Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDie Form › Duality

Die Form › Duality

  • 1997 - Trisol, Tri 004 (1 cd)

cd | 13 titres

  • 1 Invisible world
  • 2 The hidden cage
  • 3 Lonely heart
  • 4 Love is cold I
  • 5 Rain of blood
  • 6 Anode current
  • 7 Leda's secret
  • 8 Transvisions
  • 9 The shape
  • 10 Duality
  • 11 The missing beauty
  • 12 La Jeune fille et la mort
  • 13 Love is cold II

enregistrement

Enregistré et produit en 1997

line up

Philippe Fichot (musique, vocaux), Eliane P.(chant), Franck Dematteis (violon, violoncelle), Mutsumi Oku (vocaux féminins)

chronique

Plus peut-être que sur aucun de ses albums d'alors, Die Form n'aura plongé aussi à fond dans l'essence des choses. En livrant 'Duality', c'est une approche essentiellement introspective que Philippe et Eliane nous proposent, une recherche teintée de références au classique (on trouve de nombreuses plages de violon, du vrai, ainsi qu'une très belle interprétation de 'La Jeune Fille et la Mort' de Schubert) mais aussi à l'art japonais (théâtre Nô, Butho...) de par la collaboration avec la chanteuse Mutsumi Oku (qui avait déjà participé au projet 'Ukiyo' en 1994), sans parler de touches industrielles. 'Duality' débute pourtant de manière relativement traditionelle, puisque, exceptée une belle plage ambient au violon, les premiers morceaux ('Hidden cage', 'Lonely heart', 'Love is cold I' et 'Rain of blood') sont de bons mais classiques titres électro jouant sur la dualité entre la froideur des sons, du timbre robotique de Philippe et la magnifique voix de Eliane. A partir de 'Anode current', le ton se modifie légèrement; le rythme est bien là mais les vocaux se font plus expérimentaux. C'est pourtant dès 'Leda's secret' que la seconde partie du voyage démarre. Les compositions se font plus ambient mêlant la mélancolie du violoncelle, l'aspect sombre et clinique des machines et la touche organique des vocaux, qu'ils soient de Mutsumi Oku (les excellents 'Transvisions'et 'Missing beauty') ou de Eliane ('The shape', ce dernier étant plus dansant).Je trouve ces passages réellement magnifiques pour ma part, 'La jeune fille et la mort' concluant de magistrale manière ce périple. Une fois encore, tout en restant fidèles à leur univers, les Die Form parviennent à nous surprendre, à faire évoluer leurs thèmes et leur musique...du grand art !

note       Publiée le samedi 13 mai 2006

partagez 'Duality' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Duality"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Duality".

ajoutez une note sur : "Duality"

Note moyenne :        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Duality".

ajoutez un commentaire sur : "Duality"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Duality".

Wotzenknecht › jeudi 10 décembre 2009 - 18:57  message privé !

Emma Shapplin a abusé sur le rimmel

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › samedi 13 juin 2009 - 18:51  message privé !

pempem fait sa crise d'adolescence

Note donnée au disque :       
empreznor › lundi 8 juin 2009 - 21:58  message privé !

La dualité c'est 1 ou 6

Note donnée au disque :       
cyberghost › jeudi 28 août 2008 - 10:17  message privé !
Faudrait que j'réécoute celui-là, mais j'avoue qu'il me troue pas des masses... J'dois sans doute être plus sensible aux vieux Die Form
born to gulo › jeudi 28 août 2008 - 00:49  message privé !
bon ; y en a des qui sont radins, dans le coin
Note donnée au disque :