Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNGary Numan › Exile

Gary Numan › Exile

cd • 9 titres

  • 1Dominion day
  • 2Prophecy
  • 3Dead heaven
  • 4Dark
  • 5Innocence bleeding
  • 6The angel wars
  • 7Absolution
  • 8An alien cure
  • 9Exile

enregistrement

Outland Studios, Angleterre

line up

Gary Numan (chant, claviers, programmation), Rob Harris (guitare), Mike Smith (claviers additionnels)

remarques

chronique

Pour la première fois, on ne voit pas sa tête sur la pochette, juste ses yeux cerclés de noir...A lire les titres ainsi que le nom du disque, on comprend vite que Gary revient de loin. Notre homme s'est en effet accroché comme un beau diable pour conserver une popularité qu'il n'a cessé de perdre au cours des 90's. Pourtant, comme chacun le sait, c'est dans la chute que se révèlent les grands personnages et notre Anglais en est un. Ayant compris que plus jamais il ne regagnerait sa place dans les hit-parades, il décide donc de se lâcher, de ne faire plus que la musique qu'il aime, de laisser éclater totalement la part de noirceur qui a sans cesse baigné son oeuvre et ainsi naquit 'Exile', un disque organique, intime et obscur, bien loin de la froideur clinique des débuts et du punch de la période 80's. Les lignes sont lourdes, pesantes, sur lit de beats mid-tempo, de guitares rampantes, de sonorités nocturnes. On songe parfois à Depeche Mode ('Innocence bleeding', 'Absolution', 'An alien cure') en plus menaçant mais le propos dégage souvent une touche musicale faussement agressive ('The angel wars', 'Dominion day'...). Un autre point intéressant est le chant; il a quelque chose de profondément triste, une sorte de douceur fatiguée presque effrayante (' The angels wars'). Gary Numan exorcise ses démons, se met à nu, sans réelle violence, comme s'il s'agissait d'une fatalité, ce qui est presque pire. Le résultat est tout simplement bouleversant, 'Exile' se présente comme son meilleur album depuis le début des 80's; double bonne pioche puisque des artistes comme Fear Factory, Marilyn Manson se mettent soudain à clamer leur admiration pour lui, à reprendre ses chansons...Un jeune public redécouvre son oeuvre et au moment où il pensait ne plus jamais se retrouver sous les feux de l'actualité, Gary voit sa popularité exploser dans les milieux underground. Sans renier pourtant sa philosophie, il va donc continuer à produire des disques personnels, emplis de noirceur...'Exile' ? 'Resurrection' plutôt !

note       Publiée le vendredi 27 avril 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Exile".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Exile".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Exile".

TribalCrow › mardi 15 octobre 2013 - 16:13  message privé !

C'est vrai que c'est une "affaire d'ambiance" cet album. Les morceaux s'enchainent proposant des variations des nappes insidieuses en arrière-plan, de la rythmique syncopée et des chuchotements glacials bourrés d'écho de Numan. Certains morceaux se détachent avec leurs petites particularités ("Dominion Day" avec ses guitares en avant par exemple) mais on est face à un tout à écouter d'un bloc en se laissant submerger par l'ambiance, ce qui est assez réussit. Difficile d'accès mais intriguant, le genre de disque qu'on a envie de réessayer et d'y revenir.

Note donnée au disque :       
ericbaisons › mardi 14 septembre 2010 - 14:17  message privé !

Tout à fait sur la meme longueur d'onde. Le seul vrai point noir c'est ce Dominion Day, reprise cachée de Cities in dust ou vrai hommage à Siouxsee, je comprends pas pourquoi reprendre exactement le meme refrain. Il semble parfois manquer d'inspiration mélodiquement, vu qu'un refrain proche revient 2 ou 3 morceaux ensuite.

Note donnée au disque :       
Raven › dimanche 15 août 2010 - 19:28  message privé !
avatar

Ici c'est une affaire d'ambiance... Les paroles de Gary sont d'une affligeante banalité, il se travestit avec des tonnes d'effets (dont sa voix n'a en plus pas vraiment besoin), et ses titres se ressemblent quasiment tous... mais y a l'ambiance. On se fait un peu chier au début et à partir de la 4ème ou 5ème ça devient très prenant et difficile de décrocher (un peu comme avec Type O un côté outrageusement superficiel, mais hyper envoûtant, dans le son), et j'aime beaucoup les petits effets bizarres qu'il dissémine dans ses morceaux, un album plus subtil qu'il y parait;

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › samedi 1 mai 2010 - 15:27  message privé !

Je ne l'ai écouté qu'une seule fois, tout comme Exile, mais les deux albums me semblent assez similaires, et donc tous deux très bons :) J'aime beaucoup cette ambiance un peu cyberpunk, j'ai l'impression de retrouver Replicas et The Pleasure Principle en plus sombre, un vrai délice !

Shelleyan aka Twilight › samedi 1 mai 2010 - 15:04  message privé !
avatar

Tu n'as pas tort...En fait, je ne le possède pas car découvert assez récemment. J'étais tellement dégoûté par la tournure de sa carrière dès la fin des 80's que j'avais zappé 'Sacrifice'...Peut-être un achat du mois prochain d'ailleurs, j'y avais réfléchi...A voir.