Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMahavishnu Orchestra › Apocalypse

Mahavishnu Orchestra › Apocalypse

5 titres - 52:11 min

  • 1/ Power of Love (4:17)
  • 2/ Vision is a Naked Sword (14:22)
  • 3/ Smile of the Beyond (8:04)
  • 4/ Wings of Karma (6:09)
  • 5/ Hymn to Him (19:19)

enregistrement

Air Studios, Londres, Angleterre, mars 1974

line up

Ralphe Armstrong (basse, voix), Philip Hirschi (violoncelle, voix), John Mclaughlin (guitare), Gayle Moran (claviers, chant), Jean-luc Ponty (violon), Carol Shive (violon, voix), Michael Tilson-thomas (chef d'orchestre, piano), Narada Michael Walden (batterie), Marsha Westbrook (violon)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
jazz rock

Les fondations de l'Orchestra ont été revues de fond en comble mais "Mahavishnu" McLaughlin n'a pas perdu de sa superbe, ni de ses prétentions. Si on pouvait reprocher à la précédente mouture du groupe d'en avoir trop fait jusqu'à les pousser à l'implosion, McLauglin ne perd pas non plus de vue ses aspirations spirituelles et mystiques et embarque tout le monde pour un voyage qui se veut être celui dont on ne revient pas (l'Apocalypse) pour figer sur sillon la rencontre jusque là jamais complètement réussie du rock, du jazz et de la musique classique, un exercice où beaucoup se sont cassés les dents, de Deep Purple à Yes, en passant par Pink Floyd. Mais après tout, pour les habitués, il n'y a rien d'étonnant à voir le groupe se fondre littéralement dans un orchestre symphonique conduit par le jeune Michael Thomas - qui n'a pas hésité une seule seconde à hypothéquer sa carrière en se compromettant dans un tel projet. C'est l'époque qui veut ça, et poussée par les visions égocentriques du guitariste, la musique de ce "Apocalypse" est grandiloquente au possible. Avec les bons et les mauvais côtés que cela implique, selon que l'on soit friand ou non de ce genre de démarche. En soi, l'osmose entre le quintette et la ribambelle de violons fonctionne plutôt bien, une demi-surprise quand on se rend compte que ce n'est nul autre que George Martin, en personne, l'homme qui introduisit les Beatles à des éléments de musique classique pour les emmener vers de nouvelles perspectives, qui se retrouve en charge de la production. Les moments éthérés ("Power of Love" et "Smile of the Beyond", chanté par la claviériste Gayle Moran) trouvent du répondant dans des assauts plus prononcés ("Vision is a Naked Sword" ou la longue suite à rebondissements "Hymn to Him"), sans pour autant verser dans les excès d'antant puisque John McLaughlin a plus tendance à dialoguer avec les instruments à cordes qu'avec le groupe en lui-même. Un projet qui ne devrait pas effrayer ceux qui ont aimé "Tales from Topographic Oceans" ou "Atom Heart Mother".

note       Publiée le jeudi 12 septembre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Apocalypse".

notes

Note moyenne        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Apocalypse".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Apocalypse".

Thrwdrtz › samedi 19 mars 2011 - 16:16  message privé !

content de voir que d'autres trouvent que Mahavishnu, en particulier sur cet album, c'est quand même un peu mégalo. Et un peu trop rigide dans sa conception, à mon goût. Cela dit, je pense aussi que TOUS les disques du MO présentent plein de super idées et que c'est loin d'être mauvais. Il s'en dégage juste ce côté prétentieux et sophistiqué qui me dérange un peu.

Note donnée au disque :       
Coltranophile › mercredi 10 février 2010 - 09:58  message privé !

"Chez Mahavishnu , on sent plus une frime qu'un projet musical abouti ."

Je ne le ressens pas de la même façon même s'il y a toujours un petit côté "recherche de légitimité" dans ce genre de tentative, le complexe d'infériorité du rockeux ou du jazzman face à la musique classique. Mais ça ne me marque pas plus que ça dans le cas présent. C'est surtout que l'orchestre a l'air d'être là pour redonner une originalité a quelque chose que Mahavishnu a déjà fait; la progression de "Vision Is A Naked Sword" par exemple qui est déjà entendue mais rhabillée par l'orchestre. Donc ça n'apporte rien à mon sens. L'autre ajout, c'est les moments groove-funk qui seront de plus en plus présents par la suite et qui ne sont pas terriblement excitants. "Inner.." ou même "Birds.." avaient une approche plus radicale du groove, très idiosyncratique, ce qui n'est plus trop le cas ici et devient juste une tentative de renflouer en énergie quelque chose qui s'essouffle. Très frappant sur "Hymn To Him" qui est excellent jusqu'à ces dernières minutes assez flasques quand ça tourne à une sorte de "Earth,Wind And Fire du pauvre mais ambitieux".

Note donnée au disque :       
ellington › mardi 9 février 2010 - 18:33  message privé !

L'ajout orchestral , un test terriblement casse-gueule , pour un groupe . Qui s'en tire ? Je dirais les beatles et George Martin , les pretenders unplugged , Lou Reed avec Bob Ezrin , Nick Drake . J'en oublie , mais il y en a pas des tonnes non plus . Chez Mahavishnu , on sent plus une frime qu'un projet musical abouti .

Coltranophile › mardi 9 février 2010 - 18:19  message privé !

Si on ne peut pas crier au scandale dans l'ensemble sur la tentative d'ajout orchestral (bien que ça n'apporte pas grand chose non plus), il y a ici un monument couillon d'une ampleur tout à fait sidérante: "Smile Of The Beyond". Je ne peux en dire plus, il faut l'écouter pour le croire. "Power Of Love" est bien mou du genou, "Wings Of Karma" ne tombe pas dans le kitsch mais s'en rapproche dangereusement pour déboucher sur du Mahavishnu pur sucre que l'on pourrait interchanger avec presque n'importe laquelle de leurs impros. Reste les deux longs morceaux qui eux réservent de bonnes surprises mais pas seulement.

Note donnée au disque :       
torquemada › dimanche 30 novembre 2008 - 20:22  message privé !

Je préfère le Mahavishnu quand il bourrine sans complexe.

Note donnée au disque :