Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › Speyer Grey Mass 2014

Ce document est lié :
 - aux groupes / artistes Diabolicum, Svartidauði, One Tail, One Head, Fides Inversa, Osculum Infame, Temple Of Baal, Ofermod, Sektarism, Archgoat, Nefandus, Mgła

Speyer Grey Mass 2014

par Nicko › lundi 7 avril 2014


Style(s) : metal extrême / black metal

Les festivals s'enchainent à vitesse grand V ces temps-ci. En 3 mois, je me serais quand même baladé aux Pays-Bas, en Norvège et là en Allemagne pour des festivals metal extrême. Le Speyer Grey Mass est peut-être celui qui a fait le moins parler de lui, mais je pense sincèrement qu'il s'agit du festival à avoir proposé l'affiche la plus homogène en terme de qualité, même si elle reste cantonnée à un cadre purement underground. Et c'est pas plus mal !!

Speyer Grey Mass 2014

Spire, nom français de Speyer, est une petite bourgade à l'ouest de l'Allemagne, à une vingtaine de kilomètres au sud de Mannheim. Le coin est très agréable avec une ville superbe possédant de très beaux monuments. Le festival se déroule légèrement en périphérie de la ville, en salle, près d'un aérodrome. J'avais déjà eu l'occasion d'assister à ce festival il y a quatre ans. A l'époque Ofermod était la tête d'affiche et seulement sept groupes s'étaient succédés sur l'unique scène de la salle. Depuis, le festival, spécialisé en black metal, s'est développé et en cette année 2014, il s'est tenu sur deux jours avec pas moins de 19 groupes à l'affiche !

Le temps que mon train arrive et que je passe par l'hôtel, j'arrive avec un peu de retard ce qui m'a forcé à louper le premier groupe du jour, à savoir les allemands (les seuls du festival !) de Nawaharjan. En fait, je me pointe pendant la performance d'Irkallian Oracle. J'avais eu quelques échos positifs de la formation suédoise, mais je n'avais jamais écouté leur musique jusqu'à présent. La découverte de leur musique et surtout une telle entrée en matière dans le cadre du festival sont un peu brutales ! Irkallian Oracle joue une musique rituelle bruitiste axée quand même sur le black metal. Je dois avouer avoir eu beaucoup de mal à rentrer dedans. J'ai trouvé que ça manquait d'accroche, surtout dans mon cas, lorsque je découvrais leur musique. Je ne dirais pas que ce groupe est inintéressant mais il faudrait que je réécoute dans d'autres conditions leur album.

Ca enchaine avec les grecs de Ravencult. Pareil, je ne connaissais pas, mais on m'en a dit du bien. Et là, effectivement, niveau efficacité, on est servi ! Ravencult joue du black metal teinté de thrash, c'est énergique, direct et bien intense. Alors c'est clair que ça manque d'originalité, mais parfois quand c'est si bien exécuté avec une telle puissance et une telle atmosphère, on n'a pas besoin de grand chose d'autre. Ils n'ont pas tout cassé, mais le set a été bien plaisant. Le festival a véritablement débuté là pour moi.

Ensuite, alors qu'ils étaient bien plus haut dans l'affiche en 2010, Ofermod investit la scène en début de soirée. J'ai eu l'occasion de les voir 4-5 fois par le passé et le constat n'est pas super glorieux sur scène avec ces suédois. Pourtant, ils ont sorti des hymnes absolument magistraux de black metal. Et bien, croyez-le ou non, mais ce set fut le meilleur auquel j'ai pu assister de leur part. Le groupe était en place avec un son correct et une véritable puissance. Les titres du dernier album passent très bien l'épreuve de la scène. Je ne vais pas dire que c'était le concert du siècle, mais c'était loin d'être aussi chiant qu'au Throne Fest l'année dernière par exemple. On a eu droit à un véritable rituel satanique avec intermèdes, prières et incantations avec chanteur encagoulé. Par contre, ils ont terminé avec "Mystérion tés anomias", certainement le morceau le plus exceptionnel de la fin des années 90 en black metal, mais il a été totalement loupé !

