Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKing's X › Gretchen goes to Nebraska

King's X › Gretchen goes to Nebraska

cd • 12 titres • 52:26 min

  • 1Out of The Silent Planet5.44
  • 2Over my head4.47
  • 3Summerland3.17
  • 4Everybody knows a little bit of something 3.57
  • 5The difference (in The Garden of St-Anne's-On-The-Hill)3.08
  • 6I'll never be the same4.57
  • 7Mission5.00
  • 8Fall on me4.03
  • 9Pleiades4.42
  • 10Don't believe it (it's easier said than done)3.06
  • 11Send a message4.02
  • 12The burning down5.15

enregistrement

Enregistré par Steve Ames, Rampart Studios, Houston. Producteur exécutifs : Jon et Marsha Zazula. Produit par Sam Taylor et King's X.

line up

Doug Pinnick (basses, voix); Ty Tabor (guitares, dulcimer, sitare, flûte, voix); Jerry Gaskill (batterie, percussions, voix) - Sam Taylor (orgue, piano)

remarques

chronique

Styles
metal
rock
Styles personnels
spiritual hard rock

Indicible... miraculeux. Préparez-vous à une chronique pénible, car parler de ce disque est pour moi un échec annoncé. On en prend plein les yeux, plein les narines, plein les oreilles, plein le coeur: enchanté d'harmonies vocales extraordinaires de richesse et d'équilbre, arrangé avec la délicatesse brillante d'un joaillier alchimiste, de la guitare acoustique au cliquetis harmonique, basse mélodique sur riffs shamans, ce voyage vers le Nebraska est semé de soleil, de haltes au bord de l'eau, d'instants précieux passés au pied d'un arbre, c'est une quintessence musicale, un état de grâce au pays des orfèvres, des cow-boys et des indiens, des bluesmen et des pasteurs, du hard rock et des rêves. Un voyage où chaque seconde de musique respire la fraîcheur, l'éternité, le bleu du ciel et le vert des feuilles. Un voyage qui nous mène d'églises noires en pays blanc, d'abondance en sêcheresse, de riffs en paysages. Planète musique. Une guitare, une batterie et une basse... et puis un peu de sitare, de piano, de dulcimer, de flûte en bois, de percussions et d'orgue. Une voix et des choeurs... et de la soul, de l'harmonie sublime et du gospel, de la pop Beatlesienne, des oasis d'atmosphères suspendues à des voix chantées depuis la lune. Ty Tabor multiplie par dix le potentiel expressif de la notion de riff; on peut tout faire avec des notes: de la musique, de la peinture, des trucs qui bougent et des prières; on peut avec six cordes composer trois minutes de musique, plus belles et apaisantes qu'une vie dans le Montana, "Summerland". Un son de bijoutier, ce n'est plus de l'inspiration, du feeling mais de la grâce... le rock puissant et mélodique débordant d'âme et de groove de King'X accède à l'impossible; une spontanéïté, un équilibre, une orfèvrerie et une spiritualité en osmose alchimique... ça fait quinze ans que ce feeling me traverse, que cette musique me hante, que ces notes me font pleurer, rire et rêver, que ce disque m'aide à vivre. Ca fait quinze ans qu'il me hurle que je suis noir, indien, anglais de liverpool et vrai rockeur dans l'âme, que j'ai vu le Texas, les forêts de Louisiane, et passé mes dimanches assis sur un vieux banc dans une église en bois, à chanter vers le ciel avant de retourner avec mes potes du coin jouer du hard dans les champs en attendant le soir. Je devrais essayer de reprendre mes esprits, mes bras qui battent le rythme et mon coeur la chamade pour vous dire qu'au delà du miracle, il y a bien dans ce disque des raisons objectives pour hurler au chef-d'oeuvre. La justesse des rythmes, la personnalité extraordinaire de la guitare de Ty Tabor, fabriquant d'étoiles sitôt qu'il touche à l'acoustique, la classe si maîtrisée de ces choeurs d'exception, le génie indivis du jeu de basse/guitare d'où coulent tant d'harmonies, de feeling et de précision, de détails qui tuent, d'où jaillit avec la force la plus incontestable une personnalité mélodico-harmonique tout simplement prodigieuse. oui, je devrais reprendre mes esprits... mais à dire vrai je n'en ai pas envie. Je préfère rester là, avec le hibou, dans les tâches de soleil à travers les grosses feuilles, en route vers Nebraska. Jamais un groupe n'avait fait ça, voici sans aucun doute l'album qu'aurait fait Dieu s'il avait joué du rock: ce disque, ce moment de musique, est éternel... 18/6.

note       Publiée le samedi 22 mai 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Gretchen goes to Nebraska".

notes

Note moyenne        18 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gretchen goes to Nebraska".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gretchen goes to Nebraska".

sergent_BUCK › vendredi 16 décembre 2016 - 00:07  message privé !
avatar

Ouaip !

Note donnée au disque :       
Raven › jeudi 15 décembre 2016 - 22:14  message privé !
avatar

Orgasme sur orgasme.

Note donnée au disque :       
born to gulo › jeudi 15 avril 2010 - 14:58  message privé !

miel d'acacia

Note donnée au disque :       
saïmone › mercredi 14 avril 2010 - 00:17  message privé !
avatar

Y'a quand même un gros côté Townsend (retroactivement, imbécile), sur Summerland surtout, genre le truc mielleux rose qui colle aux dents. Sauf que ça passe sans camions, et c'est plutôt agréable

saïmone › mardi 13 avril 2010 - 19:15  message privé !
avatar

ah les cons !