Vous êtes ici › Les groupes / artistesAThe Angina Pectoris › On the burning funeral pyre

The Angina Pectoris › On the burning funeral pyre

  • 1993 • KM-Musik T.O.117 • LimNum • 999 copies • 1 CD

cd • 6 titres

  • 1In time of fall
  • 2Sati
  • 3Lustre of lesion
  • 4Crying wolf
  • 5The agony after
  • 6I believe you

extraits vidéo

informations

Le cd est emballé dans un livret A4

line up

Joelen Mingi (chant, guitare, programmation), Shay F. Astray (basse, choeurs féminins), Sin Feissali (guitare)

Musiciens additionnels : Christoph Kutzer (violoncelle), Marie O'Hara (violon), Rüdiger Frank (choeurs)

chronique

Je viens de commander un disque de Angina Pectoris, c’est une première. En soi même, c’est vrai que cela n’a rien d’un exploit mais les hasards de la vie ont fait que ceux que je possédais jusqu’alors m’ont à chaque fois été offerts par des gens se débarrassant de leur collection. Pas la meilleure entrée en matière pour présenter un groupe alors qui sont ces gens au nom si avenant ? Des goths originaires de Stuttgart dont un certain Joelen Mingi dont les traits asiatiques le destinaient aisément à occuper le rôle de leader charismatique mais tranchaient également avec les vocaux gutturaux post-Nephilim situant rapidement l’axe du groupe. C’est dans ce registre-là qu’il faut effectivement classer Angina Pectoris aux côtés de Love Like Blood, Still patient ? et autres Merry Thoughts. Pourtant, ce mini se distingue dans la discographie du combo du fait qu’il s’agit d’un EP et d’une édition limitée dans une pochette A4 spéciale. Le premier titre donne le ton, nos Allemands cherchent à développer une ambiance, pas juste à balancer des BPM et des guitares rugissantes: intro au piano, grosse caisse qui s’installe, accords de guitare froids, fond d’orgue lointain, chant caverneux mais sensuel… Presque huit minutes, quelques montées de roulements percussifs, des pics de tension mais à aucun moment, le morceau n’explose réellement, il nous maintient dans une sorte de transe expectative. Pas un problème en soi si ce n’est que la seconde pièce dure aussi longtemps et ne bouge pas réellement davantage. Au contraire, elle est encore plus lente, avec des parties de violon et de violoncelle en renfort du piano. Ces deux compositions sont agréables mais voilà un quart d’heure que l’album a démarré et nous sommes toujours dans les starting-blocks si vous me passez l’expression. ‘Lustre of lesion’ parait déterminé à allumer la mèche d’un coup: goth rock rapide avec nul autre que feu Rüdiger Frank (Tors of Dartmoor) aux choeurs. Passablement ratés d’ailleurs étonnamment. Le chant est de toute manière mixé trop en avant et moi qui suis plutôt fan de son timbre d’ordinaire, je ne peux que déplorer les grognements maladroits du pauvre Rüdiger. Etait-il judicieux de placer un interlude instrumental sans grande teneur à ce moment-là ? Clairement non, le skeud avait déjà eu du mal à se lancer donc couper l’élan par une pièce ressemblant à une session d’exercice de gratte, c’était maladroit. ‘The agony after’ se profile heureusement comme une solide chanson goth rock avec un fond de clavier mystique mais on regrette (moi en tout cas) une vraie rythmique punchy qui aurait donné plus d’ampleur. Ce n’est pas la reprise du ‘I believe in you’ de Neil Young qui va modifier la donne. Le morceau est sympa mais pas spécialement dynamique, la faute notamment à un chant réussi mais mixé trop en avant, une boîte pas assez claquante et des orchestration un peu mollassonnes. ‘On the burning funeral pyre’, c’est une recette goûteuse sur le papier avec des ingrédients plutôt de premier choix mais maladroitement dosés, mal mélangés et surtout pas assez cuits au final. L’agencement des compositions est peu judicieux, le EP ne démarre jamais complètement, le mixage sans être raté manque de finesse et au final on ressort du repas plus affamé que rassasié avec la furieuse envie d’aller subrepticement se taper un bon burger juteux au café végane d’à côté. 2,5/6

note       Publiée le lundi 25 mars 2024

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

Poetry Of Shadows - Spheres of knowledge

Poetry Of Shadows
Spheres of knowledge

Still Patient? - Salamand & Cataclysm

Still Patient?
Salamand & Cataclysm

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "On the burning funeral pyre" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "On the burning funeral pyre".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "On the burning funeral pyre".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "On the burning funeral pyre".

    Valsturm Envoyez un message privé àValsturm

    Anal Cunt c'est super cool par contre, je vais y penser pour les prochaines législatives.

    Valsturm Envoyez un message privé àValsturm

    Prodigy (Que j'aime bien cependant, surtout pour la période Poison et cie.)

    Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
    avatar

    Aussi, bien sûr ! Mais en plus, dit avec la voix de P. De Villiers... (Je vous laisse savourer mentalement l'horreur grotesque de la chose).

    nicola Envoyez un message privé ànicola

    Pareil que Rastignac.

    Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
    avatar

    à chaque fois que je lis ce nom de joyaux de princesse j'entend "les bijoux de famille"...