Ça enchaîne sur la scène avec l'une des attractions du festival. En effet, Diabolicum jouit d'un statut culte sur la scène et dans le même temps, le groupe n'est pas connu pour le nombre de ses concerts ! Je n'ai jamais été grand fan du groupe, principalement dû au fait que je n'aime pas spécialement le metal industriel, mais je voulais quand même voir leur performance, au moins par simple curiosité. Dans le même temps, en terme de black metal indus, il s'agit peut-être du groupe qui passe le mieux. Et là, sur scène, ça a été vraiment bon. Le rendu était très intéressant avec ce côté froid, mécanique et surtout tès brutal. L'utilisation de la boîte à rythmes était très judicieuse mais surtout optimale. C'est elle qui apportait cette atmosphère glaciale et en même temps, une batterie live n'aurait pas pu sonner aussi brutal et froid en même temps. Mais ce qui m'a plu dans cette atmosphère et ce que je reproche souvent à la vague industriel, c'est qu'on n'a pas eu droit à des rythmes d'une brutalité inouïe et assourdissante. Là, c'était extrêmement bien dosé. Les compos étaient bonnes, variant bien les rythmes, cependant, le côté brutal et mécanique m'a usé avec le temps et après leur fameux "The war tide", je me suis éclipsé. A noter quand même que le chanteur, Carl Warslaughter, arborait une magnifique moustache vintage du meilleur effet !

Je reviens pour assister à la performance d'Acherontas. Les grecs ne m'avaient pas trop convaincu la première fois que je les avais vu, l'année dernière au Deathkult Open Air. En même temps, ils étaient passé après Nifelheim et je m'étais pris une telle baffe que la suite m'avait paru bien fade ! Là, je dois clairement le dire, c'était mieux ! Bon, je ne suis pas devenu fan pour autant, mais tout de même, leur black metal est vraiment intéressant, recherché, pas du tout répétitif et surtout très percutant. On peut aussi noter un côté visuel qui commence à devenir à la mode. Ils étaient tous affublés d'un fouloir style hors-la-loi du meilleur effet ! Les morceaux étaient assez longs, mais suffisamment variés pour que je reste jusqu'au bout de leur performance. Un set plutôt convaincant.

Enfin, le groupe que j'attendais avec le plus d'impatience, les finlandais d'Archgoat ! Il n'y a pas à dire, mais en terme de black primaire, les vétérans se posent un peu là ! Alors oui, c'est relativement redondant, on comprend assez vite le schéma de la plupart de leurs morceaux, l'alternance entre blasts destructeurs et mid-tempos pachydermiques. Oui, c'est vrai, mais voilà, c'est tellement bien fait avec une telle ferveur et surtout une telle authenticité qu'on ne peut qu'accrocher. L'atmosphère de mort est palpable directement. Le set fut tout simplement impressionnant de lourdeur, de noirceur, de gros son bien gras et bien bas. Voilà, Archgoat a été phénoménal ce soir, leur black metal te prend entièrement jusqu'aux os pour ne plus te lâcher !! Lord Angelslayer possède une putain de charisme et un chant toujours aussi profond et grave. Ce fut pour moi le groupe de la soirée, je n'ai pas été déçu.

Difficile pour Nefandus d'enchainer et de clôturer la journée. Le groupe de Belfagor, qu'on a pu voir plus tôt dans la journée avec Ofermod, a eu beaucoup de mal à imposer son black metal très typé années 90. La sauce n'a jamais pris. La différence avec l'efficacité dont a fait preuve Archgoat est saisissante. La formation suédoise manque cruellement de rodage et le chant de Belfagor manquait de profondeur, d'agressivité et de puissance. Je suis retournée à mon hôtel bien avant la fin de leur prestation assez décevante.

Le lendemain, la hostilités étaient censée reprendre à 14h. Hélas, le premier groupe, Verbum Verus a dû annuler sa prestation suite à la blessure à l'épaule du batteur la veille du concert ! C'est donc trois quarts d'heure plus tard que cette deuxième journée débute avec les italiens de Fides Inversa. Voilà un groupe que j'attendais avec impatience. Leur album, "Hanc aciem sola retundit virtus", est tout simplement génial ! Et bien je n'ai pas été déçu. Les morceaux, pourtant longs et alambiqués, furent très bien reproduits sur scène avec la particularité d'avoir le batteur tenant le poste de chanteur en même temps ! "Decollatio" m'a vraiment scotché, d'une très grande puissance tout en étant très incisif. La journée ne pouvait pas mieux débuter et elle allait être longue !

Le premier des trois groupes français à jouer aujourd'hui entre sur scène juste après les italiens. Il s'agit de Temple Of Baal, un groupe que je suis depuis près de 15 ans et qui fait partie des toutes meilleures formations hexagonales en terme de metal extrême. Recemment, j'ai souvent eu un empêchement lors de leurs concerts, mais là, je comptais me rattraper, en plus, pour leur tout premier concert en Allemagne. Et je n'ai pas été déçu... Quelle baffe MONSTRUEUSE !! Pour le coup, Temple Of Baal, c'est du black metal avec une puissance de feu et un feeling monumental. Ca a commencé sur les chapeau de roue avec "Angstgeist" mais c'est surtout avec le deuxième morceau, "Bloodangel" que je me suis mangé la plus grosse claque de la journée !! Leur black metal est juste excellent, ultra-énergique, limite thrash catchy par moment, puissant et toujours totalement démoniaque. Et toute la performance fut de ce niveau. On les sent bien à l'aise, Amduscias a balancé les solos qui font l'une des particularités de la formation, secondé, depuis les débuts du groupe, à la basse par Arkdaemon, autre valeur sûre de la scène qu'on retrouve souvent en festivals avec Hell Militia. Bref, de l'expérience, de la maîtrise, une attitude metal jusqu'au bout des ongles avec une ambiance black complète, une puissance hallucinante, des compos qui ne laissent aucun répis et qui en plus sont variées, tout était présent pour une performance en tout point énorme ! J'étais à fond du début à la fin de leur set !!

