Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSylvian / Fripp › The first day

Sylvian / Fripp › The first day

7 titres - 63:26 min

  • 1/ God's Monkey (4:58)
  • 2/ Jean the Birdman (4:09)
  • 3/ Firepower (10:25)
  • 4/ Brightness Falls (6:05)
  • 5/ 20th Century Dreaming [A Shaman's Song] (11:50)
  • 6/ Darshan [the Road to Graceland] (17:17)
  • 7/ Bringing Down the Light (8:31)

enregistrement

Dreamland Studios, Woodstock et Kingsway Studios, Nouvelle Orléans, USA, 1992

line up

Robert Fripp (guitare, frippertronics), Trey Gunn (chapman stick, chœurs), Jerry Marotta (batterie, percussions), David Sylvian (guitare, claviers, bandes magnétiques, chant), David Bottrill (traitements, percussions samplées, programmation informatique), Marc Anderson (percussions), Ingrid Chavez (choeurs)

chronique

Quand paraît fin 1993, cette collaboration explicite entre l'ancien Japan et le mentor de King Crimson, c'est une demi-surprise. Depuis un bout de temps déjà, des rumeurs de reformation de l'entité Pourpre circulait et David Sylvian était ouvertement pressenti comme chanteur attitré. Fort heureusement, il n'en a rien été et cette parution apporta un démenti formel. Mais il permit aussi d'y voir un peu plus clair ; motivée par Robert Fripp, cette association ponctuelle impliquait le futur intrônisé Trey Gunn (alors élève de la Guitar Craft et participant actif au dernier projet de Fripp, Sunday All Over The World). On pouvait aussi compter dans leur rang le trop rare Jerry Marotta, fidèle compagnon de route de Tony Levin et ancien pivôt central du Peter Gabriel Band avant que Manu Katché ne vienne prendre sa place. Tout ceci pour dire qu'au milieu de ses forces en présence au parti pris clairement affiché, il ne reste en définitive que peu de place à David Sylvian pour qu'il puisse s'exprimer. De son propre aveu, "The First Day" correspondait à une période trouble de sa vie où, au sortir de la pourtant superbe expérience Rain Tree Crow, Sylvian en était même venu jusqu'à l'idée de tout abandonner. Ce qui ne l'empâcha pas pour autant de superviser la production de ce disque avec David Bottrill pour un résultat on ne peut plus Crimsonesque. Même s'il est parti prenante de l'écriture des morceaux, son apport réel se situa au niveau des textes ; si "God's Monkey" ou "Jean The Birdman" sont les morceaux les plus susceptibles d'avoir bénéficié de sa patte, les exploratoires "Firepower", "Brightness Falls" et surtout l'orgiaque "20th Century Dreaming" sont des purs produits dérivés de la cour de sa majesté. Sauf que les détours empruntés sont parfois laborieux et étouffés par un esthétisme parfois trop castrateur. Le long et inutile "Darshan" prolonge le disque pour nous mener vers une nouvelle pièce ambient de toute beauté, "Bringing Down the Light", dont Fripp en porte seul la paternité. On pourrait se dire que le disque risque de plaire aux admirateurs de l'un ou l'autre des deux artistes, mais, curieusement, dans un cas comme dans l'autre, leur pôles respectifs semblent mutuellement s'annihiler.

note       Publiée le mercredi 17 mars 2004

partagez 'The first day' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The first day"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The first day".

ajoutez une note sur : "The first day"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The first day".

ajoutez un commentaire sur : "The first day"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The first day".

Walter Smoke › jeudi 23 juillet 2015 - 18:46  message privé !

Fripp et Sylvian en duo, ça donne un truc superbe, non ?
Non
The First Day bouillonne d'idées, mais en dehors des deux premiers morceaux ainsi que du magnifique "Bringing Down the Light", je ne peux pas trouver cet albumm franchement réussi. La faute à des compositions beaucoup trop longues et redondantes de manière ennuyeuse. Dommage...

aur › mercredi 8 décembre 2004 - 15:19  message privé !
Les samples de percussions donnent à l'album une sonorité froide et hermétique, dommage ! Toutefois, "Bringing down the light" est magnifique !
Note donnée au disque :       
torquemada › jeudi 18 mars 2004 - 12:46  message privé !
Voilà ce que j'appelle une réussite : un disque complexe mais facile d'accès, frais et illuminé par le talent de musiciens remarquables. Une collaboration exemplaire. Et je trouve "Darshan" assez facinant.
Note donnée au disque :