Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Divers › Electrocity vol.4

Compilations - Divers › Electrocity vol.4

cd • 14 titres

  • 1Throbbing Gristle - United4:04
  • 2Data-Bank-A - One Way4:19
  • 3Front Line Assembly - Provision6:29
  • 4Will - Furnace Rekindled4:43
  • 5Placebo Effect - Decay4:58
  • 6Die Form - Doctor X (Vocalized Mix)4:56
  • 7Elektric Music - Lifestyle4:46
  • 8Spartak - Soldiers Song4:39
  • 9Nitzer Ebb - Come Alive6:11
  • 10Tuxedomoon - Desire6:49
  • 11Trauma - The City Sleeps5:29
  • 12Cyrus - Deliverance5:01
  • 13Twice A Man - Driftwood4:41
  • 14He Said - Pump6:01

line up

Die Form, Front Line Assembly, Nitzer Ebb, Placebo Effect, Throbbing Gristle, Tuxedomoon, Will, Data-Bank-A, Elektric Music, Spartak, Trauma, Cyrus, Twice A Man, He Said

remarques

Compilé par Ecki Stieg

chronique

- Allez, dis-leur… - Non, non, on les fait dans l’ordre ! – Mais enfin, ce ‘Soldiers Song’, tu l’as écouté un million de fois, c’est maintenant qu’il faut en causer. Si tu n’insistes pas, ils vont encore passer à côté, comme à chaque fois que tu essaies de vendre la mèche. - On va y arriver, je te dis… - Spartak ! Spartak ! – Vas-tu me laisser faire, oui ou non ? – Mais ils s’en fichent, tes lecteurs, que cela soit dans l’ordre ou non. Tiens, je vais te la faire ton intro : Il y a ‘United’ le "tube" ironique de Throbbing Gristle, ensuite Data-Bank-A, ensuite Front Line Assembly, ensuite Will, ensuite Placebo Ef… - Ah mais, sors de mon crâne, tu fous ma chronique en l’air. J’ai l’air de quoi, maintenant. Oui, Spartak, groupe expérimental formé par Philippe Alioth après ses débuts chez Guyer’s Connection et Touch El Arab, et dont je finirai bien par reparler ; Spartak donc, grand groupe oublié dont la créativité et l’originalité semble renouvelée à chaque morceau, nous offre ici un très grand moment d’EBM-minimal wave, inspirée de la chanson traditionelle irlandaise ‘The Kerry Recruit’ et rejouée avec emphase et chœurs masculins pseudo-prolétaires. La chanson a même eu droit à une petite analyse dans le bouquin d’Alexander Reed ‘Assimilate : A Critical History of Industrial Music’. Leur musique est en générale pleine d’humour sans jamais tomber dans le mauvais goût, fait rare dans la scène, et à chaque fois composée avec un grand amour pour les machines analo vintage. Eh bien voilà, c’est fait, tu es content, à présent ? – Assez, mais tu ne leur a même pas parlé de la seconde version semi-acoustique à l’accordéon, sur l’album ‘Omagiu’ ! – Ca va, ils iront voir d’eux-mêmes… On cause du reste, à présent ? – Mais le reste, c’est juste de la musique, pas une aventure humaine… - Attends, il y a le ‘Come Alive’ de Nitzer Ebb et sa délicieuse montée de testostérone, le beau et si cynique ‘Desire’ de Tuxedomoon, le minimalisme étrange de Twice A Man et Cyrus, l’immense ‘Pump’ de Graham Lewis sous son nom-de-guerre He Said… - Oui, certes, et j’ai peut-être survolé toute l’electro-goth, alors qu’il y a même le terrible ‘Doctor X’ de Die Form. Un bien beau volume au final, avec une sacrée perle au milieu. – Voilà, on est d’accord. On en reste là, pour les chroniques d'Electrocity ? – Bonne idée. On leur parle de Zwischenfall ? - Ah non, ca ne va pas recommencer !

note       Publiée le vendredi 22 juillet 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Electrocity vol.4".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Electrocity vol.4".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Electrocity vol.4".