Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMahavishnu Orchestra › Visions of the emerald beyond

Mahavishnu Orchestra › Visions of the emerald beyond

13 titres - 40:23 min

  • 1/ Eternity's Breath part 1 (3:09)
  • 2/ Eternity's Breath part 2 (4:50)
  • 3/ Lila's Dance (5:36)
  • 4/ Can't Stand Your Funk (2:09)
  • 5/ Pastoral (3:41)
  • 6/ Faith (2:01)
  • 7/ Cosmic Strut (3:28)
  • 8/ If I Could See (1:17)
  • 9/ Be Happy (3:32)
  • 10/ Earth Ship (3:43)
  • 11/ Pegasus (1:48)
  • 12/ Opus (0:24)
  • 13/ On the Way Home to Earth (4:45)

enregistrement

Electric Lady Studios, New York City, USA, décembre 1974

line up

Ralphe Armstrong (basse, contrebasse, voix), Philip Hirschi (violoncelle), John Mclaughlin (guitare), Gayle Moran (claviers, chant), Jean-luc Ponty (violon), Carol Shive (violon, voix), Narada Michael Walden (batterie, percussions, voix), Steven Kindler (violon), Bob Knapp (trompette, cor anglais, flûte, voix), Russel Tubbs (saxophone alto et soprano)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
jazz rock

Deuxième album de cette seconde incarnation du groupe (incluant désormais le violoniste français Jean-Luc Ponty, transfuge des Mothers de Frank Zappa, la claviériste-chanteuse Gayle Moran, le bassiste Ralph Armstrong et le batteur surdoué Narada Michael Walden), "Visions of the Emerald Beyond" va vite devenir l'album test sur base duquel on pourra juger des réelles capacités du groupe recentré sur lui-même. En dépit des différentes options abordées par le groupe depuis ses premières manifestations, force est de constater que seule la forme change au gré de nuances parfois imperceptibles, le fond restant, lui, immuable. Comme nous pûmes déjà le remarquer sur "Apocalypse", le Mahavishnu Orchestra ne ressemble plus à une machine électrique qui broie tout sur son passage. Les éléments virtuoses vraiment prépondérant ne sont plus qu'au nombre de deux : McLaughlin, bien sûr, et Narada Michael Walden derrière les fûts, si bien que l'on ne retrouve plus les dialogues incendiaires qui firent la réputation du groupe autrefois. En somme, le Mahavishnu Orchestra a plus aujourd'hui la configuration d'un groupe rock avec un super guitariste à l'avant plan, alors qu'avant chacun des membres rivalisaient d'ingéniosité pour pouvoir se mettre chacun, à tour de rôle, à l'avant plan. En fin de compte, c'est tout bénéfice pour eux, l'album se déroulant dans une parfaite fluidité, tirant les enseignements de ses précédents enregistrements ( entraînant dans son sillage violons et instruments à vents pour enrichir la palette sonore, reconduisant même les essais vocaux de Gayle Moran sur, entre autres, "If I Could See"), délivrant une musique sans réelle surprise mais toujours aussi diablement efficace (cette succession d'arpèges toujours sur "Eternity's Breath" ou "Faith"), tâtant même du jazz funk, comme sur "Can't Stand Your Funk" et "Cosmic Strut" qui vont mener le groupe vers son crépuscule.

note       Publiée le jeudi 12 septembre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Visions of the emerald beyond".

notes

Note moyenne        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Visions of the emerald beyond".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Visions of the emerald beyond".

dariev stands › mercredi 13 avril 2016 - 23:13  message privé !
avatar

Mahavishnu live in HOLLYWOOL, en 72, et le concert entier, s'il vous plait. Et on ne sait toujours pas ce que ces tags signifient... Se pourrait-il que certains ici fument du cabanis ? Nul ne saura jamais.

https://www.youtube.com/watch?v=rD36-Zn2bA4&nohtml5=False

Wendy Scabtree › samedi 1 octobre 2011 - 19:40  message privé !

Ça fait toujours plaisir de retomber sur ce disque qui me rappelle mes jeunes années au volant d'une R16.

Note donnée au disque :       
ellington › mardi 9 février 2010 - 16:22  message privé !

Pas mieux que Coltrano , juste une quatrième boule en souvenir du bon vieux temps

Note donnée au disque :       
Potters field › mardi 9 février 2010 - 16:05  message privé !

Ponty, c'est tout le probleme de pas mal de jazzeux qui en lieu et place d'impros te balancent toujours les mêmes motifs, les mêmes phrasés, les mêmes bouts de gammes...

Coltranophile › mardi 9 février 2010 - 15:27  message privé !

En commençant à le réécouter après beaucoup de temps, je me suis demandé pourquoi je l'avais refourgué. Et ensuite, j'ai compris. Les solos sont excessivement répétitifs (surtout Ponty qui joue quasiment toujours la même chose), l'exemple le plus terrible étant "Be Happy", les parties vocales sont ignobles (heureusement il y en a peu), la deuxième partie du disque est très faible ( seul le dernier titre ramène un peu de férocité à l'ensemble) et finalement Mahavishnu est devenu un groupe très classique dans sa présentation avec une sorte de vulgarisation des lignes d'accords déjà présentes sur un "Birds.." ou un "Inner.." sauf qu'elles sont incorporées dans un contexte rock hendrixien avec des arrangements funkisants derrière ou parfois du pur funk pas mauvais mais pas transcendant. "Eternity's Breath","Pastoral", "Faith" et "Lila's Dance" valent le détour cependant.

Note donnée au disque :