Et ça enchaîne ! Un autre groupe que j'attendais aussi avec une certaines impatience, les islandais de Svartidauði. J'avais eu la chance de les voir en Finlande où ils avaient été excellents ainsi que quelques jours avant le Speyer à Paris. Pas de surprises, le show fut identique, si ce n'est légèrement plus court, que dans la capitale. Alors que j'aime particulièrement leur côté opaque et oppressant, j'ai trouvé que leur premier morceau (vraisemblablement issu de leur futur EP) était trop brutal et décousu. C'est vraiment par la suite que j'ai totalement accroché à leur set. "Sterile seeds" a fait son p'tit effet malgré un son pas toujours optimal. Je ne sais pas si c'était dû à l'effet de surprise, mais j'ai clairement préféré la première fois où je les voyais, aux suivantes. Il subsiste tout de même un très bon show, visuellement réussi avec des foulards sur la gueule et une attitude brute et hostile. De toute manière, si vous ne le saviez pas encore, Svartidauði, c'est un groupe à suivre de très près, une des révélations de l'année 2013.

C'est ensuite au tour de Pseudogod de monter sur scène. C'était une découverte complète pour moi, je n'avais jamais entendu ce groupe avant. Les décrire ne va pas être trop compliqué. Pseudogod, c'est à peu près aussi primaire que du Archgoat, mais en version plus axée death metal avec notamment un chanteur avec des vocaux d'outre-tombe particulièrement impressionnants. Le début du set ne m'a pas vraiment mis une grosse claque, je trouvais ça plutôt répétitif, mais plus ça avançait, plus j'arrivais à rentrer dans leur atmosphère poisseuse et vraiment démoniaque. Ca puait le souffre. A noter une petite reprise d'Antaeus, "Blood war III", qui fait toujours plaisir à entendre même s'il manquait la part de folie propre aux français.

Après, ce sont les néerlandais de Funeral Winds qui investissent la scène. Je les avais déjà vu l'année passée au Throne Fest. J'avais trouvé leur set sans originalité et assez classique et autant dire que j'ai vu la même chose à Speyer, du black sans fioritures, manquant de personnalité, mais bien exécuté. Il s'agissait tout simplement d'un set lambda, pas assez bon pour être accrocheur mais pas non plus déplaisant. J'ai profité de la deuxième partie de leur set pour aller faire un tour au merchandising.

Je suis revenu pour un groupe qui me tient à cœur, les norvégiens de One Tail, One Head. Je les avais vu 3 jours plus tôt à Paris et je les avais déjà trouvés excellent. Et ce soir, ce fut la confirmation, voilà un nouveau groupe norvégien qui tient bien haut l'étendard du black metal des années 90. Ça pue le son de Darkthrone, avec une attitude totalement appropriée, bien rock n' roll, limite punk, mais en plus, avec des compositions variées et ultra-inspirées. Le chanteur possède un charisme et une présence scénique impressionnants. On a eu droit à un set bien furieux avec cependant un public beaucoup moins réceptif qu'à Paris (certainement dû à une salle bien plus intime dans la capitale). Mais encore une fois, sur cette deuxième journée de festival, une performance marquante et je n'étais pas encore au bout de mes émotions...

Cela ne pouvait pas continuer, autant de groupes talentueux, il fallait que cela cesse. Ce fut le cas avec Sargeist. Voilà un groupe que je trouve ridicule sur scène. Ils jouissent d'une bonne réputation dans l'underground, mais les deux fois où je les ai vus, je me suis fait chier ! D'un amateurisme flagrant, pas d'ambiance, pas de puissance, des compos vides, bref, le plus mauvais groupe du festival sans aucun doute possible. Ca m'a permis de me reposer un peu et de me restaurer en attendant la suite !

Elle prit le nom de Nightbringer, encore une fois un groupe que je ne connaissais pas. Je n'ai pas été impressionné plus que cela. Ils ont pas mal joué avec un côté théâtral assez prononcé, dans un style bien à l'ancienne, avec mise en scène, mais niveau musique, je n'ai pas réussi à accrocher. Ce n'était pas pourri non plus, mais ce fut assez moyen finalement.

