Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKing's X › Ear Candy

King's X › Ear Candy

  • 1996 • Atlantic 7567-82880-2 • 1 CD

cd • 13 titres • 49:26 min

  • 1The Train3.06
  • 2(Thinking and wondering) what I'm gonna do3.43
  • 3Sometime3.47
  • 4A box4.39
  • 5Looking for love2.58
  • 6Mississippi moon3.11
  • 7674:41
  • 8Lies in the sand (the ballad of...)3.53
  • 9Run3.28
  • 10Fathers3.21
  • 11American cheese (Jerry's piano)2.54
  • 12Picture5.34
  • 13Life Going By4.04

enregistrement

Produit par Arnold Lanni et King's X. Mixé par Arnold Lanni, King's X et Brian garcia. Enregistré au Milagro Sound Recorders, Glendale, Californie.

line up

Doug Pinnick (basse, voix); Ty Tabor (guitares, voix); Jerry Gaskill (batterie, choeurs, chant sur 11)

remarques

chronique

Styles
rock
Styles personnels
hippie grunge

"Ear Candy" est le plus mal aimé des albums de King's X, conspué par beaucoup à sa sortie, dénigré par les nouveaux venus. Comme si King's X, en revenant au mélodisme, à une forme de douceur, à la pop chorale et l'envie du soleil s'était trompé. Trompé... regardez cette pochette, lisez ce titre, n'en déplaise aux hommes chiens, King's X sait ce qu'il fait, il le montre et l'assume. Malgré son apparence de volte face, "Ear Candy" n'a rien oublié de "Dogman"... ce sont plutôt ses détracteurs qui ont oublié "Gretchen...", qui ont oublié la foi, l'espoir et l'amour qui animent les King's X, psychédéliques dans l'âme. Le son est brut, cru, les guitares sont lourdes, la batterie ricoche d'harmonique et de charley ouvert, la rythmique est aussi volontaire que sur le disque noir. Mais là où les pièces lentes de "Dogman" nageaient en pleine tristesse, celles de "Ear Candy" marchent dans les prairies, retrouvent les étendues nostalgiques et légères de Summerland. King's X a gardé cette fraîcheur grunge et franche acquise avec "Dogman", l'acoustique nature du son va même ici plus loin, et il s'en est allé, pour un voyage mystique comme Gretchen à l'époque, faire un tour en Nebraska. Du plus direct ( Sometime, Looking for love..) au plus tranquille (thinking and wondering...), le trio nous offre une collection délicate et multicolore, authentique et toujours puissante. Depuis "The train" la parfaite, pêchue et psyché, jusqu'à "Life going by" la voyageuse mélodique, chaque pièce impose sa couleur, sa petite personne, de la rage de "Sometime" à l'émotion de "Lies in the sand", la mélancolie qui rie jaune de "American cheese", ce disque est un plaisir, un must de feeling et de richesse sonore. "Fathers", "Picture", par un grunge mélodique, groove et authentique, le groupe signe des pièces entre intimisme et universalité, souverains incontestables sur le territoire rock. Un album de photos, de souvenirs, de symboles, un album de musique au goût inimitable et à l'équilibre, encore une fois, stupéfiant. Que certans se rassurent, king's X est encore sombre et s'en ira le prouver. Pour l'instant, le groupe ainsi nommé entend défendre encore une parole faite d'espoir, de vie et de couleurs, d'envies et de plaisirs. D'une durée de vie peut-être un peu plus courte qu'un "Dogman", "Ear Candy" n'en demeure pas moins un des albums les plus heureusement symptômatiques du potentiel unique des texans.

note       Publiée le dimanche 23 mai 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ear Candy".

notes

Note moyenne        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ear Candy".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ear Candy".

pinnickX › dimanche 14 décembre 2008 - 20:52  message privé !

Longtemps un de mes favoris avec l'éponyme de 1992 (le 1er acheté logique ...).

A quand les chroniques des side-projects ? (Poundhound, Platypus, Supershine, Jughead, Jelly Jam, Ty Tabor solo, dUg solo).

Le_Vieux_Con › mercredi 6 septembre 2006 - 14:19  message privé !
Ear Candy c'est un peu un Dogman sous antidepresseur, à savoir un album tout aussi direct mais parsemé de cette joie de vivre et cet optimisme qui caractèrise le King's X pré-Dogman. Je n'aime pas tous les titres de l'album mais un disque de rock aussi généreux mérite vraiment qu'on s'attarde dessus.
Note donnée au disque :       
unpkble › mardi 3 août 2004 - 19:40  message privé !
sombre ou pas sombre... pour moi c'est clair! Ear Candy est un petit bijou, mais la encore il faut écouter plusieurs fois... King's X est un groupe sans concession et cela étonne même les fans de la 1ere heure, avec le recul cet album fait parti des preférés aux yeux des fans US ...
Note donnée au disque :       
StonHead › mardi 3 août 2004 - 17:33  message privé !
Il est clair que Ear Candy m'a pour le moins surpris à sa sortie ! Moi qui attendait un "Dogman, le retour", c'était raté !! Mais rapidement, je suis tombé sous le charme de cet album qui est loin d'être sans saveur ,n'en déplaise à notre compère Gmaloratiches ! Des morceaux comme The train ( quelle rythmique ), Looking for love, 67, Run ( Putain de riff !! ) et fathers sont excellents et novateurs !!! Pour faire une comparaison qui n'engage que moi, je dis que si on met Dogman et Ear Candy ensemble , on a l'equivalent de l'album blanc des Beatles ...
Note donnée au disque :       
gmalodents › mardi 25 mai 2004 - 00:29  message privé !
Hélas cher khan, certainement que ce Kings'x renoue avec la douceur mais une douceur veule et sans saveur. je ne parle pas de pochette mais de zique... Les pauvres gars ont l’air lessivés (mâtes moi le dos du skeud !, si c’est pas triste quand même ! on leur a pressé le citron jusqu’à la pulpe à ces braves et ils n’ont plus de jus !) et là, ils ne se sont manifestement pas "creusé" c'est couplet refrain 4/4 quantifié à la croche tout le temps avec des phrasés on ne peut plus chiants, attendus et scolaires !.. reste le son KINGSX, donc 2/6. Ps : ah oui, pour ce qui est du sombre, c'est avec ce groupe totalement hors propos. Ne faîtes plus s'il vous plaît de prosélytisme avec vos "sombres" par-ci, "sombres" par-là, çà en devient lassant et l'expression s'en désacralise dangereusement (ouaf!, ouaf!) à moins que vous ne considériez Carla Bruni comme faisant partie intégrante de ce "sombre" à présent galvaudé ?
Note donnée au disque :