Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCabaret Voltaire › Methodology '74 / '78. Attic Tapes;

Cabaret Voltaire › Methodology '74 / '78. Attic Tapes;

cd 1 • 23 titres

  • 1Exhaust
  • 2Synthi AKS (Piece One)
  • 3Synthi AKS (Piece Two)
  • 4Jet Passing Over
  • 5Sad Synth
  • 6Treated Guitar
  • 7Treated Clarinet
  • 8Treated Drum Machine
  • 9Possibility Of A Bum Trip
  • 10Space Patrol
  • 11Jack Stereo Unit
  • 12Magnet
  • 13Counter Reaction
  • 14Capsules (Version)
  • 15Makes your mouth go funny
  • 16Dream Sequence Number Three (Short Version)
  • 17Reverse (Piece One)
  • 18Stolen From Spectra
  • 19Shes Black (Part One)
  • 20Jive
  • 21The Single
  • 22Speed Kills
  • 23Fascist Police State

cd 2 • 13 titres

  • 1Synthi AKS (Piece Three)
  • 2Data Processing Instructions
  • 3Fuse Mountain
  • 4Calling Moscow
  • 5Dream Sequence Number Two (Ethel's Voice)
  • 6The Attic Tapes
  • 7Treated Speech
  • 8Dream Sequence Number Three (Long Version)
  • 9Henderson Reversed (Piece Two)
  • 10Bed Time Stories
  • 11Loves In Vein
  • 12Do The Mussolini (Head Kick) (They Kill Him Dub)
  • 13Shes Black (Part Two)

cd 3 • 17 titres

  • 1It's not music
  • 2Slo change
  • 3Original voice of America
  • 4Heaven and hell
  • 5Do the Mussolini (head kick)
  • 6Here she comes now
  • 7Capsules
  • 8Oh Roger
  • 9Havoc
  • 10Talkover
  • 11No Escape
  • 12Photophobia
  • 13The Set Up
  • 14A Minute Is A Life Time
  • 15Baader Meinhof
  • 16Nag Nag Nag
  • 17Its About Now

line up

Christopher Watson, Richard H.Kirk, Stephen Mallinder

remarques

https://cabaretvoltaire.bandcamp.com/

chronique

Nous sommes en 1974, deux ans au moins avant que le punk ne se dévoile officiellement, Sheffield représente ! A l’écoute de disques tels que ‘Groovy, Laidback and Nasty’, difficile à croire que Cabaret Voltaire aient pu être les fameux pionniers de la musique électronique qu’on admet qu’ils sont aujourd’hui. Ce serait oublier un long chemin avant, un travail de défrichage impressionnant et pas mal d’audace capturée sur bande. Ce coffret a notamment pour mission de le rappeler. La seconde est de montrer aux fans les prémices, la mise en place, d’une démarche car le premier des trois cds, il faut l’admettre, est plus une collection d’expérimentations destinées à ciseler un son qu’un album de musique au sens lambda du terme. Les titres sont d’ailleurs évocateurs. Le groupe y teste des effets (‘Treated clarinet’, ‘Treated guitar’…), découvre son matériel, apprend à programmer, joue avec des loops (Exhaust’ constituée du mot tournant en boucle avec quelques imperceptibles vapeurs synthétiques derrière), des sonorités, échantillonne (‘Jet passing over’), se forme aux techniques de production et d’enregistrement. Si elles ne manquent pas d’intérêt, ces bandes peuvent difficilement être qualifiées de ‘morceaux’ mais là n’est pas le propos. L’intérêt des Anglais est ailleurs et surtout, bien différent de pionniers tels que Kraftwerk, Klaus Schultz, Tangerine Dream; eux recherchent l’inconfort, les aspérités (‘Reverse’, ‘She’s black’), le développement de quelque chose d’organique, froid, et surtout les thématiques controversées chères aux formations industrielles (situation sociale tendue, réflexions philosophiques sur les extrêmes, les déviances d’une société et de l’individu, la place de l’art et de la contestation). Dès 1975 pourtant, le rythme se met peu à peu en place, les sons se font plus maîtrisés, la voix fait de timides apparitions même si l’ensemble sonne un brin bancal et encore épris de recherche. Pertinent même pour tout amateur de musique expérimentale. Certaines pièces se dégustent réellement pour elles-mêmes (‘Dream sequence’, ‘She’s black’, ‘The attic tapes’…) avec de beaux moments dark ambient industriels, presque bruitistes parfois (‘It’s about now’). Arrivent pourtant les préquelles de vraies chansons telles que ‘Do the Mussolini (head kick)’ proposé d’abord en version dub puis finie. ‘Baader Meinhof’, ‘Nag nag nag’ finissent par émerger ainsi que d’autres titres dans des versions brutes, sans oublier une paire de reprises méconnaissables (le Velvet, les Seeds) évoquant la déglingue de Chrome. A la fin du troisième cd, on réalise que la patte du groupe s’est largement mise en place avec notamment usage de clarinette ou de cuivres distordus (l’excellent ‘Photophobia’), des beats encore ‘naïfs’, un vrai savoir-faire dans la manipulation de sonorités, une mise en position intelligente des voix qui ont pour l’heure une fonction de conteurs plus que de chanteurs. Outre le plaisir de l’écoute (si, si), il y a quelque chose d’assez excitant à imaginer ces jeunes gens tordre leurs sonorités, domestiquer leurs machines alors qu’en parallèle leur ville, citée en exemple industriel, voit ses usines se fermer avec tous les drames sociaux et le chômage que cela implique. Il est clair que ce superbe petit coffret a avant tout une vocation d’archive mais pas que. C’est véritablement l’intimité d’un processus créatif qu’il nous est donné de partager, quasiment étape par étape. Indispensable ? Pas loin pour les fans hardcore; les plus frileux se rabattront sur ‘1974-1976’.

note       Publiée le vendredi 17 juin 2022

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Methodology '74 / '78. Attic Tapes;" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Methodology '74 / '78. Attic Tapes;".

notes

Note moyenne        4 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Methodology '74 / '78. Attic Tapes;".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Methodology '74 / '78. Attic Tapes;".

ProgPsychIndus Envoyez un message privé àProgPsychIndus

Chef-d'oeuvre juste pour le fait qu'ils annoncent tellement de changements dans la musique , ils y avaient aussi TG ok, mais qui était la des deux en premiers cela peut ce discuter. les CABS sont des punk électroniques qui ont enfoncés toutes les portes.

Note donnée au disque :