Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCarcass › Wake up and smell..

Carcass › Wake up and smell..

0 titres

  • Promo videos : Heartwork
  • Corporal jigsore quandary
  • Keep on rotting in the free world
  • Incarnated solvent abuse
  • No love lost
  • Grindcrusher 14-11-89 : Genital grinder II
  • Exhume to consume
  • Excoriating abdominal emanation
  • Ruptured in purulence
  • Empathological necroticism
  • Embryonic necropsy and devourment
  • Reek of putrefaction
  • Gods Of Grind 1992 London Astoria
  • Inpropagation
  • Corporal jigsore quandary
  • Reek of putrefaction
  • Pedigree butchery
  • Incarnated solvent abuse
  • Carneous cacoffiny
  • Lavaging expectorate of lysergide composition
  • Exhume to consume
  • Tools of the trade
  • Ruptured in purulence

enregistrement

Grindcrusher : Nottingham rock city, 1989. Gods Of Grind : London astoria 1992.

line up

Michael Amott (guitares), Ken Owen (batterie), Bill Steer (guitares), Jeff Walker (basse, chant)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
grindcore
Styles personnels
death/grind

Voici donc le dvd qui clôt donc la fameuse saga des anglais de Carcass. Nommé à l'instar de la compil' "Wake up and smell the carcass", ce dvd présente 2 concerts assez anciens, ainsi que l'intégralité des clips réalisés par le groupe. Parmi ces derniers, il est clair qu'on y trouve le pire comme le meilleur. Ainsi le clip de "Heartwork" s'avère excellent, retranscrivant l'histoire de la pochette du même album (et puis quel morceau mes aïeux !). "No love lost" et "Incarnated solvent abuse" ne sont pas mal du tout, notamment le second avec son bout de caoutchouc et ses effets à 2 francs mais très réussis. Je passerai sur les autres clips, inutiles au possible, présentant de simples images live du groupe même pas synchronisées avec la musique. Passons aux 2 concerts. Ici c'est encore plus extrême ! On a droit à un concert chiantissime (Grindcrusher) et un autre complètement jouissif (Gods of grind donc). Le premier présente donc un groupe peu à l'aise sur scène, le fait de n'être que trois n'arrangeant pas leur présence. Les compos majoritairement tirées de "Symphonies of sickness" ressortent assez mal, dû à un son assez moyen, et des problèmes techniques récurrents. Bref à oublier, et franchement lourd à regarder. Surtout quand on sait ce qu'il y a après ! Le live au London Astoria n'a alors rien à voir ! Son impeccable, surpuissant et précis (à partir du 2ème morceau), Bill, Jeff, Ken et Michael se déchaînent comme rarement, le public suit (ça change des morts vivants de Grindcrusher), les morceaux sont excellents et parfaitement joués avec ce petit côté live décuplant leur violence. Et pu**, "Corproral jigsore quandary" ou "Ruptured in purulence" live c'est quelque chose ! Le genre de live qui vous fait regretter de l'avoir raté. Une certaine aura magique semblait recouvrir ce concert... En tout cas un bien beau témoignage du génie musical de ce combo. Bref, au final un dvd en dents de scie, qui mérite toutefois l'achat par le fan pour ce "Gods of grind" et les quelques clips intéressants.

note       Publiée le jeudi 8 janvier 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Wake up and smell..".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Wake up and smell..".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Wake up and smell..".

P.A › dimanche 10 septembre 2006 - 19:29  message privé !
Un putain d'album qui déchire bien...
Note donnée au disque :       
hein? › vendredi 24 mars 2006 - 19:07  message privé !
moi j'préfére le live de 89 : avec steer qui bouge a peine (on dirait qu'il vient juste de commencer d'apprendre à jouer de la gratte) , le son est un peu pourave, mais c'est vraiment l'esprit grind des premiers temps et de "reef of put.." . on remarque aussi l'adorable appareil dentaire de walker ,et cerise sur le gateaux , il ne sont que 3 : le prétencieux de amott n'étant pas encore arrivé dans le groupe....
Zincarla › mercredi 11 février 2004 - 21:55  message privé !
A l'époque où j'ai commencé a mettre ce dvd dans mon lecteur, j'étais assez néophyte en matière de live "musique extreme" (arpès avoir vu Death, je relativise pas mal XD) et j'ai été assez subjuguer ! Concernant les clips, je suis bien d'accord avec Pokemonslaughter, quand il s'agit d'un véritablement, ca passe bien, mais alors les scènes de live non coordonnées c'est souvent très irritant ;p Le concert de 1992 Gods of grind, est un pur moment de jouissance absolue ;p je trouve ca vraiment phénoménal : exhume to consume, ruptured In purulence ... Quand a celui de 1989, c'est sur qu'on se croirait a des années lumières de l'autre mais bon, j'ai quand meme essayer de trouver un ptit quelque chose, et je peux pas dire que ca ne me fait rien de voir jouer le trio originel ! A notez que les gars sont hyper concentrés sur leurs instruments quand ils jouent, faut dire que le style y est pour quelque chose un peu ;p
Note donnée au disque :