Et puis là, voilà que les polonais de Mgła sont arrivés... Avec eux, ce n'est pas dur, ils montent sur scène, vêtus de vestes en cuir, de foulards et de cagoules, des fumigènes et des lights appropriés, pas d'autres artifices, ils restent statiques et c'est parti. LA claque ultime ! Moi qui pensais avoir vu le meilleur groupe du fest avec Temple Of Baal, ben y'en avait aussi un autre... J'ai trouvé leur set tout simplement génial, meilleur qu'au Deathkult l'année dernière et à peu près du même acabit qu'à Paris quelques jours plus tôt. Les compositions rendent super bien sur scène, très énergiques et percutantes, rythmées, puissantes, avec des montées jouissives et une maîtrise totale de leur jeu. Je suis vraiment resté sur le cul après le set que j'ai trouvé bizarrement incroyablement court ! Pas grand chose d'autre à ajouter, du très grand art !

Ensuite, alors que le festival devait se terminer avec la prestation de Sektarism, ce sont les autres français d'Osculum Infame, invités surprises, qui sont montés sur scène avec introduction par l'organisateur du festival ! Voilà une bien belle surprise pour un festival qui était déjà une énorme réussite bien avant cela. Le groupe français culte des années 90 nous a proposé un set vraiment sulfureux où on aura senti une réelle tension et l'envie d'en découdre et de montrer que le groupe était plus que jamais vivant et toujours aussi dérangeant, provocateur et anticonformiste. La set-list a alterné avec réussite anciens hymnes tels que "The whisper of the witch" ou leur "Kein entkommen" (avec la fameuse et totalement appropriée introduction "SATAN, SATAN!! ÜBER ALLES!!") avec des morceaux du prochain album, dont un "My angel" poignant, dédié à LSK, décédée quelques mois plus tôt. J'ai senti une rage particulière dans la performance du groupe ce soir avec une grosse énergie. Bien que le son et le style soient plus modernes et puissants, on ressent très bien l'héritage des années 90 dans leur musique. J'attends plus que jamais la sortie de leur prochain album ! Et encore une fois, après la claque énorme de Mgła, le set d'Osculum Infame a été très fort et puissant.

Et donc, après cette performance, c'est bien à Sektarism de clôre le festival alors qu'il n'est pas loin de 3 heures du matin ! Et franchement, un tel groupe après une telle journée de festival, c'était vraiment ce qu'il fallait ! Ce qui est sympa avec Sektarism, c'est que ça commence dès la mise en place de la scène. Pour simplifier, Sektarism, c'est un rituel avec préparation, prières, incantations diverses et variées, avant, pendant et après le show. Même si je connaissais un peu avec le mini "L'offrande", je ne m'imaginais pas un tel rituel de préparation de la scène. Les membres du groupes, musiciens ou non, étaient tous drapés de capes donnant un côté très Sunn O))) à l'ensemble. La musique est tout en évolution forcément, dans un style funeral doom mais avec une approche purement rituelle avec un vocaliste totalement possédé, marchant et sautant partout, se baladant dans le public, éructant, criant, parlant, crachant, pleurant et se trouvant un peu trop au centre de l'attention selon moi. Dans ce genre d'expériences, il est primordial de pouvoir rentrer dans l'univers du groupe. Ce qu'il m'a manqué pour véritablement adhérer à l'ensemble se situait principalement au niveau des compositions que j'ai trouvées un peu trop redondantes avec toujours le même type d'effets, d'évolutions, de montées, puis de descentes, avant de repartir sur un schéma plus ou moins équivalent. Cependant, j'ai trouvé leur performance intéressante avec du potentiel et une véritable atmosphère pesante, malsaine et noire. A développer, selon moi, pour un résultat plus percutant et intense.

Vous l'aurez compris, j'ai adoré ce festival avec surtout un line-up exceptionnel avec notamment les performances de Temple Of Baal et Mgła qui ont été au-dessus du lot, mais je n'oublierai pas non plus Archgoat, One Tail, One Head, Osculum Infame et Fides Inversa. La force de cette édition du Speyer Grey Mass aura été de proposer une affiche d'excellente qualité mais surtout très homogène et ne laissant que peu de temps morts. Typiquement le genre de festivals qui me donne toujours envie de parcourir l'Europe (voire plus loin encore) pour de tels événements ! En espérant que le prochain soit du même acabit !

Mots clés : Speyer, Nicko, festival, black metal, Osculum Infame, Archgoat et Allemagne

Dernière mise à jour du document : lundi 7 avril 2014

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre