Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSRobert Schroeder › New Frequencies Vol. I

Robert Schroeder › New Frequencies Vol. I

cd | 11 titres | 65:07 min

  • 1 1 Rhythm Dancer 5:54
  • 2 2 The Reason Why 6:20
  • 3 3 I like It 5:30
  • 4 4 Twitter My Mind 4:43
  • 5 5 Falling Down 5:23
  • 6 6 I Feel So Good 5:30
  • 7 7 Caribbean Nights 6:19
  • 8 8 A Night In Space 8:37
  • 9 9 From Heart To Heart 7:19
  • 10 10 RockNtronic 5:09
  • 11 11 Oxidation 4:23

line up

Robert Schroeder: Logiciel de synthé Propellerhead REASON

remarques

Pour en savoir plus sur Robert Schroeder et entendre des échantillons sonores, visitez son site web; http://www.news-music.de/home_e.html
Disponible chez Spheric Music; http://www.sphericmusic.de/

chronique

Robert Schroeder a le mérite de toujours tenir son public sur le qui-vive. Album après album, et ce depuis 2005 avec Brainchips, le synthésiste Allemand déconcerte ses fans en allongeant des productions avant-gardistes. Des albums, je pense notamment à Sphereware et Taste It où Schroeder explore et innove ses créations musicales calquées à partir des nouvelles technologies, mais tout en respectant ses sentes musicaux qui, faut se rappeler, ont toujours tanguées entre le synth pop (Double Fantasy) et une MÉ aussi séquencée que cosmique. Entièrement réalisé avec le logiciel Propellerhead REASON New Frequencies Vol. I Robert Schroeder sillonne le monde des claviers virtuels sous forme de PC, façonnant ainsi un monde musical qui dépasse les frontières sonores de ce que Schroeder a réalisé à ce jour. Voté meilleur album de série Audiophile pour la catégorie Pop, New Frequencies Vol. I est le premier d’une série d’albums, à l’inverse des D.MO, où Robert Schroeder pousse ses explorations musicales hors des limites du Space Rock conventionnel, plongeant vers le Space synth-pop, avec un album truffé de rythmes ambivalents, mais étonnamment puissants, avec de solides percussions, de subtils et étranges échantillonnages vocaux ainsi que des synthés aux envolées hybrides encore enveloppantes, mais un peu moins cosmiques. Rhythm Dancer ouvre ce 21ième opus de Schroeder sur les chapeaux de roues avec des ondes synthétisées qui ourlent en boucles sur une rythmique enlevante et des percussions légèrement crotalées où les effets sonores digitaux se multiplient, fidèle à la multiplicité des sons qui habite le complexe univers musical de Schroeder. Le rythme est ambigu et explore différentes structures sur des accords de claviers hachurés, des ululements de synthé et des avalanches de batteries qui déferlent sur une cadence déjà bien nourrie en sonorités. The Reason Why offre une structure plus ébréchée sur des synthés aux ondes sinueuses et aux sonorités jazzées. Un titre qui flotte dans une enveloppe synthétisée très dense, mais dont le rythme est constant et soutenu par une bonne ligne de basse et de séquences qui pulsent lourdement sur des percussions tablas et des synthés à la Earth, Wind and Fire. I Like It explose dès son ouverture avec une rythmique aux extrémités crotalées et un synthé dont les strates métalliques égrènent ses éléments cosmiques et psychédéliques sous de suaves vocales échantillonnées. Ici, comme sur tout l’album, le synthé est dense et extrêmement varié, diversifié en sonorités de toutes sortes, mais reste aussi tout aussi onirique avec d’onctueuses strates valsantes. Nous sommes loin d’une MÉ cosmique aux séquences qui se développent lentement. Tout sur New Frequencies Vol. I grouille d’une vie musicale animée et ‘’groovy’’, comme Twitter my Mind et son rythme un peu plus lent ,entaillé par des ‘’disc sctrach’’ à la hip-hop ou break-dance, de bonnes percussions lourdes sur un synthé aux strates éthérées qui valsent malgré tout dans un cosmos tiraillé entre le rêve et la réalité des planchers de danse, tout comme From Heart to Hearth qui par contre offre une tangente plus cosmique que Twitter my Mind. Falling Down est un petit bijou de dualité rythmique avec un synthé qui vrille en boucle sur un tempo lourd de résonnances ondulantes et où la cadence hybride est couronnée de sonorités hétéroclites qui martelent un tempo déjà complexe. Du groove dans une grotte au plafond étoilé et aux courants d’air cosmique. Un superbe titre qui accroche à la première écoute, tout comme le superbe Caribbean Nights et son tempo nourri de lourdes résonnances et de bonnes percussions novatrices. Les expérimentations sonores sur cadences indécises et hybrides se poursuivent avec l’énigmatique I Feel so Good et ses percussions qui imitent l’appel des canards et son synthé aux défoulements névrotiques de vieux hippies encore sur acide. A Night in Space est le seul moment doucereux de New Frequencies Vol. I. Et encore là, même le suave et langoureux mouvement est rempli d’une faune sonore riche et expérimentale, faisant de A Night in Space une nuit qui est vraiment cosmique et onirique avec ses couches de synthé qui se lovent tels des cerceaux anorexiques qui fricotent sous des percussions métalliques, à l’ombre de sulfureux solos d’un synthé mélancolique. Une voix robotisée balbutie un texte robotique en ouverture de RockNtronic. Le tempo tombe. Il est lourd, sinueux et légèrement syncopé, prenant plus de formes et de forces à mesure qu’il explore les recoins de sa structure qui reste toujours ambivalente entre ses strates synthétisées enveloppantes, son synthé aux solos incisifs et ses lourdes percussions. Oxidation conclût avec un rythme ondulant, un peu comme sur Rhythm Dancer, mais avec des réverbérations érodées qui circulent en boucles, à l’ombre de juteux solos de synthé. Entre le synth-pop progressif à la Moonbooter et les originalités conceptuelles d’Art of Noise, Robert Schroeder navigue sur une mer sonore aux externalités très différentes de la MÉ de style Berlin School. Des sons et des sons lourds, incisifs, ébréchés, syncopés et entortillés! Bref, un éventail sonore des plus complexe, punchy et empreint d’originalité qui se couple à de belles mélodies, dont le splendide A Night in Space, et à des titres où les structures nerveuses et les rythmiques tape-du-pied regorgent de belles strates ambiantes et enveloppantes, créant une étonnante et charmante dualité.

note       Publiée le lundi 12 juillet 2010

partagez 'New Frequencies Vol. I' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "New Frequencies Vol. I"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "New Frequencies Vol. I".

ajoutez une note sur : "New Frequencies Vol. I"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "New Frequencies Vol. I".

ajoutez un commentaire sur : "New Frequencies Vol. I"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "New Frequencies Vol. I".

néantror › lundi 12 juillet 2010 - 21:35  message privé !

bonne musique pour faire de la muscu de je pense.