Vous êtes ici › Les groupes / artistesSDavid Sylvian › Gone to Earth

David Sylvian › Gone to Earth

  • 2003Virgin 7243 5 91316 2 7 • 2 CD digipack

cd1 • 10 titres

  • 1Taking the Veil4:40
  • 2Laughter & Forgetting3:18
  • 3Before the Bullfight9:20
  • 4Gone to Earth3:06
  • 5Wave9:11
  • 6River Man4:54
  • 7Silver Moon6:19
  • 8River Man [remix]4:24
  • 9Gone to Earth [remix]1:56
  • 10Campfire: Coyote Country [remix]3:46

cd2 • 10 titres

  • 1The Healing Place5:34
  • 2Answered Prayers3:10
  • 3Where the Railroad Meets the Sea2:52
  • 4The Wooden Cross5:04
  • 5Silver Moon Over Sleeping Steeples2:22
  • 6Camp Fire: Coyote Country3:51
  • 7A Bird of Prey Vanishes Into a Bright Blue3:16
  • 8Home4:33
  • 9Sunlight Seen Through Towering Trees3:02
  • 10Upon This Earth6:30

informations

Londres, Oxfordshire, Angleterre, 1985-1986

Version digipack remasterisée de 2003... avec système anti copie

line up

Richard Barbieri (synthétiseur), Harry Beckett (trompette), B.J. Cole (pedal steel), Mel Collins (saxophone soprano), Robert Fripp (guitare, Frippertronics), Steve jansen (batterie, percussions), David Sylvian (chant, clavier, guitare, radio), John Taylor (piano), Kenny Wheeler (trompette), Ian Maidman (basse), Phil Palmer (guitare acoustique), Bill Nelson (guitare), Steve Nye (piano)

chronique

"Secrets of the Beehive" est considéré par beaucoup comme le meilleur album de David Sylvian. Même si ce disque est une des incontestables réussites de ces pauvres années quatre-vingt, je n'en reste pas moins beaucoup plus attaché à ce très chaotique "Gone to Earth". La récente réédition du catalogue de David Sylvian permet de redécouvrir l'album sous son format originel, à savoir celui d'un double album copieux, permettant de rétablir l'équilibre entre les deux facettes (son Ying et son Yang) qui sont ici exploitées. Si je qualifie "Gone to Earth" de chaotique, c'est tout simplement à la relecture des entretiens accordés jadis par le chanteur au sujet de cet album qu'il considère à titre personnel comme déséquilibré et incomplet. Apparemment, "Gone to Earth" s'est mis au monde tout seul ; il n'y avait pas alors chez Sylvian de volonté de sortir un nouveau disque, mais comme nous avons pu l'apprendre sur "Alchemy", travaillant sur de nouvelles pièces dans des cadres différents, et suite à sa rencontre avec de nombreux musiciens d'origines diverses dans un tel contexte, ce qui allait devenir "Gone to Earth" se mettait en place sans forcer, bien que, vu la montagne de travail réalisé, David Sylvian dû s'y replonger pour peaufiner l'ensemble et parachever l'oeuvre. Retrouvant Jansen et Barbieri, mais aussi Kenny Wheeler, et toujours chapeauté par Steve Nye, Sylvian s'offre les talents de Robert Fripp et Bill Nelson pour ériger un disque qui balance perpetuellement entre ombre et lumière. C'est d'autant plus vrai pour sa seconde partie, exclusivement instrumentale, où le chanteur s'efface pour laisser place au fin arrangeur et au visionnaire. L'atmosphère est moite et cotonneuse, un peu comme celle que l'on retrouve sur les titres inédits de la bande son de "Birdy", signé Peter Gabriel. "Gone to Earth" est né de circonstances exceptionnelles, et c'est souvent dans la tourmente et les remous de la création, dans cet équilibre instable, que naissent des joyaux sur lesquels personne a la moindre emprise.

note       Publiée le mercredi 17 mars 2004

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Gone to Earth" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Gone to Earth".

notes

Note moyenne        14 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Gone to Earth".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Gone to Earth".

Cera Envoyez un message privé àCera

Belle découverte. À creuser.

stickgrozeil Envoyez un message privé àstickgrozeil

Je viens de me le choper en version vinyle d'époque, et à ma grande surprise, je constate qu'il y a des titres supplémentaires par rapport à la version cd que j'ai depuis un moment. Ca, c'est un super effet Kiss cool! (pour rester dans la thématique des années 80/90). Bon, loin d'être le meilleur Sylvian, la qualité est très variable d'un titre à l'autre, mais il contient quelques fulgurances mélodico-ambiantes assez fabuleuses qui justifient la place de ce disque sur mes étagères.

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Parfait pour ce dimanche pluvieux. En accord avec le commentaire précédent, "Before the bullfight" est magnifique.

Note donnée au disque :       
(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

L'influence de Hosono et Sakamoto sur les morceaux ambient est criante. Ca donne envie d'habiter dans un appartement minimal uniquement meublé chez Muji. Dans la première partie, "Before the Bullfight" est extraordinaire. L'élégance ce Sylvian. Trop d'élégance presque parfois, mais enfin quand c'est beau, c'est beau. "Upon This Earth", avec sa guitare Fripienne impossible, est quand même capable de te coller un bon gros bourdon

zugal21 Envoyez un message privé àzugal21

Achat récent. Pas accroché de suite . Eu l'impression d'entendre une sorte de chant du cygne d'une certaine New Wave. Et puis, d'un coup, cette évidence : ce disque est magnifique.

Note donnée au disque :