Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMahavishnu Orchestra › Between nothingness and eternity

Mahavishnu Orchestra › Between nothingness and eternity

3 titres - 42:24 min

  • 1/ Trilogy (12:05)
  • 2/ Sister Andrea (8:39)
  • 3/ Dream (21:40)

enregistrement

Tournée 1973

line up

Billy Cobham (batterie), Jerry Goodman (violon), Jan Hammer (synthétiseur), Rick Laird (basse), John Mclaughlin (guitare)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
jazz rock

Nous sommes en 1973, et deux ans seulement après leurs premiers signes d'activités, la première mouture de l'Orchestra a déjà explosé suite à des conflits d'égo mal placés, proportionnels à la démesure de leur musique. Les sessions d'enregistrement au studio Trident de Londres qui auraient dû amener le groupe à publier un troisième opus (paru à titre posthume en 1999) sont abandonnées. Sort donc, en guise de consolation, cet album en concert aux titres kilométriques. La formule ne change pas et les trois inédits qui constituent la charpente de cette nouvelle publication auraient dû figurer sur le nouvel album studio. Si le Mahavishnu Orchestra est, ce soir, en grande forme, il faut l'avouer aussi, il commence tout doucement à fatiguer. Pas eux, mais le courageux auditeur qui s'apprête à s'enfiler d'une seule traîte les vingt et une minutes de "Dream"... Ce clash permanent, cette bataille rangée systématique qui s'est érigée entre les musiciens a vite fait de devenir une fin en soi, si bien que la viabilité de leur musique prête à une remise en question. Ce regard critique ne surviendra pas avant le démembrement pur et simple de l'équipe, vraissemblablement incapable de se repositionner ou de reconsidérer leur approche sous des angles de vue différents. "Between Nothingness and Eternity" trône finalement parmi les pièces du musée de la musique des années soixante-dix comme un des disques qui ont le plus pêché par orgueil et qui se vautraient sans scrupules dans l'excès. Un album à double facette, à la fois échoeurant et grotesque, plaisant et repoussant. Seul "Hhai", l'album en concert officiel de Magma, est à même de rivaliser avec autant d'intensité que de furie. Mais avec un plus grand sens de la retenue et de la décence.

note       Publiée le jeudi 12 septembre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Between nothingness and eternity".

notes

Note moyenne        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Between nothingness and eternity".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Between nothingness and eternity".

saïmone › mardi 21 avril 2020 - 13:21  message privé !
avatar

Merci du tuyau

Note donnée au disque :       
SEN › mardi 21 avril 2020 - 09:47  message privé !

A noter qu'il existe en complément de cet album un "Unreleased Tracks From Between Nothingness and Eternity" !

Note donnée au disque :       
saïmone › lundi 13 avril 2020 - 22:16  message privé !
avatar

La matrice de toute cette vague "shred jazz neo soul youtube", qui ne manque pas de sel il faut avouer. Ça défonce, dans l'excès.

Note donnée au disque :       
kranakov › jeudi 2 avril 2020 - 16:45  message privé !

@Thierry Marie : Je me donne le temps d'écouter attentivement les très beaux albums de REMEMBER SHAKTI ces dernières semaines. Et ils me semblent effectivement compter parmi ce que John McLaughlin a pu sortir de plus important et de plus remarquable après les trois albums d'origine.

Thierry Marie › mercredi 29 décembre 2010 - 18:03  message privé !

Quand je m'étais offert le vinil dans les années 70, j'en avais lu une chronique qui, de mémoire, disait que cet album portait bien son nom, qu'il se situait entre le néant et l'éternité: entre le génie et la vacuité. Pour moi, il représente la quintescence de cette première mouture du Mahavishnu Orchestra: des compositions transcendées par une improvisation sans filet (les leçons de Miles?), une énergie quasi mystique pour une musique qui se cherche dans l'instant, une musique qui se recrée dans l'instant pour l'éternité. Ecoutez le début de "Dream" et vous comprendrez les accointances que peut avoir "Larks' Tongue in Aspic" sorti la même année avec ce brûlot. Il faut avoir assisté à un concert électrique de John McLaughlin, c'est une expérience à vivre. J'ai eu la chance de le voir avec le One Truth Band: si l'album n'était pas un de ses meilleurs, le concert était... plus qu'impressionnant. Mais en 73, John McLaughlin n'était pas encore le fantastique poète qu'il est devenu sur des album tels que "After The Rain" ou les 3 Remember Shakti (la seule réactivation d'un projet qui soit meilleure que l'originelle).

Note donnée au disque :