Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSRyuichi Sakamoto › Merry Christmas Mr. Lawrence

Ryuichi Sakamoto › Merry Christmas Mr. Lawrence

cd • 19 titres • 40:42 min

  • 1Merry Christmas Mr. Lawrence
  • 2Batavia
  • 3Germination
  • 4Hearty Breakfast
  • 5Before the War
  • 6Seed and the Sower
  • 7Brief Encounter
  • 8Ride, Ride, Ride (Celliers’ Brother’s Song)
  • 9Fight
  • 10Father Christmas
  • 11Dismissed
  • 12Assembly
  • 13Beyond Reason
  • 14Sowing the Seed
  • 1523rd Psalm
  • 16Last Regrets
  • 17Ride, Ride, Ride (Reprise)
  • 18The Seed
  • 19Forbidden Colours

enregistrement

1983.

line up

Ryuichi Sakamoto

Musiciens additionnels : David Sylvian ((chant sur "Forbidden Colours"))

remarques

-

chronique

Essentiellement synthétique, cette bande originale composée par Ryuichi Sakamoto pour le film culte de Nagisa Oshima (dans lequel il tient lui-même le second rôle principal aux côtés de David Bowie) n’est pas représentative des travaux instrumentaux proposés par la superstar nippone au cours des années 80, après son expérience au sein du Yellow Magic Orchestra. Ce n’est pas non plus la meilleure porte d’entrée à l’univers de cet artiste réputé pour être le japonais le plus célèbre du Monde. Il s’agit malgré tout d’une de ses toutes meilleures partitions « de commande », avant qu’il ne s’attelle, plus tard, aux B.O. du Dernier Empereur et du Snake Eyes de De Palma. Ici, nous sommes dans la recherche d’ambiances oniriques, troubles, mystiques ou angoissantes, sans jamais tomber dans la noirceur totale. Plusieurs thèmes rêveurs, soyeux et délicats, ou sombres et inquiétants, offerts dans un gant de velours… alors certes, les sonorités sont tout ce qu’il y’a de plus dépassé, les textures ont pris la poussière, par moments on pense même aux B.O. de Tangerine Dream composées au cours des années 70-80 (pour Michael Mann par exemple), mais il y’a ce quelque chose de typiquement japonais dans les mélodies qui fait que je leur trouve un parfum exquis, la sobriété des compositions n’exclue à aucun moment l’expérimentation et la recherche de structures éparses, et le tout se mêle à un vrai travail de peaufinage sur chaque thème, de telle sorte que je ne vois ici rien qui ne fasse tâche. Prenez par exemple "Merry Christmas Mr Lawrence", le thème principal du film, qui sera décliné sur "Father Christmas" : une petite mélodie orientale étrange, qui carillonne gaiement, et puis les nappes de synthés en fond qui gonflent le tout, accentuent la profondeur onirique… ce thème est repris en version chantée sur "Forbidden Colours" (avec David Sylvian, chanteur de Japan - dont j’aurais à vous parler plus tard, au passage). A noter que deux titres spécifiques se détachent nettement de ces compos synthétiques : les jumeaux « Ride, Ride, Ride », doublon d’une petite chanson interprétée par un enfant (le gamin qu’on voit dans le film, lorsque le personnage interprété par Bowie se rappelle un souvenir douloureux). La version retouchée par Sakamoto a quelque chose d’insidieusement glauque derrière son innocence. Le gazouillis des oiseaux, les touches cristallines de synthé… A vous glacer le sang. Les thèmes, assez différents les uns des autres dans leur esprit tout en permettant plusieurs reprises d’un même thème d’un bout à l’autre, font la richesse de cette œuvre. Sur "The Fight", un martelage de piano obsédant, tandis que sur "The Seed And The Sower", Sakamoto s’amuse à fracturer les notes et les mélodies, pour mettre en place une ambiance étrange et fascinante, proposer plusieurs thèmes différents en un seul… et reprendre la partition principale du film sans prévenir. Sur "23rd Psalm", Ryuichi reprend le chant des soldats en posant de légères touches cristallines qui finissent par effacer les voix. Il y’a ce "A Heartly Breafkfast", inquiétant, qui rappelle certains vieux thèmes de Mike Oldfield. Il y’a aussi "Germination", unique thème au violon, légèrement tragique. Vous pourrez également glaner ici et là quelques morceaux ambient, comme "Assembly", le subtil "Last Regrets", ou "Before The War" : l’ombre et la lumière semblent à chaque fois désigner quelle est la scène qui sera mise en musique. Ce sont des pièces comme "Sowing The Seed" ou le tragique "The Seed" qui en est la mouture, absolument magnifiques, qui font les belles couleurs de cette bande originale, métissage d’influences japonaises et occidentales à l’image du film. N’hésitez pas à tenter l’expérience.

note       Publiée le samedi 1 décembre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Merry Christmas Mr. Lawrence".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Merry Christmas Mr. Lawrence".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Merry Christmas Mr. Lawrence".

E. Jumbo › dimanche 6 mars 2016 - 22:07  message privé !

Vu ce que Bowie faisait à l'époque, on peut dire qu'on l'a échappée belle

Note donnée au disque :       
(N°6) › dimanche 6 mars 2016 - 20:53  message privé !
avatar

Chaque fois que j'entends "Father Christmas" suivi du thème principal, je m'étrangle d'émotion. Incroyable thème que celui de Furyo. Incroyable film aussi, où deux popstars (Sakamoto et Bowie, aussi sublimes l'un que l'autre) se font voler la vedette par un jeune comique dans un rôle hallucinant de garde-chiourme en apparence sadique mais bouleversant quand il lance la réplique finale, Beat Takeshi me tue à chaque fois. C'est aussi assez étrange d'avoir David Sylvian qui interprète le morceau titre d'un film avec Bowie...

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › samedi 21 août 2010 - 00:47  message privé !

Gah quelle merveille que ce thème, j'ai eu la chance de l'entendre assez jeune et il m'a beaucoup marqué... Enfin je suppose que je suis loin d'être le seul. Ses quelques variations sont également superbes. La BO dans son ensemble, je saurais moins dire par contre. Le film est fantastique en tout cas...

Note donnée au disque :       
Dioneo › mardi 26 mai 2009 - 15:41  message privé !  Dioneo est en ligne !
avatar

Je me porte volontaire pour B2 Unit... À l'occasion. Au moment, quoi.

dariev stands › mardi 26 mai 2009 - 15:32  message privé !
avatar

Sakamoto why not, je ne ferai pas tout, mais les premiers oui sans doute... cela dit YMO ça n'interesse personne parce que personne n'a écouté ,c'est tout ! d'ou l'intérêt de les passer à la radio pour faire découvrir !