Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMJohn Mclaughlin › Where fortune smiles

John Mclaughlin › Where fortune smiles

  • 1970 • Dawn 3018 • 1 LP 33 tours

détail des votes

Membre Note Date
Ayler      jeudi 4 octobre 2007 - 12:58
Coltranophile      jeudi 4 octobre 2007 - 13:15
Progmonster      mardi 11 octobre 2005 - 18:39
aur      samedi 3 février 2007 - 12:53
kaplan      samedi 19 mars 2011 - 13:37

5 titres - 35:22 min

  • 1/ Glancing Backwards (9:03)
  • 2/ Earth Bound Hearts (4:21)
  • 3/ Where Fortune Smiles (4:03)
  • 4/ New Place, Old Place (10:37)
  • 5/ Hope (7:18)

enregistrement

New York City, USA, 1969

line up

Dave Holland (contrebasse), Stu Martin (batterie), John Mclaughlin (guitare), John Surman (saxophone baryton), Karl Berger (vibraphone)

remarques

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
british jazz > free jazz

Voilà ce que c'est de devenir célèbre... Quand One Way Records ou Beat Goes On décident de republier sur cd cet album oublié de l'histoire, ils le font en mettant bien en évidence de John McLaughlin. Pour plus de visibilité aurpès de nos lecteurs, je l'attribuerais également au guitariste. Mais seuls ceux qui lisent nos chroniques en intégralité apprendront qu'à l'origine "Where Fortune Smiles" fût publié en tant qu'effort collectif. On retrouve dans cet ensemble à cinq têtes deux tiers de ce qui deviendra The Trio, Stu Martin et John Surman. Un John Surman avec lequel McLaughlin vient de signer un premier disque sur Polydor ("Extrapolation"). Mais il y retrouve aussi Dave Holland (contrebasse) qu'il va bientôt accompagner pour aller rejoindre Miles Davis. Le seul élément trouble finalement, c'est la présence du vibraphoniste Karl Berger qui, avec un petit effort d'imagination de notre part et en fermant les yeux, nous laisserait presque deviner le futur proche que va très bientôt se bâtir le guitariste. L'introspective plage titre a des airs de famille avec "In A Silent Way". Et puis, les titres signés de sa plume lèvent quelques pistes... C'est d'abord le nocturne "Earth Bound Hearts" qui s'avance sur une série d'accords caractéristiques. "New Place, Old Place", peut-être la pièce la plus ouvertement free de cette session avec le "Glancing Backwards" de Surman donne une bonne idée de ce que le Trio va accomplir d'ici quelques temps. Mais les interventions en contrepoint de Berger et ses arpèges préfigurent les interventions intempestives du claviériste Jan Hammer. Enfin, "Hope" n'a absolument rien à voir avec le titre du Mahavishnu Orchestra du même nom, mais prouve en tout cas que les choses se mettent tout doucement en place... Sorte de compromis entre le distingué "Extrapolation" et les premiers faits d'armes tonitruants du Trio, "Where Fortune Smiles" jète un pont où, de toute façon, les amateurs de musiciens qui vibrent que quand ils se mettent en danger auront de quoi satisfaire leurs attentes.

note       Publiée le mardi 11 octobre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Where fortune smiles".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Where fortune smiles".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Where fortune smiles".

Coltranophile › jeudi 4 octobre 2007 - 13:33  message privé !
C'est sûr mais y'a pas de petit profit et puis les fans de jazz-rock se précipiteront dessus parce qu'il y a McMaughlin et les puristes de jazz iront cassé la tirelire pour acheter la réedition en LP 180gr (comme le pigeon que je suis) pour avoir l'impression d'avoir l'original.
Note donnée au disque :       
Ayler › jeudi 4 octobre 2007 - 13:23  message privé !
$$$... enfin, dans la mesure où un tel disque peut vendre !!!
Note donnée au disque :       
Coltranophile › jeudi 4 octobre 2007 - 13:15  message privé !
J'ai toujours considéré ce disque comme étant plutôt un disque de Surman que de McLaughlin. En tout cas, il présage vraiment de la musique de The Trio.
Note donnée au disque :       
Ayler › jeudi 4 octobre 2007 - 12:59  message privé !
C'est le disque de le plus extrème de la discographie de John. Le seul que l'on peut qualifier de free. L'un des meilleurs aussi.
Note donnée au disque :       
aur › samedi 3 février 2007 - 12:53  message privé !
"My Goal's beyond", avec Airto, Cobham, Badal Roy et Dave Liebmann fraichement débarqués du miles davis groupe et Jerry Goodman en guest sur une face, et une autre moitié en acoustique, reste mon Maclo favori. Le guitariste n'est jamais aussi bon qu quand il se souvient du blues, devient introspectif, ou sait s'effacer derrière ses sidemen. "Mettre sa vie dans chaque note", un précepte vanderien qui semble peu adapté aux loghorrées lobotomisantes du Mahavishnu (question de goût). Sinon, celui-ci est bien sympa !
Note donnée au disque :