Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Divers › Horror Hop

Compilations - Divers › Horror Hop

cd • 31 titres

  • 1Tommy King: 'Bop Diddlie in the jungle'
  • 2The Motivations: 'The birds'
  • 3The Drivers: 'Dry bone twist'
  • 4Big Bee Kornegay: 'At the house of Frankenstein'
  • 5Kip Tyler: 'She's my witch'
  • 6Billy Sills: 'Nightmare'
  • 7The Revels: 'Foo Man Choo'
  • 8Mickey Lee Lane: 'The zoo'
  • 9Lee Ross: 'The mummy's bracelet'
  • 10Lou Chaney: 'Monster holiday'
  • 11Evans Caroll: 'The monster'
  • 12Lord Luther: 'Teenage creature'
  • 13Ben Colder: 'Shudders and screams'
  • 14The Duponts: 'Screamin ball'
  • 15The Savoys: 'The mortal monster man'
  • 16The Revells: 'Midnight stroll'
  • 17Tony's Monstrosities: 'Igor's party'
  • 18Jack Hammer: 'Black widow spider woman'
  • 19Dave Gardener: 'Mad witch'
  • 20John Sowell: 'Night mares'
  • 21Bobby Bare: 'Vampira'
  • 22Smiley Smith: 'Voo doo woman'
  • 23Tarantula Ghoul: 'Graveyard rock'
  • 24The Frantics: 'Werewolf'
  • 25Billy Taylor: 'Wombie zombie'
  • 26Macey Ross: 'Big Chief Buffalo nickle'
  • 27Kip Tyler: 'Jungle hop'
  • 28Pasquale & The Lunar Tiks: 'Moon madness'
  • 29Gary Warren: 'Werewolf'
  • 30Sonny Day: 'Creature from outer space'
  • 31Phil Carter: 'Amazon'

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

remarques

chronique

Styles
rock
Styles personnels
rockabilly

Evidemment pour un label ayant produit une telle quantité de compilations thématiques, il était logique d’arriver à l’horreur. Pour une quelconque raison, le rockabilly a vite fait bon ménage avec le cinéma d’épouvante, peut-être car tous deux occupent une part importante de la culture américaine au cours des années 50/60 (l’essor de Hollywood). Musicalement, l’exercice est intéressant car deux écoles relativement précises vont se dessiner grosso modo quant à l’écriture: le rockabilly big band jouant généralement sur l’aspect de la folie avec délires de cuivre, orchestrations barrées, vocaux idoines (Secreaming Jayk Hawkins en étant l’exemple le plus célèbres mais d’autres moins reconnus se sont amusés à ce type de vocalises) et les artistes s’inspirant des effets twang de la surf music accentuant un aspect plus lugubre même si bon enfant avec un réel travail sur les atmosphères à coups de réverbération, voir de petits bruits fantomatiques. Comme à chaque fois, j’aime à pointer les quelques essentiels quant à l’achat de ce type de compilation. On retrouve certes quelques classiques mais signalons le travail remarquable du label dans la traque de titres moins connus. Le hit du disque est selon moi le ‘Mummy’s bracelet’ de Lee Ross, un vrai joyau d’ambiance tant niveau atmosphère que mélodie: Groove tranquille, chant sensuel, alternance d’effets sur la basse et les voix pour transcrire les paroles de la momie. Un des chef-d'oeuvres du style aux côtés du 'Monster Hop' de Berty Convy étonnamment absent de cette collection. Pour le reste, beaucoup de chansons sont des variations du thème de ‘Monster mash’ ou se construisent sur des rythmiques classiques entendues maintes fois dans des séries ou des films mais quelques-unes se détachent du lot ainsi le ‘She’s my witch’ de Kip Tyler, un habitué de ce type de compilation, lent, serpentin avec un accent sur les nuances de basse, quelques éclats clairs de guitare, solo torve de saxophone. Signalons aussi le ‘The zoo’ de Mickey Lee Lane, spécialement frappadingue et dans une optique proto-psychobilly de par le timbre éraillé de l’interprète, les Frantics qui développent un esprit assez garage dans leur spontanéité cradingue ou encore Gary Warren avec son ‘Werewolf’, lugubre chevauchée qui n’est pas sans évoquer un Elvis Presley sorti de son caveau; ne négligeons pas le très dépouillé ‘Mad witch’ de Dave Gardener presque uniquement construit sur sa rythmique de cavalcade, le bel hommage de Bobby Bare à Vampira, John Sowell dont les arabesques vocales préfigurent un peu un certain Lux Interior et finalement Ben Colder qui découvre que son propriétaire n’est autre qu’un certain Franken Stein le jour où il a du retard de loyer. Ces artistes n’ayant pour la plupart que rarement une discographie très fournie, ne s’étant distingué souvent que par une paire de hits marquants, ces compilations sont de véritables boîtes à malice où piocher à qui mieux mieux pour un prix souvent dérisoire. Halloween tous les jours à la maison !

note       Publiée le vendredi 3 juin 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Horror Hop" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Horror Hop".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Horror Hop".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Horror Hop".