œuvre du Gallois exilé aux États-Unis où il poursuit parallèlement une activité de compositeur de musiques de films et d'environnements sonores hétéroclites. Très brut et minimaliste, cet album regorge déjà de nappes étirées et grondantes à peine dérangées par des sonorités métalliques et des voix distantes qui confèrent presque un caractère rituel à cette musique étrange ('Slabstone', 'Sibling', 'Credo nemo'). Le côté industriel pur est présent (époque oblige) notamment sur 'Murderwrecker' et son côté death industriel (je ne parle pas de metal attention ;) ) qu'on peut retrouver notamment chez Megaptera ou MZ.412, pour citer les rejetons les plus durs. Pas le meilleur album pour aborder Lustmord, mais intéressant pour sa valeur historique et sa qualité avérée bien évidemment.

note       Publiée le lundi 15 novembre 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "A Document of Early Acoustic and Tactical Experimentations".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A Document of Early Acoustic and Tactical Experimentations".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A Document of Early Acoustic and Tactical Experimentations".

Wotzenknecht › samedi 2 mai 2009 - 15:43  message privé !
avatar

à l'ancienne, avant sa période poétique

Note donnée au disque :       
VL › jeudi 28 juin 2007 - 21:22  message privé !
avatar
Ce truc est une tuerie!
Note donnée au disque :       
Vicious.666 › mardi 16 novembre 2004 - 15:56  message privé !
Bien, mcerci pour ces explications. Maintenant, je saurai ce dont il s'agit quand je verrai l'expression "Harsh Black metal"... par exemple !
Marco › mardi 16 novembre 2004 - 15:24  message privé !
avatar
C'est une xpresion qui signifie 'dur' dans le sens garessif, noise, bruyant si tu préfères ; on emploie ce terme surtout avec d'autres, tout seul c surtout un adjectif de plus. C'est un terme anachronique en ce qui concerne Lustmord, la 'harsh noise' ou 'harsh indus' étant une notion appliquée à partir de la moitié des 90s evnviron, grâce à des labels comme Ant-Zen notamment
taliesin › mardi 16 novembre 2004 - 15:22  message privé !
Hmmm, disons que l'on utilise en général ce terme pour qualifier le côté "rude" de la musique. Un peu le contraire de "smooth", finalement.
Note donnée au disque :