Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSDavid Sylvian › Approaching silence

David Sylvian › Approaching silence

3 titres - 73:45 min

  • 1/ The Beekeeper's Apprentice (32:56)
  • 2/ Epiphany (2:32)
  • 3/ Approaching Silence (38:17)

enregistrement

Metropolis Studios, Londres, Angleterre, septembre 1990 - Atma Sound, Minneapolis, USA, 1994

line up

Robert Fripp (frippertronics, voix), Frank Perry (clochettes, gongs, percussions), David Sylvian (guitare, synthétiseurs, samples)

chronique

Styles
ambient

Le retour gagnant de David Sylvian au devant de la scène avec son relativement bien accueilli "Dead Bees on a Cake" n'allait pas mettre en congé les prétentions artistiques du bonhomme. Comme le dit le dicton ; battons le fer tant qu'il est chaud ! Ainsi, toujours aussi fasciné par l'approche ambient instaurée par Brian Eno voilà maintenant une trentaine d'années, il nous propose une nouvelle anthologie de ses oeuvres expérimentales sous l'intitulé "Approaching Silence". Articulé autour de trois titres, dont deux dépassant allègrement les trente minutes, ce recueil fait en quelque sorte suite au collector "Alchemy : An Index of Possibilities" qui, comme lui, était constitué de musiques développées dans le cadre d'un spectacle ou d'un documentaire. Dans le cas présent, il s'agit de représentations multi média auxquelles Sylvian prenait part et qu'il composa entre 1990 et 1994, soit juste avant son association avec Robert Fripp. Un Fripp que l'on retrouve encore ici, un habitué dirons nous, mais pas seulement de l'univers de Sylvian ; nous dirons plutôt surtout des oeuvres à connotation ambient (conferatur ses travaux avec Eno dans les années soixante-dix ou, plus proche de nous, sa série de disques développés par le biais de ses Soundscapes). "Approaching Silence" se déroule sans heurts, gentillement, mais on ne peut pas dire que quoi que ce soit de particulièrement brillant en jaillit. Souvent ennuyeux, ses titres sont aussi passionants que les plus mauvais essais du déjà trop souvent cité Brian Eno. Mais les amateurs d'ambiances monochromes apprécieront à juste titre. Son utilisation trop timide du sampling sur "The Beerkeeper's Apprentice", par exemple, ne permet pas au titre de susciter l'attention ou un quelconque regain d'intérêt. Mais le propre d'une musique ambient n'est il pas justement de pouvoir se faire oublier, tout juste comme si elle n'était pas là, comme si elle n'avait jamais existé ? Voilà une affirmation que, sans plus attendre, je vais m'empresser de prendre au pied de la lettre.

note       Publiée le mercredi 17 mars 2004

partagez 'Approaching silence' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Approaching silence"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Approaching silence".

ajoutez une note sur : "Approaching silence"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Approaching silence".

ajoutez un commentaire sur : "Approaching silence"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Approaching silence".