Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNGary Numan › I, assassin

Gary Numan › I, assassin

cd • 15 titres

  • 1White boys and heroes
  • 2War songs
  • 3A dream of Siam
  • 4Music for chameleons
  • 5This is my house
  • 6I, assassin
  • 7The 1930's rust
  • 8We take mystery to bed
  • 9War games
  • 10Glitter and ash
  • 11The image is
  • 12This house is cold
  • 13Nopise noise
  • 14We take mystery 8early version)
  • 15Bridge ? What bridge ?

enregistrement

Rock City Studios, Shepperton, Middlesex, Angleterre

line up

Gary Numan (chant, clavier, guitare), Roger Mason (clavier), Pino Palladino (basse fretless, guiare), Chris Slade (batterie, percussions), John Webb (percussions)

Musiciens additionnels : Mike (saxophone, harmonica)

remarques

Les titres 9-15 sont des bonus

chronique

Styles
pop

Le problème avec Gary Numan, c'est que quand il tient une idée ou un contexte, il ne peut s'empêcher de l'exploiter jusqu'à la lie. Ainsi, une année seulement après le surprenant et nocturne 'Dance', le voilà qui remet le couvert avec un disque composé lors d'un tour du monde effectué en avion (sa passion). Coulé par les critiques à sa sortie, il enthousiasme toujours son géniteur qui y voit l'un de ses disques favoris...Tant mieux pour lui...Il est exact d'affirmer que 'I, assassin' contient de bien belles choses, des pièces comme ' A dream of Siam' (mmm,ce thème de clavier nocturne), 'White boys and heroes', 'I, asassin' comptent comme de vraies réussites. D'ailleurs, niveau orchestration, la production reste un bon travail d'où se dégagent deux éléments: la basse fretless qui domine et conduit le feeling, en équilibre subtile avec les percussions, et les synthés qui assurent un fond nocturne mais conservent encore une forme de froideur typique des premiers travaux. Ce faux antagonisme résulte en une ambiance feutrée, faussement funky, louchant vers quelque chose d'organique (la touche blues de 'The 1930's rust') sans assumer pourtant la chaleur d'une instrumentation acoustique, paraissant cool sans s'être départie totalement de sa fraîcheur synthétique. Ces éléments avaient fait la qualité de 'Dance'; le problème est que la démarche est ici ouvertement pop. Dilemme que Gary gère maladroitement. Il veut défier Japan (avec qui il vient de se brouiller) sur leur propre terrain mais échoue là où il avait réussi un an auparavant. Les arrangements sont certes travaillés et fort bien exécutés mais les chansons ont perdu leur aspect progressif. Les voilà du coup qui traînent en longueur, ne variant pas toujours assez les gimmicks ('We take mystery to bed' en est le parfait exemple avec quatre minutes en trop), surtout qu'on ne peut s'empêcher de songer que certains avaient été déjà exploités sur 'Dance'. Vocalement, Gary non plus n'est pas au top; malgré d'évidentes merveilles ('A dream of Siam', 'White boys or heroes'), il surprend de moins en moins, utilise les mêmes techniques, peine à renouveler ses mélodies et insuffler une émotion réelle dans ses compositions qui se mettent à ressembler à des écrins vides; jolis mais vides...On finit donc par s'ennuyer sans trouver non plus le tout foncièrement désagréable et c'est là le plus enrageant...Ce disque regorge de belles trouvailles, témoigne d'un superbe travail de musiciens mais manque très clairement de recul, trop marqué qu'il reste de l'ombre de son prédécesseur et de quelques formations concurrentes (Japan en tête). Nous trouvons en bonus des faces B et versions alternatives qui ne font que renforcer cette impression de tourner en rond, d'option commerciale. La presse qui certes est souvent loin de détenir la science infuse ne suffira pas comme avertissement pour Gary qui choisira de se braquer, poursuivant rageusement dans la voie de ce qui amorcera lentement mais inexorablement son déclin des 90's. Il aurait peut-être été bon de prendre un peu de recul au lieu de livrer une succession d'albums dont la moitié sont des titres de remplissage...mais on ne refait pas l'histoire.

note       Publiée le mercredi 8 septembre 2010

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "I, assassin".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "I, assassin".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "I, assassin".

Scissor Man › lundi 7 février 2011 - 14:04  message privé !

Faut bien admettre que les disques de Gary Numan se ressemblent tous mais celui là sort du lot. Je le trouve plus abouti que les autres ou plus accrocheur. J'adore le son de la fretless bass ; c'est un peu sa signature.

mangetout › vendredi 10 septembre 2010 - 21:20  message privé !

C'est vrai que par moment on frôle le clonage reproductif à l'instar de "War songs" qui ressemble à une chute du "Tin drum" de JAPAN. Mais je l'aime bien malgré tout cet album de Gary et surtout pour les singles "Music for Chameleons" et "We take mystery to bed" (très "japaniens" eux-aussi) qui certes en rajoutent dans la longueur et la langueur mais quand on aime... Une mention particulière pour ce Pino Palladino qui s'en tire avec les honneurs dans le rôle du Mick Karn de service. Enfin c'est le dernier album pour ma part du Gary Numan première époque qui passe comme une lettre à la poste, après pour le reste c'est un morceau par-ci par-là tout au plus.