Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDie Form › Corpus Delicti 2

Die Form › Corpus Delicti 2

  • 2001 • Trisol Tri 091 • 1 CD digipack

cd • 11 titres

  • 1Slavesex
  • 2Chains of love
  • 3Erector muscle stimulus II (remix)
  • 4Ordinator II (remix)
  • 5Beyond the bridge
  • 6Analogic (remix)
  • 7Steelknife II (revoiced mix)
  • 8Teufel im Liebe (revoiced mix)
  • 9Power of persuasion
  • 10Corpus Delicti
  • 11Savage logic (revoiced mix)

enregistrement

Enregistré et produit par Philippe Fichot entre 1989 et 1991, remasterisé en 2001

line up

Philippe Fichot (chant, musique), Eliane P. (chant)

remarques

chronique

Longtemps déjà que je songe à chroniquer Die Form mais comme je ne possède pas l'ensemble de leur discographie, je peinais à trouver un point de départ alors j'ai décidé de prendre l'album qui m'a fait découvrir le groupe. Die Form, plus qu'une musique c'est un univers, un monde sombre et feutré où la méchanique côtoie la chair, où les corps s'effleurent, explorent la douleur, où Eros et Thanatos s'observent sans jamais réellement s'enlacer. Die Form c'est une forme de fétichisme à la fois violente, désespérément poétique, et d'une sensualité froide et écorchée mise en musique. C'est la vision artistique de Philippe Fichot, photographe de talent (qui réalise tous les artworks) et musicien accompagné de Eliane P., compagne de performance et chanteuse. Le son Die Form est froid, particulièrement sur ce disque: sonorités synthétiques, cliniques, boîtes à rythmes sèches, voix robotiques, presque sans émotion...ce n'est pas vraiment de l'EBM (même si de légères traces sont à remarquer), ni de la pop, c'est à la fois dansant sans être léger, intense sans être lourd...c'est Die Form tout simplement. Ce disque est bon, pas le meilleur, mais vraiment excitant, l'alchimie du rythme et de la noirceur délicatement étouffante font merveille ('Erector muscle stimulus', 'Slavesex', 'Steelknife') mais jamais la formule ne fonctionne aussi bien que quand Die Form agit en duo, comme sur le brillant 'Savage Logic' où le chant féminin de Eliane donne la réplique au timbre métallique de Philippe. Une seule chanson de ce type (dommage !) sur ce disque mais la formule sera reprise de plus en plus. L'instrumental 'Corpus Delicti' symbolise magistralement le contenu de cet univers malsain et pourtant fascinant où la douleur semble n'être que prétexte à fouiller les mécanismes du corps, à disséquer les sentiments comme on dissèque des cadavres...l'esthétisme du fétichisme ?

note       Publiée le mercredi 3 mai 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Corpus Delicti 2".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Corpus Delicti 2".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Corpus Delicti 2".

Wotzenknecht › mardi 26 janvier 2010 - 16:23  message privé !
avatar

enfin choppé, et... mortel, sexuel, une sorte de mix entre Confessions et Ad Infinitum

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › mardi 10 février 2009 - 17:47  message privé !
avatar

Love with children, love with robots, love with machine - c'est cool, j'ai plein de Die Form mais aucun n'est chroniqué ; je vais pouvoir embrayer

Note donnée au disque :       
born to gulo › jeudi 28 août 2008 - 23:37  message privé !
ah, savage logic ...
cyberghost › jeudi 28 août 2008 - 10:21  message privé !
J'aime celui-ci, mécanique, froid, coupant et super bandant. J'parie que l'original est encore meilleur
Note donnée au disque :       
mangetout › mercredi 3 mai 2006 - 00:19  message privé !
Ouah DIE FORM terrible, bon celui là je ne le connait pas mais à l'époque j'avais acheté "Some experiences with shock" (1984) et effectivement ça avait été un choc, un objet magnifique esthétiquement parlant et un univers industrialo-cauchemardesque fait de sado-masochisme et de terreur psychotique, une espèce de mise en musique du Marquis de Sade (que je lisais en parallèle). Grand moment, par contre j'ai pas suivi l'évolution du groupe !