Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKirlian Camera › Elysian Fields

Kirlian Camera › Elysian Fields

cd | 10 titres

  • 1 Vienna
  • 2 Twilight fields
  • 3 Eclipse
  • 4 Heldenplatz
  • 5 In the endless rain
  • 6 It was raining
  • 7 Ars Moriendi 2
  • 8 Charlie's song
  • 9 Der tote Liebknecht
  • 10 Alon 466

enregistrement

Enregistré live en divers endroits d'Europe entre 1992 et 1994

line up

Angelo Bergamini (chant, claviers, effets, synthés,programation, percussions), Emilia Lo Jacono (chant, claviers, synthés, guitare, percussions), Simone Balestrazzi (claviers, synthés, effets, percussions), Nancy Appiah (chant, percussions)

chronique

'Elysian Fields' combine l'étrangeté (encore que ce soit parfois plus courant qu'on ne l'imagine dans le monde de la musique) d'être un bootleg mais reconnu par le groupe (il est d'ailleurs crédité dans la discographie présente sur le livre 'Kälte Kontainers'). Sobre dans son emballage, il compile des morceaux extraits de concerts en Europe entre 1992 et 1994, soit une des périodes les plus glauques (y en a-t-il eu de joyeuses ?) du Kirlian Camera, celle où Angelo, Emilia et leurs collaborateurs raffolaient des plages d'orgue funèbres, des percussions lourdes et des atmosphères mystiques. Pour un pirate, le son est vraiment bon et tout à fait à la hauteur de ce que pourrait être un live officiel. Du coup, on s'immerge totalement dans les climats suicidaires et industriels des pièces où percussions métalliques, sonorités hantées, orgues pesants, rythmique électroniques froides et martiales tissent un spleen indicible d'où toute forme de lumière semble bannie. Difficile de ne pas se laisser prendre à la gorge par la mélancolie de 'Heldenplatz', l'ambiance de funérailles de 'Twilight fields', de frémir sur l'intro de 'Eclipse', de sentir son coeur battre au rythme des percussions et des grincements de 'Ars Moriendi 2'...Seul l'étonnant inédit 'Alon 466' construit sur des lignes de percussions d'inspiration africaine (témoignage de l'influence de la percussioniste noire Nancy Appiah) amène une forme de détente moins tendue. La sélection des chansons est impeccable, terrifiante d'efficacité et de beauté sombre...'Elysian Fields' ou le spleen incarné sur scène, un must !

note       Publiée le mercredi 17 mai 2006

partagez 'Elysian Fields' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Elysian Fields"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Elysian Fields".

ajoutez une note sur : "Elysian Fields"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Elysian Fields".

ajoutez un commentaire sur : "Elysian Fields"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Elysian Fields".

stankey › dimanche 2 décembre 2012 - 14:39  message privé !

Enfin, je l'ai trouvé. Cette chronique n'a pas été oubliée ^^

Note donnée au disque :