Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMorrissey › World peace is none of your business

Morrissey › World peace is none of your business

  • 2014 - Harvest, 378525-6 (2 cd digipack)

cd 1 | 11 titres

  • 1 World peace is none of your business
  • 2 Neal Cassidy drops dead
  • 3 I'm not a man
  • 4 Istanbul
  • 5 Earth is the loneliest planet
  • 6 Staircase at the university
  • 7 The bullfighter dies
  • 8 Smiler with a knife
  • 9 Kick the bride down the aisle
  • 10 Mountjoy
  • 11 Oboe concerto

cd 2 | 6 titres

  • 1 Scandinavia
  • 2 One of our own
  • 3 Drag the river
  • 4 Forgive someone
  • 5 Julie in the weeds
  • 6 Art-hounds

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

La Fabrique, Saint-Rémy-de-Provence, France, 2014

line up

Morrissey (chant), Gustavo Manzur (piano, orgue, synthé, accordéon, trompette, guitare flamenco, didgeridoo, choeurs), Boz Boorer (guitares, saxophone, clarinette), Solomon Lee Walker (basse), Matthew Ira Walker (batterie, percussions, tubular bells)

Musiciens additionnels : Christophe Minck (harpe), Kristeen Young (choeurs)

remarques

Il s'agit ici de la version double cd.

chronique

Il est comme ça le Moz, pas un seul mauvais album en près de 27 ans de carrière solo (même s’il est évident que certains sont meilleurs que d’autres) pour nous livrer à 56 balais ce qui pourrait être son travail le plus abouti. Fidèle à lui-même et las de la situation de l’industrie du disque et de la presse musicale britannique, l’homme a ouvert son horizon musical après divers concerts notamment en Amérique du Sud aidé en cela par un lieutenant de choix, le multi-instrumentiste Gustavo Mansur, l’un des derniers arrivés de la Moz Team. Non content de savoir chanter, jouer de la guitare, du clavier, de l’accordéon, de la trompette et du didgeridoo, ce dernier a fortement contribué à assurer l’atmosphère de certaines chansons, ainsi la touche française de ‘The Bullfighter dies’ ou les éclats de cuivre. Car ce disque est riche, riche et limpide. Varié également, entre clarté aérienne, mélancolie recueillie, quelques attaques plus tranchantes. Narcissique, mégalo, capricieux, Morrissey n’a surtout jamais mis la moindre goutte d’eau dans son vin, explorant avec la même conviction les thèmes de prédilection hantant ses textes depuis le départ: la cause animale (‘The bullfighter dies’), le malheur des laissés pour compte (‘Staircase at the university’), une misanthropie emplie du besoin d’amour (‘Kiss me a lot’, ‘Earth is the loneliest planet’), sans oublier quelques piques acerbes contre le système (‘World peace is none of your business’). Niveau mélodie, notre homme est au top, les arrangements subliment son timbre de crooner comme jamais. On retiendra forcément le mid-tempo ‘Istanbul’ aux guitares tranchantes adoucies par son chant et le thème, un père à la recherche de son fils dans la cité turque qui se retrouve à devoir identifier son cadavre; un ‘Earth is the loneliest planet’ à la rythmique espagnole dynamique et pourtant d’une très grande mélancolie, sans oublier ‘Staircase at the university’ tonique dans son couplet, nettement plus triste sur le refrain, où notre Anglais s’émeut avec cette délicatesse dont lui-seul a le secret du sort d’une jeune fille acculée au suicide par les attente de réussite démentes de ses parents et de son copain. Autant la structure en est entraînante, autant les poussées de cuivre mariachi paraissent festives, autant on ne se sent nullement le coeur à rire, même si en concert voilà bien le genre de compositions qui pousse à battre des mains sans réfléchir. Et que dire de ‘Kick the bride down the aisle’ dont l’orgue évoque davantage un enterrement (une fois encore, les paroles n’ont rien de joyeux, le Moz y fustigeant les coureuses de pensions) ? Ou de l’acerbe ‘World peace is none of your business’ ? Du plus acoustique ‘Mountjoy’ ? De l’impérial ‘Neal Cassidy drops dead’ coupant dans son électricité, soudain allégé d’une mandoline tristounette ? Tous magnifiques, variés dans les sonorités, riches en textures, passionnants à écouter. Les passages de guitare flamenco sont superbes, l’apport de l’accordéon et de la trompette un plus non négligeable, le synthé allongeant une légère volonté audacieuse. Vocalement, comme mentionné précédemment, Morrissey est au top, visiblement totalement remis de ses problèmes pulmonaires (impression confirmée après l’avoir vu sur scène durant presque deux heures), mélancolique, passionné, tantôt suave tantôt acerbe…Une véritable icône dont les détracteurs dénonceront les tics alors que les aficionados se pâmeront devant cette grandiose galette disponible en édition double cd avec pas moins de six titres supplémentaires dont le bouquet complète à merveille ce très grand cru (essayez de résister au flamboyant ‘Scandinavia’, au tendu ‘One of our own’ ou au Smithien 'Art-Hounds' pour voir).

note       Publiée le lundi 5 octobre 2015

partagez 'World peace is none of your business' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "World peace is none of your business"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "World peace is none of your business".

ajoutez une note sur : "World peace is none of your business"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "World peace is none of your business".

ajoutez un commentaire sur : "World peace is none of your business"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "World peace is none of your business".

microbe666 › samedi 9 décembre 2017 - 18:37  message privé !

Pareil. Mais c'est celle-ci qui agaçait méchamment nombre des chroniqueurs que j'ai pu lire et qui valait le commentaire comme quoi Morrissey aurait fait ça pour flatter son public sud américain. Je me découvre sud américain (toi Twilight on le savait déjà, puisque tu louais déjà les ajouts de trompette, guitare flamenco, accordéon du disque ci-chroniqué...).

Note donnée au disque :       
Twilight › samedi 9 décembre 2017 - 18:18  message privé !
avatar

moi j'adore 'the girl from....' ^^

Note donnée au disque :       
Richard › samedi 9 décembre 2017 - 11:22  message privé !

Avis mitigé pour l'instant... Un joyau défraîchi à l'écoute d'un horripilant " The Girl From Tel-Aviv " ou qui brille encore de mille feux avec " Home is a Question Mark "...

Note donnée au disque :       
Twilight › samedi 9 décembre 2017 - 10:53  message privé !
avatar

le dernier est un pur joyaux

Note donnée au disque :       
microbe666 › vendredi 8 décembre 2017 - 14:08  message privé !

j'ai pas tendance à lire la presse musicale, mais j'ai regardé quelques chroniques du dernier morrissey et je retrouvais souvent les mêmes commentaires, c'est d'un chiant ("y'a du tango parce qu'il vend plus qu'en amérique du sud", "c'est surproduit"). En tout cas moi je l'aime bien le petit nouveau, mais il devrait pas plaire à bangster ci-dessous ! Je dirais qu'il me laisse une impression générale proche de you are the quarry, mention spéciale pour "I Bury The Living".

Note donnée au disque :