Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNine Inch Nails › Broken

Nine Inch Nails › Broken

cd | 8 titres

  • 1 Pinion
  • 2 Wish
  • 3 Last
  • 4 Help me I am in Hell
  • 5 Happiness in slavery
  • 6 Gave up
  • 7 Physical
  • 8 Suck

enregistrement

Ecrit, interprété et produit par Trent Reznor et Flood (2,3 & 6) à Studio hell (New Orleans), Royal recorders (Lake geneva), South beach studio (Miami beach), Village recorder (Los Angeles), A&M (Los Angeles), Pig (Beverly hills)

line up

Martin Atkins (batterie, chœurs et cris (Maise)), Trent Reznor (tous instruments et chant), Chris Vrenna (batterie)

remarques

L'édition Nothing réf 7 92213-2 comprend les deux bonus-tracks "fantômes" sur un MCD 3" à part.

chronique

Trent Reznor a la haine. Son deuxième effort aura mis quelques temps à paraître, mais l'attente en valait la peine ! Plus direct, plus méchant, 'Broken' est un véritable chaos organisé, un déluge de sons, de guitares et de chant guerrier. La très courte intro 'Pinion' (une boucle noise qui va crescendo) donne le ton et est suivie du mortel 'Wish' au rythme survitaminé, murs de guitare et chant haineux. 'Last', plus lourd et electro-rock, poursuit l'œuvre de destruction de nos tympans déjà bien secoués ('Pig we get what pigs deserve !'). Une petite pause avec le calme et 'mélodieux' instrumental 'Help me I am in Hell' (clin d'œil à Clive Barker et 'Hellraiser') avant le monstrueux, dévastateur, apocalyptique et toutes les sortes de qualificatifs qui conviennent 'Happiness in slavery'. Véritable tube electro-indus et metal, certainement un des titres les plus violents jamais écrits par Reznor ! Ceux qui ont eu la chance de voir la version non censurée du clip (avec feu-Bob Flanagan, le roi des masochistes) sur la double-vidéo 'Closure' (à quand une édition européenne en dvd ?) ont pu ainsi se rendre compte de la folie habitant ce morceau. 'Gave up' termine la track-list 'officielle' avec son énergie 'ministresque' de belle manière. En bonus 'cachés' une excellente reprise du 'Physical' d'Adam And The Ants (groupe trash-punk des 70s) en version limite 'Black Sabbath', ainsi qu'une collaboration avec le collectif Pigface de Martin Atkins (Ministry, Lard, Murder Inc. etc) sur 'Suck', rappelant l'époque 'Pretty hate machine' (ligne de basse ronde, rythmique syncopée, chant mélodieux et agressif, guitares lourdes). Reznor confirme son talent et sa capacité à se renouveler sans trahir son état d'esprit. Une grand leçon d'énergie et de puissance, mais aussi d'émotion à fleur de peau. Terrible...

note       Publiée le dimanche 2 mai 2004

partagez 'Broken' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Broken"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Broken".

ajoutez une note sur : "Broken"

Note moyenne :        62 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Broken".

ajoutez un commentaire sur : "Broken"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Broken".

Klarinetthor › mercredi 24 août 2016 - 02:06  message privé !

Reznouille dans sa periode crevette androgyne, c'est chouca quand meme https://www.youtube.com/watch?v=kuo.... Quant a James Woolley... ici ce torchon qu'est Metro a tout de meme eu quelques lignes sur son deces en page 2. Un membre quand meme emblematique d'aucune des differentes formations ayant accompagné le cher leadeur.

Note donnée au disque :       
Dead26 › samedi 9 mai 2015 - 21:14  message privé !

Mon premier Nine Inch Nails (et le meilleur avec The Downward Spiral), un amour de disque qui ne m’a jamais quitté depuis cette année fatidique ou j’aperçus complètement par hasard sur M6 la publicité pour la sortie du EP Broke, on y voyait un gus tout de noir vêtu en collants déchirés complètement destoy et qui se roulait par terre sur des images stroboscopiques en noir et blanc, c’était Trent Reznor. Une telle violence émanait de ces images complètement irréelles et en musique de fond c’était évidement Wish. Je me suis empressé d’aller chez le disquaire de ma ville pour lui demander si il avait du NIN, il m’a demandé tout d’abord si c’était allemand et ensuite par la négative, et je me suis mis à la recherche de ce Broken, au final je l’ai trouvé je ne sais plus où au format bande magnétique, je l’ai mis dans mon pauvre radio-cassette Philips complètement mort et là le choc.... Pinion et l’enchaînement ultime sur Wish avec son riff meurtrier et saturé, Last, Happiness In Slavery etc…. J’avais jamais rien entendu de pareil musicalement, et c’te voix saturée bon Dieu! Cette année là sortait un Fear Of The Dark haut en couleur et attendu comme le messie et le death metal était à son apogée. Mais NIN c’était pas comme les autres trucs, Hard ? Techno ? Thrash ? le terme industriel m’était encore inconnu et pendant longtemps je me suis nourri avec ce Broken me posant toujours des questions sur la fusion de ces genres. Ma pauvre cassette était quasi morte, bande froissée, cassée, recollée, je n’ai plus écouté Broken pendant longtemps. Alcool, drogue, metal…Jusqu’à qu’un beau jour je me le paye enfin en cd et il ne m’avait jamais paru aussi bon après tant d’années. Pochette orange feu magnifique, gros logo NIN, le disque ultime d’un genre musical à part entière des plus intéressants. Broken reste pour moi un chef d’œuvre et une certaine partie de ma putain vie.

Note donnée au disque :       
Alfred le Pingouin › jeudi 12 juin 2014 - 17:03  message privé !

Pourquoi tant de haine, de larmes, de colère et de violence? Ah ouais. Parce que c'est cool.

Note donnée au disque :       
NevrOp4th › vendredi 26 avril 2013 - 11:51  message privé !

Ami pour la vie celui là.

Note donnée au disque :       
saraph › jeudi 28 mars 2013 - 12:03  message privé !

Troisième Leçon de ténèbres: Si je parle, ma douleur en sera-t-elle adoucie Si je me tais, en sera-t-elle diminuée ? Livre de Job/16-6