Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPearl Jam › Binaural

Pearl Jam › Binaural

13 titres - 51:58 min

  • 1/ Breakerfall (2:19)
  • 2/ Gods' Dice (2:26)
  • 3/ Evacuation (2:56)
  • 4/ Light Years (5:06)
  • 5/ Nothing as It Seems (5:22)
  • 6/ Thin Air (3:32)
  • 7/ Insignificance (4:28)
  • 8/ Of the Girl (5:07)
  • 9/ Grievance (3:14)
  • 10/ Rival (3:38)
  • 11/ Sleight of Hand (4:47)
  • 12/ Soon Forget (1:46)
  • 13/ Parting Ways (7:17)

enregistrement

Studio Litho, Seattle, USA, 1999

line up

Jeff Ament (basse), Matt Cameron (batterie), Mitchell Froom (harmonium, claviers), Stone Gossard (guitare), Mike Mccready (guitare), Wendy Melvoin (percussions), Pete Thomas (percussions), Eddie Vedder (chant, guitare)

chronique

Styles
rock
folk
Styles personnels
post grunge

Le grunge, finalement, c'est une histoire lointaine. Et même si Pearl Jam demeure le seul groupe à la surface de la Terre a être resté debout suffisamment longtemps pour enterrer tous ses adversaires, les seuls résidus de leur passé qui transparaît encore au travers de leurs chansons sont des gimmicks qui, au final, leur sont propres, et non pas une esthétique surfaite et qui n'a, en vérité, plus aucun sens. Suite à l'empoignade des duettistes sur "Alive", un peu à la manière de "Freebird", on avait vite fait de comparer Pearl Jam à Lynyrd Skynyrd. Puis l'approche acoustique de "Vs." les avait intrônisés Led Zeppelin des temps modernes, quand ce n'est pas tout simplement les dignes héritiers de Neil Young. Une série de comparaisons, parfois bien lourdes à porter qui, en définitive, dissimulent un simple état de fait : Pearl Jam n'est ni plus ni moins que le prolongement d'une longue tradition d'auteurs compositeurs rock, l'incarnation d'une continuité qui tend à se faner dans un environnement musical devenu hostile qui n'accorde plus aucun crédit à ce type d'approche en tout point révolu. "Binaural" annonce un renouveau timide, et celui-ci se fait par l'intégration de leur nouveau batteur, Matt Cameron, ex-Soundgarden, et compositeur à ses heures. On reconnaît sa patte inimitable sur "Evacuation", un titre qui augure d'une implication que l'on aimerait d'avantage voir porter ses fruits. Quoi qu'il arrive, avec ses hauts et ses bas, Pearl Jam est toujours parvenu à placer sur ses disques entre quatre et cinq titres qui vous donneront toujours l'envie d'y revenir. Et "Binaural" n'y échappe pas : après un départ tumultueux, Pearl Jam s'abandonne une fois encore avec délectation dans des compositions acoustico-mélancoliques sur lesquelles navigue la voix d'Eddie Vedder avec toujours autant d'à propos ("Light Years", "Insignificance", "Of the Girl", "Sleight of Hand"). Pearl Jam ne se livrera sans doute plus jamais à cette débauche d'énergie qui dopait leurs jeunes années, mais "Binaural" tend à prouver qu'il a au moins retrouvé son âme.

note       Publiée le samedi 1 novembre 2003

partagez 'Binaural' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Binaural"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Binaural".

ajoutez une note sur : "Binaural"

Note moyenne :        13 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Binaural".

ajoutez un commentaire sur : "Binaural"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Binaural".

Ramon › mercredi 10 juillet 2013 - 11:15  message privé !

Après deux sorties mitigées Pearl Jam revient par la grande porte, le groupe est requinqué mais privilégie les atmosphères au détriment du rentre dedans et cela donne des trucs splendides comme ce Nothing at it seems très Floydien.

Note donnée au disque :       
enslaver_666 › samedi 6 mars 2010 - 19:03  message privé !

Deux albums qui se vendent mal ne peut faire autrement que de croire que les gens abandonnaient tranquillement le groupe. Pearl Jam avait-il déjà fait le tour après 5 albums ??? Il est clair qu’avec la mort du grunge et depuis « No Code », le succès du groupe repose sur un noyau de fans loyaux. PJ n’est plus intéressé à séduire le monde entier et persévère dans les difficultés pour offrir ce « Binaugural ». Heureusement pour eux, et pour nous, les gars parviennent à récupérer ici leur touche magique et recommence à jouer du Pearl Jam comme on veut entendre. Certes, malgré une ouverture d’album enjouée avec les très bonnes « Breakerfall » et « God’s Dice », le rythme est beaucoup plus à l’image de « No Code », soit plus tranquille, plus axé sur l’acoustique. Défilent donc des compos somme toute assez légères, sans prétention, qui se prennent aisément, bien que parfois plus tragiques (Nothing as It Seems) ou émotives (Parting Ways). J’entend rien de mauvais là-dessus, ou presque parce que je dois dire que « Evacuation » m’agresse. Un album sous-estimé à mon avis qui n’a peut-être pas autant de punch que la classique trilogie des débuts mais qui se laisse prendre et découvrir facilement après quelques premières écoutes attentives. Les gars vieillissent et on entend que la maturité grandie aussi. Par contre, c’est évident que quelqu’un qui a abandonné Pearl Jam comme plusieurs autres après « Vitalogy » ne sera pas tenté de revenir en écoutant celui-là.

Note donnée au disque :       
gr3gou › lundi 18 septembre 2006 - 22:24  message privé !
Petite critique juste vis à vis de la qualité sonore de l'album, je sais pas ce qu'ils ont foutu lors du mixage mais alors qu'elle massacre ! Dommage pour un excellent album qui pete carrement plus en live => voir le live a bercy en 2002 ( plutot 4.5 aussi mais vu qu'on est deja 3...)
Note donnée au disque :       
Dun23 › samedi 7 janvier 2006 - 15:53  message privé !
Plutôt 4.5/6 en fait, C'est l'album qui m'a fait retrouver de vieux potes, des mecs dont j'appreciais le boulot mais qui ne m'avaient plus vraiment touché au coeur depui belle lurette. Et pis voila que je t'entends Insignificance qui à lui seul intègre les différentes époques de Pearl Jam. Du coup, je me dis que le reste doit pas être mal et ... la claque. Pearl Jam a une force émotionnelle d'une grand puissance et ce, grace notemment à la voix de Vedder qui possède ce que j'appelle un charisme vocal epoustouflant (pour mieux comprendre ce terme barbare, faites y référence avec Maynard Keenan). Nothing as It Seems et Sleight of Hand s'inscrivent direct dans mon palmares des plus belles chansons du groupe. Bref, une renaissance.
Note donnée au disque :       
perse-neige › dimanche 28 mars 2004 - 18:55  message privé !
4eme et enfin un commentaire constructif : pearl jam s' engouffre dans le son rock a la maniere des doors comme il l' ont toujours fait, malheureusement ils n' en possede que rarement la magie. par contre leur tout dernier album en 2cd qui est une compil de rareté est tout bonnement exellent.