Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDie Form › Extremum

Die Form › Extremum

cd | 14 titres

  • 1 Resonant Magnetic Source [4:37]
  • 2 Deep Inside [4:57]
  • 3 Glassphyxie [4:29]
  • 4 Radiomorphism 1+ [5:02]
  • 5 Animal Magnetism [4:27]
  • 6 Operating Theater [4:33]
  • 7 Electronic Brainpan [4:10]
  • 8 Itopsia Atropos [3:50]
  • 9 Neurolepsia [3:39]
  • 10 Transgressions 1 [3:40]
  • 11 O.T.E.D. (Oral Therapy For Erectile Dysfunction) [4:14]
  • 12 Transvocal Mutations [4:58]
  • 13 Suffocations [4:28]
  • 14 Radiomorphism 2 [4:05]

line up

Philippe Fichot, Eliane P.

chronique

Styles
electro
gothique
Styles personnels
deep inside

Fini de rire : Extremum est le chef d'oeuvre de Die Form. Une oeuvre claustrophobique, impérieuse, noire comme une cage d'acier perdue dans le néant ; c'est une prison désinfectée, aseptisée, beaucoup trop propre : un paradis noir pour automates érotiques abandonnés et autres fantasmagories macabres que seul Hans Bellmer aurait pu mettre en forme sans en perdre la substantifique moelle. Eliane, grands dieux ; LES Eliane tant sa voix est multipliée, déformée, transfigurée chante parfois de façon spectrale, aidée ou non de stupéfiants électroniques abstraits ('Deep Inside'), parfois comme possédée, hypnotisée par la force de volonté d'un Philippe Fichot à l'assurance plus que persuasive (l'étouffant 'Glassphyxie', pur moment d'hypnose dans une chambre froide). L'électronique se fait architecturale, structure métallique et machinerie médicale sophistiquée (retour à l'hosto avec le chirurgical et sublime 'Operating Theater', morgue réchauffée par les chaudières avoisinantes sur l'old school et cauchemardesque 'O.T.E.D.') tout en poussant le paradoxe DieFormien érotisme sulfureux/rigidité cadavérique à un nouvel extrême. Les difformités engendrées par les fantasmes de Fichot remplissent les salles d'op ('Transvocal Mutations') tandis que quelques touches humaines subsistent ici et là (guitare électrique et mélodie romantique sur 'Electronic Brainpan', le refrain envoûtant de 'Suffocations' – on croirait Emma Shapplin perdue en robe de chambre dans un bloc opératoire) mais ne soyons pas dupes, il ne s'agit là que de sujets d'expérimentations n'ayant pas encore mis les pieds dans les bons secteurs, tels 'Radiomorphism' et 'Neurolepsia' – les spots sont manifestement sur nous... Twilight nous parlait d'une tour d'ivoire avec 'Suspiria de Profundis' – 'Extremum' en est la salle d'expérimentations souterraine, et ce n'est pas demain que ses cobayes reverront la lumière du jour. Certains ont même commencé à se reproduire dans leurs cages : écoutez donc les geignement foetaux sur 'Transgressions'...

note       Publiée le dimanche 12 juillet 2009

partagez 'Extremum' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Extremum"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Extremum".

ajoutez une note sur : "Extremum"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Extremum".

ajoutez un commentaire sur : "Extremum"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Extremum".

Tallis › lundi 13 juillet 2009 - 07:39  message privé !

"Twilight nous parlait d'une tour d'ivoire avec 'Suspiria de Profundis' – 'Extremum' en est la salle d'expérimentations souterraine, et ce n'est pas demain que ses cobayes reverront la lumière du jour." On ne saurait mieux dire...

Note donnée au disque :       
Twilight › lundi 13 juillet 2009 - 00:27  message privé !
avatar

un bon album effectivement...sous-terrain, sans être suffocant, et pourtant...