Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMorrissey › Ringleader of the tormentors

Morrissey › Ringleader of the tormentors

cd • 12 titres

  • 1I will see you in far off places
  • 2Dear God please help me
  • 3You have killed me
  • 4The youngest was the most loved
  • 5In the future when all is well
  • 6The father who must be killed
  • 7Life is a pigsty
  • 8I'll never be anybody's hero now
  • 9On the streets I ran
  • 10To me you are a work of art
  • 11I just want to see the boy happy
  • 12At last I'm born

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Forum Music Village, Rome, Italie. Produit par Tony Visconti.

line up

Morrissey (chant)

Musiciens additionnels : Michael Farrell (piano, orgue, clavier, trompette, trombone, percussions), Booz Boorer (guitare), Jesse Tobias (guitare), Matt Chamberlain (batterie), Gary Day (basse), Alain Whyte (guitare, choeurs), Ennio Morricone (arrangements), Alice, Andrea Baroni, Charlotte Patrignani, Ester Diodovich, Gaia, Giulia D'Andrea, Laura Adriani, Marco Lorecchio, Niccolò Centioni (choeur d'enfants)

remarques

chronique

Styles
pop
rock

La carrière solo de Morrissey comprend selon moi clairement deux parties, la première, sa période britannique, s’achevant avec ‘Southpaw grammar’ (paroles, iconographie). A partir de là, après un hiatus, déménagement aux USA, l’écriture du Mancunien se veut plus internationale, sa manière de travailler aussi. Si ‘You’re the quarry’ permet au Moz de renouer avec les feux de la rampe, j’ai tendance à trouver cet essai un peu bancal et incomplet même si sympathique. Rien de tout cela avec ‘Ringleader of the tormentors’. Il faut dire que notre homme a déjà quitté les USA pour l’Italie et qu’il y aurait rencontré un amant d’où un album traitant pas mal de sexe, plus ou moins directement selon les chansons. Evitons la philosophie tabloïd et étudions avant tout si cette rencontre a pu impacter la musique. Une chose est certaine, plus d’hésitations, le chant de Morrissey atteint une grâce rare renvoyant parfois à certains morceaux de bravoure des Smiths, ainsi le bouleversant ‘Dear God please help me’ aux orchestrations Morriconniennes grandiloquentes, subtiles, jamais kitsch, sentiment éprouvé également sur le splendide ‘The youngest was the most loved’ (avec ses choeurs enfantins rappelant ‘Panic’); c’est le Moz des 80’s devenu adulte, un adulte heureux mais toujours terrifié à l’idée de perdre ce bonheur auquel il n’est pas habitué. On pourrait d’ailleurs reprocher cet aspect, affirmer que le Mancunien pompe dans son glorieux passé mais il n’en est rien; c’est simplement que son univers a toujours été marqué des mêmes thèmes, s’est toujours révélé cohérent. On trouvait déjà ce registre de grâce sur ‘Vauxhall and I’ et c’est un plaisir que de sentir le Moz si inspiré et détendu, même si le britannique nuage n’est jamais complètement dissipé y compris sur le goguenard ‘You have killed me’, un morceau assez banal de prime abord mais qui devient irrésistible au fur et à mesure des écoutes. Que dire de ‘Life is a pigsty’ ? Il a beau avoir déménagé, le coeur de Morrissey demeure celui de cet ado asocial féru de lectures et d’écriture et il sait nous émouvoir encore. D’autant qu’il s’est bien entouré, Tony Visconti aux manettes tout de même, d'où sans doute cette cohérence des arrangements. Oscillant entre rock et grandiloquence symphonique mais sans l’humour décalé de Marc Almond auquel on songe parfois (‘At last I’m born’), Morrissey confirme qu’il a repris pied, avec une écriture non pas internationale comme je l’écrivais en début de chronique mais en retrouvant son moi profond de manière plus crédible que sur ‘You’re the quarry’, l’expérience en plus. C'est beau, l'Amour ! 4,5/6

note       Publiée le lundi 8 novembre 2021

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ringleader of the tormentors".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ringleader of the tormentors".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ringleader of the tormentors".

GrahamBondSwing › mardi 9 novembre 2021 - 22:11 Envoyez un message privé àGrahamBondSwing

Toujours des idées super cool pour les pochettes. Celle-ci est excellente !