Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNine Horses › Snow Borne Sorrow

Nine Horses › Snow Borne Sorrow

cd | 9 titres | 58:43 min

  • 1 Wonderful world [6:01]
  • 2 Darkest bird [5:01]
  • 3 The banality of evil [7:59]
  • 4 Atom and cell [7:10]
  • 5 A history of holes [8:01]
  • 6 Snow borne sorrow [6:23]
  • 7 The day the Earth stole heaven [3:18]
  • 8 Serotonin [5:51]
  • 9 The librarian [8:59]

enregistrement

Angleterre et États-Unis, 2001 - 2005

line up

Steve Jansen (batterie, percussions, claviers), Stina Nordenstam (chant), Ryuichi Sakamoto (piano), David Sylvian (chant, claviers), Burnt Friedman (synthétiseur, claviers, programmation, loops, vocoders), Keith Lowe (basse, contrebasse), Neal Sutherland (basse), Daniel Schroeter (basse), Tim Motzer (guitares), Joseph Suchy (guitare), Riff Pike III (guitare), Morten Gronvad (vibraphone), Carsten Skov (vibraphone), Theo Travis (flûte, saxophone), Hayden Chisholm (clarinette, saxophone), Thomas Hass (saxophone), Arve Henriksen (trompette), Marcina Arnold (chant), Tommy Blaze (choeurs), Andrea Grant (choeurs), Derek Green (choeurs)

remarques

http://www.ninehorses.com/

chronique

Styles
electro
pop
Styles personnels
white soul

La dernière fois que David Sylvian était apparu, c'était en homme libre. Libre de toutes contraintes. Libre de toute envie. Il nous avait alors présenté "Blemish", album rédempteur et difficile dont on n'aura sans doute pas encore percé tous les mystères d'ici dix ans et, accessoirement aussi, première publication de son tout nouveau label Samadhisound. Quelques sorties et quelques années plus tard, le constat est tristement identique à celui qui s'observe partout ailleurs : un intérêt décroissant pour la chose musicale, des ventes sporadiques que même les copains David Toop ou Harold Budd ont toutes les peines du monde à assurer. Et donc, à l'instar de Peter Gabriel qui n'hésite jamais à faire des apparitions sur ses productions Realworld, voire même à publier ses disques sous sa propre licence histoire de doper les ventes, Sylvian s'associe à son frère Steve Jansen pour créer Nine Horses. Karn et Barbieri n'étant pas de la partie, on ne peut pas parler de Rain Tree Crow II. Et encore moins de Japan. Dissimulé derrière une esthétique soignée mais effacée, "Snow Borne Sorrow" aurait mérité une réelle couverture médiatique tant le produit de ces sessions étalées sur quatre longues années possède tout le potentiel nécessaire à une rencontre longtemps souhaitée auprès d'un public plus large. Pas tout à fait une entorse à "Blemish" puisque l'album véhicule lui aussi une atmosphère relativement oppressante, fondamentalement introvertie. Si l'intention est la même, le résultat, lui, est différent ; plus ouvert, plus en résonance avec la longue liste d'invités, pour le moins impressionnante et qui impose le respect, chacun apportant par petites touches leur propre pierre à l'édifice, l'exirpant d'une torpeur et d'une austérité souvent coutumière de ce type de production. Finalement, c'est en vain que Nine Horses aura fait tant de mystère sur son origine, puisque c'est un David Sylvian grand cru, une soul blanche post moderne pleine de zones d'ombres, où souffle et voix donnent le ton, rencontrant les objectifs de "Blemish" avec l'extrême préciosité de "Dead Bees On a Cake".

note       Publiée le dimanche 15 mars 2009

partagez 'Snow Borne Sorrow' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Snow Borne Sorrow"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Snow Borne Sorrow".

ajoutez une note sur : "Snow Borne Sorrow"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Snow Borne Sorrow".

ajoutez un commentaire sur : "Snow Borne Sorrow"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Snow Borne Sorrow".

mangetout › lundi 16 mars 2009 - 23:24  message privé !

Superbe album, peut-être plus "éclairé" que "Blemish" encore que tout ça soit très subjectif. Il est effectivement navrant qu'il soit sorti dans une quasi-indifférence mais il semble que de nombreux disques à la qualité pourtant évidente portent leurs croix ainsi. Mention spéciale au magnifique "Atom and cell" aux résonances gospel tandis qu'au loin Ryuichi Sakamoto tisse des trames au piano dont lui seul a le secret. Pop sophistiquée, jazz atmosphérique, soul en apesanteur, ambiente rythmée, la valse des étiquettes, toutes plus ridicules les unes que les autres, ne peut rendre justice à ce disque, si David Sylvian fait partie de vos drogues musicales, ne ratez surtout pas ce Nine Horses. Belle chronique Hellman, sobre, racée, précise, encore une fois...