Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCarcass › Reek of putrefaction

Carcass › Reek of putrefaction

22 titres - 39:41 min

  • 1/ Genital grinder - 2/ regurgitation of giblets - 3/ Maggot colony - 4/ Pyosisified (rotten to the gore) - 5/ Carbonized eyesockets - 6/ Frenzied detruncation - 7/ Vomited anal tract - 8/ Festerday - 9/ Fermenting innards - 10/ Excreted alive - 11/ Suppuration - 12/ Foeticide - 13/ Microwaved uterogestation - 14/ Feast on dismembered carnage - 15/ Splattered cavities - 16/ Psychopathologist - 17/ Burnt to a crisp - 18/ Pungent excruciation - 19/ Manifestation of verrucose urethra - 20/ Oxidised razor masticator - 21/ Mucopurulence excretor - 22/ Malignant defecation

enregistrement

Rich bitch studios, decembre 87-mars 88 sur un 16 pistes

line up

Ken Owen (batterie), Bill Steer (guitare, chant), Jeff Walker (basse, chant)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
grindcore
Styles personnels
grind/gore

Bon, ici, la chronique va être tranquille. Carcass, tout le monde connaît hein ? Levez la main pour voir ? Bon, pour les 2 du fond, va falloir leur expliquer la (compliquée) discographie de ce groupe culte. Tout commença dans le sang et le gore avec ce premier opus élégamment nommé "Reek of putrefaction" (pas besoin de faire un dessin, vous avez bien compris). Il n'empêche que malgré cet aspect rebutant, cet album est tout de même créateur d'un style : le grindgore (frère jumeau du grindcore créé par Napalm Death la même année) qui sera par la suite fortement copié par des groupes comme Haemorrhage, Regurgitate, Impetigo etc... Tout ce que l'on peut dire sur cet album, c'est qu'il n'a rien de musical ! En effet, le son est pourri (mais vraiment extrême !) et les 22 titres ne se différencient que par la fréquence des cris et autres régurgitations de nos amis poètes ! Le problème avec cet album, c'est que l'on arrive à l'apprécier sans jamais vraiment comprendre pourquoi. En fait, c'est l'effet de surprise qui joue beaucoup : les voix sont d'une violence sans pareille (à peine égalées aujourd'hui !) et la musique d'une violence et sauvagerie incroyables, ce qui ma foi n'est pas une surprise puisque Carcass est le projet du guitariste Bill Steer, officiant également dans Napalm Death. Cependant, quelques titres arrivent à se détacher, jusqu'à arriver au rang de titre cultes : "Regurgitation of giblets", "Vomited anal tract" (et son solo complètement déjanté qui fait TRÈS mal aux oreilles), "Suppuration", "Splattered cavities", "Burnt to a crisp" (aux textes hilarants) et bien d'autres encore. La seule subtilité du groupe vient en fait des textes : ces derniers sont incompréhensibles pour quiconque n'a pas fait d'années de médecine ! Le vocabulaire utilisé sort tout droit du Larousse médical et sert en fait à faire passer un message quasiment punk : mettre les hommes à la place des animaux et les réduire à l'état de cobayes... Charmant n'est il pas ? Bon, en résumé, cet album est l'égal du "From enslavement to obliteration" de ND en version plus gore, et donc par conséquent, un album que se doit de posséder tout amateur de pur Grindgore, blast beats et autres cris inhumains... La première pierre ensanglantée du style a été posée...

note       Publiée le mardi 8 janvier 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Reek of putrefaction".

notes

Note moyenne        21 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Reek of putrefaction".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Reek of putrefaction".

Harry Dickson › jeudi 4 juillet 2013 - 12:16  message privé !

Quel merdier. Série médicale saison 1.

Note donnée au disque :       
BACTERIE › vendredi 31 décembre 2010 - 17:30  message privé !

apres une dissection minutieuse quasi chirurgicale des lyrics on se sent enfin pret pour l'autopsie familiale de la grand mère morte en état de putrefaction laissée dans la cave au milieu des bouteilles de pinar et des rats morts. carcass le groupe le plus rock n roll de la terre et c'est tant mieux. RIP

Note donnée au disque :       
Dead26 › samedi 16 octobre 2010 - 13:52  message privé !

Un des précurseurs du gore grind avec Impetigo. Jamais entendu des vocaux aussi monstrueux.... EURGHLL!!!!

Note donnée au disque :       
NevrOp4th › mardi 10 juin 2003 - 19:37  message privé !
C bon, trop bon, C degueu, Ah les roi du grind/gore, cette album et culte... Carcass roul'z :p
Note donnée au disque :       
taliesin › mercredi 22 janvier 2003 - 12:48  message privé !
Pffff... indescriptible cette chose ! Moi aussi je préfère "Symphonies of Sickness", mais cette plaque constitue déjà en effet la première pierre du genre. Violence invraisemblable, lyrics ultragores mais ultratechniques, soli percutants qui portent des noms effarants, borborygmes qui foutent les jetons, et au milieu de ce magma brutiste, des mélodies - si si, il y en a ! Personne depuis n'a pu nous refaire un coup pareil.
Note donnée au disque :