Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMorrissey › You are the quarry

Morrissey › You are the quarry

détail des votes

Membre Note Date
Shelleyan      mardi 5 octobre 2021 - 21:29
Richard      mercredi 6 octobre 2021 - 18:14

cd • 12 titres

  • 1America is not the world
  • 2Irish blood, english heart
  • 3I have forgiven Jesus
  • 4Come back to Camden
  • 5I'm not sorry
  • 6The world is full of crashing bores
  • 7How can anybody possibly know how I feel ?
  • 8First of the gang to die
  • 9Let me kiss you
  • 10All the lazy dykes
  • 11I like you
  • 12You know I couldn't last

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Conway Studios, Holywood, Los Angeles, Californie, USA; Sam Hook End, Grande Bretagne. produit par Jerry Finn.

line up

Morrissey (chant)

Musiciens additionnels : Gary Day (basse), Dean Butterworth (batterie), Alan Whyte, Boz Boorer (guitare), Roger Manning (clavier)

remarques

Cette version inclut un DVD avec le clip de 'Irish blood, english heart'. Une autre propose un second cd de faces B et de vidéos.

chronique

Styles
pop

‘In America, the land of the Free, they said and of opportunity, in a just and a truthful way but where the President is never black, female or gay. And until that day, you’ve got nothing to say to me’. Les mots sont de Morrissey, un Morrissey pas des plus inspirés en matière de textes (contrairement à ce que laisse poindre ces paroles et malgré quelques coups d’éclat, ainsi ‘All the lady dykes’) sur un disque par contre nettement plus complexe en matière de sentiments. Beaucoup de revendications identitaires dans une drôle de relation ‘Je t’aime, moi non plus’ qui démarre assez tranquillement par une ballade nappée d’electro chaloupé, mordante par ses textes plus que par son groove même si sauvée par le ton plaintif si typique de Moz’…Autant d’ailleurs casser le suspense d’emblée, ‘You’re the quarry’ n’est pas un brillant album, c’est du Morrissey honnête mais sans grande prise de risque. C’est peu énergique également, mi-figue mi-raisin dans l’émotion, même sur le pourtant single ‘Irish blood, English heart’ avec pas mal de mid-tempo, de fausses ballades, de pop ambiguë, emballés dans une production typique d’un début des années 2000 errant dans sa pauvreté musicale après la fin du grunge, sauvé par quelques dernières pointures du type REM (avant l’apparition salvatrice d’un renouveau pop/post punk). C’est beau, léché, propre, passablement ennuyeux aussi sur le long terme. Le chant assure mais notre Anglais a déjà proposé mieux et proposera mieux aussi par la suite laissant ce ‘You’re the quarry’ un peu seul au bar comme un brave type à qui on tape volontiers la discute le temps d’un verre ou deux avant de saluer poliment et rejoindre une foule plus excitante, celle qui sait où ça bouge pour de bon. Rien n’est jamais simple pourtant, contrairement à ce qu’affirment les détracteurs, il y a de belles choses ainsi la ballade triste ‘The world is full of crashing bones’, un ‘First of the gang to die’ claquant évoquant le spectre des Smiths, le bon’All the lady dykes’ militant tranquillement sans concession comme Morrissey sait le faire, ‘I like you’ me rappelant étonnamment des échos de New Order (les touches electro au second plan ?)…Bref, globalement, le chanteur parait enfin se lâcher vers la fin de son disque et c’était bien la moindre après presque sept ans d’absence. Potage légèrement fade mais pas répugnant non plus en ce qui concerne mon palais mais surtout une forme de tremplin permettant à un Moz' largement quarantenaire de rebondir vers de meilleurs disques par la suite, contrairement à ce que suggère le titre de l'ultime chanson.

note       Publiée le mardi 5 octobre 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "You are the quarry".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "You are the quarry".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "You are the quarry".

cantusbestiae › vendredi 8 octobre 2021 - 11:10 Envoyez un message privé àcantusbestiae

C'est "The world is full of crashing boRes" et pas "bones", mais pourquoi pas haha. Je l'aime beaucoup cet album. A l'instar de "Years of refusal" qui sortira quelques années après, on y trouve quelques uns des véritables tubes de Morrissey ("Irish blood...", "I have forgiven Jesus" et surtout "First of the gang to die" en tête, qui est loin d'être mon morceau préféré mais qui a ce feeling Smiths-esque qui nous rappelle les jours heureux du meilleur groupe du monde) et des pépites toujours agréables à écouter ("The world is full of crahsing bores", "I'm not sorry", "Let me kiss you"...). Ca se chante, faux de préférence, sous la douche, c'est frais, parfois facile mais beaucoup plus efficace que ce qui suivra (à l'exception de "Years of refusal" et du dernier en date "I'm not a dog on a chain". Un de mes "go-to albums" quand j'ai envie d'écouter Morrissey (avec la compil "Bona Drag").

Richard › mercredi 6 octobre 2021 - 18:01 Envoyez un message privé àRichard

J'ai longtemps cru au caractère prodige de cet album. La faute sans doute au sept ans d'absence et au plus que faiblard "Maladjusted". Puis le temps a fait son affaire et pour un Morrissey, c'est tout juste moyen. Le vrai retour gagnant sera pour moi en 2006 avec "Ringleader Of The Tormentors" qui remettra les pendules à l'heure.

Note donnée au disque :