Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCLucio Capece › Zero plus zero

Lucio Capece › Zero plus zero

cd • 6 titres

  • 1Some move upward uncertainly
  • 2Zero plus zero
  • 3Inside the outside I
  • 4Inside the outside II
  • 5Spectrum of one
  • 6Inside the outside III

line up

Lucio Capece (Sruti box (1, 3), soprano saxophone (2), objects used as preparations (2), double plugged equalizers (3, 4), ring modulator (3), bass clarinet neck (3), cassette and minidisc walkmans (3), tuned backyard (4), sine waves (5), bass clarinet with and without cardboard tubes (6))

remarques

chronique

Styles
avant garde
ovni inclassable
jazz
Styles personnels
drone / eai

Lucio Capece est un monstre. Son premier album solo, après d'innombrables collaborations - Lee Patterson, Toshimaru Nakamura, Birgit Uhler, ou encore Chris Abrahams - est monstrueux. Au dos du disque, la liste des instruments, monstrueuse, effraie : shruti box (une espèce d'harmonium), soprano saxophone with preparations, ring modulator, double plugged equalizer, bass clarinet, sine waves, cardboard tubes, … On reste sceptique. Le premier titre démarre, et on la boucle. Si, dans ses collaborations, toujours teintées de drones acoustique, la présence de Capece est toujours furtive et fantomatique, l'espace qu'il peut ainsi occuper en solo, est peut être ce qui lui convient le mieux : sa discrétion et ses silences font exploser sa présence. Les longs drones hypnotiques à la shruti box sont tout bonnement magnifiques, et là où on pourrait craindre la rupture, la longue pièce au saxophone préparé arrive à créer, on ne sait comment, une continuité (oui!), dans les tons, les ondulations, à tel point qu'il apparaît (le disque) comme une espèce de progression, en témoigne les titres plus électroniques , la trilogie Inside the Outside, franchement plus frontale, épaisse, massive. Là où Capece ne réalise pas un disque de drone de plus, c'est qu'il arrive, encore une fois sans tout à fait savoir comment, à transformer l'ensemble en long poème, en opposition avec le cérébralisme exacerbé des productions du style, un poème fait de respiration, de souffle, de chuchotements, de bruissements, de murmures. Transformer la matière sonore en peinture pour enfant, la pâte à modeler en œuvre d'art : ce n'est pas tant un voyage qu'une altération des capacités de raisonnements, la concentration sur un point de l'horizon qui semble bouger, mais qui en réalité ne bouge pas. Ce disque n'est pas immersif, il est hallucinant.

note       Publiée le lundi 13 août 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Zero plus zero".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Zero plus zero".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Zero plus zero".

microbe666 › mercredi 29 avril 2020 - 14:09  message privé !
sol740 › mercredi 29 avril 2020 - 14:07  message privé !

c'est quoi comme style "eai" ?

GinSoakedBoy › jeudi 23 août 2012 - 12:31  message privé !

Non pas écouté le duo avec Vainio. Par contre Venexia ne devrait pas tarder à arriver dans ma boite aux lettres.

Note donnée au disque :       
Coltranophile › jeudi 23 août 2012 - 11:20  message privé !

Les vagues murmurent. D'accord, je sors.

P.S: quelqu'un a-t-il écouté son album avec Mike Vainio (moitié de Pan Sonic) qur le généralement très bon label Editions Mego? Vainio vient de sortir un disque sur PAN nommé "Venexia" avec le même Capece, Kevin Drumm (Jim O'Rourke, le Territory Band de Vandermark et l'excellent Axel Dorner (collaborateur fréquent de Sven-Ake Johansson).

Note donnée au disque :       
Freesilence › mercredi 15 août 2012 - 12:19  message privé !

Un disque tout simplement énorme. Il est prêt pour la tête de liste des meilleures publications de 2012.