Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPearl Jam › Yield

Pearl Jam › Yield

cd • 13 titres • 48:29 min

  • 1Brain of J.2:59
  • 2Faithful4:18
  • 3No Way4:19
  • 4Given to Fly4:01
  • 5Wishlist3:26
  • 6Pilate3:00
  • 7Do the Evolution3:54
  • 8"Red Dot"1:06
  • 9MFC2:27
  • 10Low Light3:46
  • 11In Hiding5:00
  • 12Push Me, Pull Me2:28
  • 13All Those Yesterdays7:47

enregistrement

Studio Litho et Studio X, Seattle, USA, 1997

line up

Jeff Ament (basse), Stone Gossard (guitare), Jack Irons (batterie), Mike McCready (guitare), Eddie Vedder (chant, guitare)

remarques

chronique

Styles
rock
Styles personnels
post grunge

A l'époque de sa sortie, "Yield" laissait déjà un goût amer en bouche. L'impression tenace d'un disque aux plans terriblement bateaux. Bien des années après sa sortie, une nouvelle plongée dans ce disque démontre de manière indéniable qu'il est bien le disque le plus faible de toute leur carrière. Pearl Jam n'a pas perdu la main, seulement, la flamme, celle qui illuminait leurs chansons ou celle qui remplissait mes yeux d'espérance aveugle, s'est vraissemblablement envolée. Pearl Jam se contente d'assurer, et tente de tourner le dos à l'accueil mitigé qui fût fait au méditatif "No Code". Pour se faire, ils parient sur un retour au premier plan des riffs de guitares bien gras qui ont fait leur renommée ("Brain of J.", "Faithfull", le single "Given to Fly", "Do the Evolution" ou "MFC"). Hélas, aucun de ces titres ne semble vraiment inspiré ou décisif. Paradoxalement, les seuls moments où nos oreilles sont vraiment sollicitées, c'est lorsque le groupe de Stone Gossard s'essaye à des exercices inhabituels (l'instrumental et imaginaire "Red Dot" ou le délire gentillement funky "Push Me, Pull Me") qui cassent un peu la monotonie ambiante qui parcourt cet album. Un autre point assez usant, c'est l'alternance quasi systématique entre leurs morceaux plus enlevées et ceux à connotation folk acoustique qui traînent derrière eux comme un boulet l'ombre de "No Code" ("Wishlist", "Low Light", "In Hiding", "All Those Yesterdays"). Le titre encore le plus prenant du lot est le discret "No Way", une vicieuse montée d'adrénaline tout en tension contenue et dont la noirceur tangible nous ramène aux bons souvenirs de "Vitalogy". Littéralement, "Yield" a de multiples significations : en tant que verbe, il peut vouloir dire céder, abandonner. En tant que mot, il prend les sens de rendement, de rapport, de bilan. Toutes ces définitions me paraissent bien pertinentes pour tenter de cerner au mieux l'atmosphère générale qui se dégage de leur cinquième disque studio.

note       Publiée le samedi 1 novembre 2003

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Yield" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Yield".

notes

Note moyenne        9 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Yield".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Yield".

Ramon Envoyez un message privé àRamon

L'album de l'essoufflement malgré Given to fly, Do the evolution ou Wishlist, on s'ennuie et ça c'est nouveau mais ce ne sera que passager.

Note donnée au disque :       
enslaver_666 Envoyez un message privé àenslaver_666

Celui là en a soulagé quelques uns. « No Code » a été une pilule difficile à avaler mais voilà que Pearl Jam revient à un style plus traditionnel. Cependant, « Yield » annonce selon l’avis général, une période difficile pour le groupe. Certains iront même jusqu’à dire qu’il s’en est jamais sorti. L’album représente effectivement pour moi-aussi un des rares ratés dans la discographie du groupe. Pourtant, la recette qui a permis à PJ de devenir aussi populaire tôt en début de carrière demeure la même mais je suis aussi d’accord que ça manque d’âme, d’étincelles. Les titres défilent et ne séduisent pas. L’inspiration est à plat malgré cette confiance que dégage tout de même la musique. « Brain of J. », « Given to Fly » et « Wishlist » demeurent les seuls arguments qui m’empêchent d’oublier l’album dans le fond du placard. Pas que ce soit complètement mauvais mais ça manque la pêche habituelle, ce soupçon qui rend habituellement la musique de la quintette attachante. « Yield » provoque presque la pensée qu’il est simplement un album de plus pour Pearl Jam. J’y retourne de temps en temps mais le constat reste le même, pour le moment.

Note donnée au disque :       
heirophant Envoyez un message privé àheirophant

Le clip de "do the evolution" est absolument énorme!

tom Envoyez un message privé àtom
Du grunge du grunge du grunge, tu crois que j'écoute que ça dans la vie ? non ? Alors calmos hein
gr3gou Envoyez un message privé àgr3gou
Critique sevère de Progmonster, je trouve que cette album dans sa globalité a plus de peche que No code, et je ne trouve pas que les titres Brain of J., Faithfull, Given to Fly, Do the Evolution manquent d'inspit...plutot efficace a la sauce PJ