Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSRobert Schroeder › Club Chill Vol. 1

Robert Schroeder › Club Chill Vol. 1

cd | 10 titres | 71:00 min

  • 1 Waiting for You [11:12]
  • 2 Love is In the Air [5:54]
  • 3 Checking Out [7:52]
  • 4 Psychodelic [6:50]
  • 5 Dance Me Tired [5:05]
  • 6 Dont Disturb [5:05]
  • 7 I Feel You [7:56]
  • 8 Chilling Me Softly [5:28]
  • 9 I Like It So [4:47]
  • 10 Cold Desert [6:23]

line up

Robert Schroeder (Logiciel de synthé Propellerhead REASON PPG Wave II, Roland XP-60, Waldorf Micro-Q, Roland et FX)

remarques

Pour en savoir plus sur Robert Schroeder et entendre des échantillons sonores, visitez son site web; http://www.news-music.de/home_e.html Disponible chez Spheric Music: http://www.sphericmusic.de/

chronique

Robert Schroeder ne fait pas les choses à moitié! Cette incommensurable bête de studio aime exploiter toutes les facettes et possibilités de ses équipements. Et c’est dans ce contexte qu’il a produit un nouvel album de MÉ spatiale groovy et chill pour boîtes de nuit et écoutes personnelles. Club Chill Vol.1 est un album d’une MÉ qui transcende les frontières de la Berlin School pour s’immiscer dans les sphères du Chill-Out, Down Tempo et Groovy. Le caméléon par excellence de la MÉ contemporaine plonge dans ce croisement de styles en offrant 10 titres aux influences variées, allant jusqu’aux effluves funk des années 70. Premier d’une série d’albums à venir, Club Chill Vol.1emprunte un peu les styles très diversifiés de New Frequencies Vol.1 mais avec une ambiance très intimiste où la musique circule entre nos oreilles avec une fluidité inouïe et une panoplie d’effets sonores aussi fascinants qu’étonnants. Waiting for You ouvre Club Chill Vol.1 avec un doux rythme suave soutenu par un jeu de percussions sobres et une fine ligne de basse aux notes coulantes. Délicat, le clavier perd ses notes dans une brumeuse mellotronnée alors que le tempo devient plus animé sous une pléiade d’effets sonores caustiques et de nappes de synthé qui flottent sur un tempo assez ambivalent. Un tempo qui progresse avec de bonnes frappes de percussions tout en étant encerclé de belles couches de synthé et d’une approche électronique aux atmosphères hybrides. L’approche ambiante surplombe cette cadence aux styles ambiants et down tempo avec de belles nappes flottantes et de sulfureux solos qui planent au dessus d’une faune sonore tapageuse avec ses multiples sonorités hétéroclites. Une fine ligne syncopée ceinture ce tempo ambivalent qu’une sensuelle voix féminine arrose de paroles suggestives. Love is In the Air est une belle ballade électronique sensuelle qui siffle sous les étoiles avec de sobres accords de claviers flottant à la dérive. L’ambiance est très belle et très intimiste avec ses notes de piano qui épousent cette douce mélodie sifflée, qu’une suave voix chaleureuse enveloppe, sous de fins accords d’une guitare fuzz et des souffles de trompettes et saxophones très funky. Checking Out me rappelle les montages sonores des Chemical Brothers mais avec une nuance dans le tempo qui hoquète de ses accords saccadés. Des accords qui se déploient sous un arsenal d’effets sonores très attirant et de belles nappes de synthé brumeuses. Les percussions sont superbes pour une boîte à rythmes et les synthés ululent de bons solos sur une structure plus que jamais divisé entre le synth funk et le synth pop. Loin d’être psychédélique, Psychodelic est ce qui se fait de plus près du style que Schroeder élabore depuis Brainchips; soit un rythme ambivalent qui repose sous d’étranges pulsations métalliques et une perpétuelle oscillation truffé d’échantillonnages vocaux. La structure s’agite tranquillement avec des accords plus furieux et de bons solos de synthé. Ici, comme tout à l’intérieur de Club Chill Vol. 1, le rythme est difficilement cernable tant il permute constamment tout en respectant sa prémisse de base. Plus sobre et plus électronique que Love is In the Air, Dance Me Tired est une autre belle ballade sensuelle truffée de serpentins cosmiques qui tombent et défilent sous de belles nappes brumeuses. Le rythme y est suave et à la limite sensuel avec de fines pulsations suggestives qui pulsent sous de superbes solos langoureux. Dont Disturb est un croisement entre Love is In the Air et Dance Me Tired. Le rythme y est suave et tire principalement sa source des accords de clavier qui imitent à merveille les doux riffs d’une guitare virtuelle. C’est un bon titre délicat et groovy tout comme Chilling Me Softly qui est par contre nettement plus sensuel et vivant avec une bonne ligne de basse et de langoureux solos d’un synthé très cosmique. I Feel You est un long titre qui offre une croissante structure hypnotique avec de bonnes frappes de percussions et des accords de clavier qui fusionnent dans un écho à effet oscillatoire. Le titre baigne dans une belle ambiance électronique avec des effets sonores plus sobres et des étoiles électroniques qui défilent et virevoltent sur une structure somme toute minimaliste. Le rythme introductif hésitant de I Like it So devient plus saccadé pour épouser une douce structure nerveuse emplie de beaux solos spectraux et torsadés qui glanent autour de belles nappes mellotronnées et de fines percussions de verres. Un titre plus électronique avec dles solos de synthé qui rappellent l’univers de Vangelis, tout comme Cold Desert et son tempo entêté qui sort tout droit de The City ou Direct. Le rythme suave et entraînant, Cold Desert est de loin le titre le plus près des racines usuelles de Robert Schroeder où flotte de beaux solos dans une ambiance hybride; deux éléments qui sont la pierre angulaire de ce 1ier volet de Club Chill. Es-ce que Club Chill Vol. 1 est pour les fans de MÉ conventionnelle, de style Berlin School ou progressive? Il est difficile de se prononcer à ce niveau tant les styles couverts par ce dernier effort de Schroeder sont imprégnés d’une douce ambiance électronique. Une ambiance plus down tempo certes, mais une ambiance électronique plus intimiste et qui se déguste très bien en belle compagnie. Mais l’ingéniosité et l’acharnement que Robert Schroeder met à maximiser ses équipements en font un album étonnement agréable à écouter et qui s’apprécie encore plus à chaque nouvelle écoute. En tout cas, c’est ce qui m’est arrivé. Les premières écoutes m’ont laissé un peu perplexe mais derrière chaque titre se cache indéniablement les essences de la Berlin School avec des approches cosmiques et flottantes où les synthés y vont de beaux solos et laissent de magnétiques brumes mellotronnées dans une abondance d’effets sonores incroyablement étonnants sur de langoureux rythmes qui finissent par forger d’accrochant vers d’oreilles.

note       Publiée le lundi 30 mai 2011

partagez 'Club Chill Vol. 1' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Club Chill Vol. 1"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Club Chill Vol. 1".

ajoutez une note sur : "Club Chill Vol. 1"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Club Chill Vol. 1".

ajoutez un commentaire sur : "Club Chill Vol. 1"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Club Chill Vol. 1".