Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAArchgoat › Angelcunt (Tales of Desecration)

Archgoat › Angelcunt (Tales of Desecration)

détail des votes

Membre Note Date
Rastignac      dimanche 9 février 2020 - 15:33
Dead26      dimanche 9 février 2020 - 16:53
Nicko      lundi 10 février 2020 - 09:51
taliesin      jeudi 20 février 2020 - 10:07

vinyl 33t | 7 titres | 13:33 min

  • 1 Intro (Invocation) [01:05]
  • 2 Rise of the Black Moon [02:38]
  • 3 Death and Necromancy [03:03]
  • 4 Soulflay [02:35]
  • 5 Black Messiah [02:38]
  • 6 Jesus Spawn [01:09]
  • 7 Outro (The Prophecy) [00:25]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré et mixé au Music Box Studio, janvier 1993. Produit et enregistré par Riddo Ridberg. Mixé par Archgoat et Riddo Ridberg.

line up

Lord Angelslayer (basse, voix), Ritual Butcherer (guitare), Blood Desecrator (batterie)

remarques

Réédition vinyle en 2005 (Blood, Fire, Death), 2011 (Altar of the Black Ram), 2016 (Debemur Morti Productions). Réédition cassette en 2009 (InCoffin Productions). Réédition CD en 1999 (Necropolis, en split avec "Messe des morts" de Beherit) et en 2015 (Debemur Morti Productions). Illustration par Thorncross.

chronique

Archgoat, groupe finlandais, formé à la fin des années 1980 fut avec, allez, Beherit ? Un de ces groupes black / death / bourrin au possible qui continue de me fasciner à travers les âges. Ce groupe, comme bien d'autres (heureusement ?), a eu la chance d'avoir eu une vie très courte, s'il ne s'était pas reformé presque dix ans après la parution de ce premier EP, qui semble rester la quintessence de leur son, de leur esthétique et de leur jusqu'au boutisme. Un bouc qui viole un ange inconscient sur un autel, en lui enfonçant une croix à l'envers dans le bide - je ne sais pas si on peu faire plus explicite que ce coup de crayon de Christophe Moyen ! Voix grasse, son vulgaire et sur-tendu, sur-exposé, crépitant, et en même temps tranchant, gluant : Angelcunt est un organe palpitant. Car 13 minutes 33 d'une densité pareille ça ne court pas les rues (ou très rapidement) et ça me fait dire que c'est peut-être le format le mieux adapté à leur dégueulasserie fétichiste, pleine d'excrétions, de blasphème et tout simplement de jouissance contre tout ce qui est annoncé comme devant Être dans ce monde qui n'arrête pas d'échapper aux doigts des nomades que nous sommes ; concepts et considérations qui seront cloués dans nos corps par ceux qui sont les plus malins, ordonnant aux alentours, puis au monde entier ce qu'il faut faire, ce qu'il faut payer pour vivre, survivre, et encore mieux : ce qu'il faut donner de soi pour ne pas griller en enfer pour l'éternité après le dernier souffle d'une vie passée à souffrir au nom de quelque chose de grossièrement monté de toute pièce ! Et en plus on kiffe ! On adore ! On s'ébaudit ! On lève les mains au ciel ! Ça me fait extrapoler, mais pour moi ça veut dire que cette musique est pleine de qualités malgré tout l'aspect frustre qu'elle peut montrer. C'est méchant, c'est gueulard, c'est vivant en fait, et ça me fait fourmiller un tas de choses de partout, et pi voilà quoi ! Le groupe s'essayera ensuite à un album longue durée qui fera PLOUF à cause, encore (?), d'un label avec qui ça n'a pas fonctionné. Celui-ci ne sera édité que bien plus tard sous le nom de : "Angelslaying Christbeheading Black Fucking Metal". Oui. Tout Simplement. Et donc, sur cette chute, le groupe disparaît tel un génie sorti de sa lampe. La suite : ben cliquez sur les chroniques bon dieu !

note       Publiée le dimanche 9 février 2020

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

partagez 'Angelcunt (Tales of Desecration)' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Angelcunt (Tales of Desecration)"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Angelcunt (Tales of Desecration)".

ajoutez une note sur : "Angelcunt (Tales of Desecration)"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Angelcunt (Tales of Desecration)".

ajoutez un commentaire sur : "Angelcunt (Tales of Desecration)"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Angelcunt (Tales of Desecration)".

Rastignac › lundi 10 février 2020 - 10:04  message privé !
avatar

Encore une discographie tarabiscotée ! J'ajoute ça aux remarques.

Note donnée au disque :       
Nicko › lundi 10 février 2020 - 09:47  message privé !
avatar

Je l'avais chroniqué dans le split avec Beherit ;) Cool de le retrouver ici

Note donnée au disque :