Vous êtes ici › Les groupes / artistesNGary Numan › Dance

Gary Numan › Dance

cd • 16 titres

  • 1Slowcar to China
  • 2Night talk
  • 3A subway called 'you'
  • 4Cry the clock said
  • 5She's got claws
  • 6Crash
  • 7Boys like me
  • 8Stories
  • 9My brother's time
  • 10You are, you are
  • 11Moral
  • 12Stormtrooper in drag
  • 13Face to face
  • 14Dance
  • 15Exhibition
  • 16I sing rain

enregistrement

Rock City Sound Studios, Shepperton, Angleterre

line up

Mick Karn (basse, saxophone), Gary Numan (chant, programation, percussions, claviers, synthés, basse, piano, guitare), Chris Payne (viola), Paul Gardiner (guitare, synthés), Roger Taylor (batterie), Nash the Slash (violon), John Webb (percussion), Cedric Sharpley (batterie), Tim Steggles (percussions), Sean Lynch (programmation), Connie Filapello (voix féminine)

remarques

Présence de Roger Taylor (Queen) à la batterie.

chronique

Styles
new wave
pop
Styles personnels
nocturnal pop

'Dance' est un disque trompeur à bien des égards. Tout d'abord, malgré son titre, c'est probablement (parmi ceux que je connais du moins) l'un des albums les plus lents de Gary Numan. Les percussions y jouent un rôle central mais pas de la manière dont on pourrait l'imaginer; souvent synthétiques, à la limite du sensuel et du cheap ('Slowcar to China', 'Moral', 'Dance'), elles rythment sans donner envie de danser un opus très nocturne et atmosphérique. L'écriture est généralement dépouillée, articulée autour d'une basse fretless glissante, des percussions et de quelques sonorités éléctroniques. D'une certaine manière, Gary permet à son style froid et clinique d'évoluer vers quelque chose de plus organique sans trancher pour autant avec les éléments glauques caractérisant ses productions précédentes. Au vu de la pochette, c'est sans doute un opus de pop très eighties que l'on serait en droit d'attendre mais une fois de plus notre excentrique Anglais brouille les pistes. S'il y a bien une touche pop dans 'Dance', les compositions restent plutôt expérimentales dans leur approche. 'Slowcar to China' par exemple dure près de dix minutes, le chant ne commence qu'après cinq minutes instrumentales sur 'Cry the clock said', quant aux paroles, inutile de dire qu'elles n'ont rien de foncièrment léger ou joyeux. C'est assez typique de Gary Numan de nous fournir des chansons en apparence faciles d'accès qui le sont nettement moins après seconde écoute. Précisions que les pièces rythmées ne sont pas absentes, notamment le bon 'Crash' (avec Roger Taylor à la batterie !) qui incorpore de la guitare éléctrique et fait volontiers penser à Ultravox, 'You are, you are' ou encore 'Stormtrooper in drag' bien que moins rapide. 'Dance' n'est pas un album facile d'accès, par sa lenteur quasi lounge parfois ainsi que le manque d'évolution des structures sur certaines pièces, éléments qui risquent d'en lasser plus d'un. D'un autre côté, il faut admettre que vocalement, Gary est très performant, plusieurs chansons sont simplement magnifiques, 'My brother's time' et son riff de piano, 'Crash', 'Face to face' ou encore 'Exhibition'. Quant aux climats nocturnes de 'Dance', s'ils comptent d'indéniables longueurs, ils dégagent aussi un charme plutôt envoûtant renforcé par quelques trouvailles comme le saxo oriental de 'A subway called 'you' ou les vocaux féminins en italien de 'Boys like me'. 'Dance' est donc un album qui déroute et qui sous une apparence bien sage dégage bien plus de profondeur qu'on ne pourrait le penser à la première écoute, mais est-ce si surprenant de la part d'un artiste comme Gary Numan ?

note       Publiée le mercredi 20 juin 2007

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dance".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dance".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dance".

Aladdin_Sane › lundi 1 juillet 2013 - 14:28 Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Je viens de chopper pour une vingtaine d'euros un petit coffret comprenant un double live de 81, Dance, I Assasin et Warriors. Ca va me permettre de découvrir une partie de la discographie de GN moi qui m'étais arrêté à "The Pleasure Principle".

sebcircus › vendredi 23 novembre 2012 - 13:36 Envoyez un message privé àsebcircus

La présence de Mick Kern à la basse donne un petit coté "Japan" à l'album

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › mardi 23 novembre 2010 - 20:08 Envoyez un message privé àE. Jumbo

Ayant encore un peu de mal avec Telekon, j'appréhendais l'écoute de ce troisième album, que j'imaginais bien kitsch avec une basse et un saxo très 80's. Quelle bonne surprise ! Les instrus sont délicieusement minimalistes et nocturnes, en effet dans la droite lignée d'un Tin Drum de Japan en moins exotique, la basse et le saxo s'y intègrent très bien, et le chant de Numan est ce qu'il est... Par contre, bizarre que personne n'ait parlé du morceau final "Moral" qui est une relecture du "Metal" de The Pleasure Principle !

Note donnée au disque :       
TribalCrow › samedi 11 septembre 2010 - 14:19 Envoyez un message privé àTribalCrow

Virage pour Gary qui, en collaboration avec Mick Karn (et sa basse fretless), joue une musique plus organique et plus atmosphérique. On retrouve toujours les synthés qui se font plus aquatiques, et d’étranges percussions qui n’ont rien de dansant. Les chansons prennent le temps de laisser s'installer des ambiances calmes et nocturnes ("Slowcar to China", "Cry the Clock says", "She's got claws") comme des promenades urbaines sous des néons. D'autres morceaux sont plus directs mais gardent ce côté étrange et ténébreux.

Note donnée au disque :       
mangetout › jeudi 28 juin 2007 - 21:33 Envoyez un message privé àmangetout
L'atmosphère nocturne très bien décrite par Twilight me semble venir (je peux me tromper) de Mick Karn (bassiste et principal compositeur de JAPAN) dont le superbe son langoureux et serpentesque de sa basse fretless charpente de nombreux morceaux de cet album ("Slowcar to China", "She's got claws", "A subway called you"...) et les apports orientaux ne sont pas étrangers à sa présence sur ce disque, on retrouve de surcroit quasiment le même genre de sonorités électroniques et ambiantes que sur le "Tin drum" de JAPAN sorti la même année que ce très bon "Dance".