Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Divers › In the beginning there was rhythm

Compilations - Divers › In the beginning there was rhythm

11 titres - 51:35 min

  • 1/ A Certain Ratio -- Shack Up 3:16
  • 2/ 23 Skidoo -- Coup 4:10
  • 3/ Gang Of Four -- To Hell With Poverty 4:57
  • 4/ Human League -- Being Boiled 3:50
  • 5/ The Slits -- In The Beginning There Was Rhythm 5:35
  • 6/ This Heat -- 24 Track Loop 5:57
  • 7/ Throbbing Gristle -- 20 Jazz Funk Greats 2:44
  • 8/ The Pop Group -- She Is Beyond Good And Evil 3:22
  • 9/ Cabaret Voltaire -- Sluggin For Jesus 5:02
  • 10/ 23 Skidoo -- Vegas El Bandito 2:56
  • 11/ A Certain Ratio -- Knife Slits Water 9:40

remarques

Le livret, très fourni, contient photos, historique du courant, et une petite biographie pour chaque groupe.

chronique

Styles
black music
funk
dub
electro
indus
punk
post punk
Styles personnels
electro / post-punk dansant et infernal

Quand même, quel dur labeur que celui du scribouillard musical ! En vérité je vous le dis, c’est une gageure. Voilà, regardez moi ça, « In the beginning there was rhythm ». Bravo, messieurs de chez Soul Jazz, je vous félicite pas. V’la au moins 4 ans que je l’ai ce machin, et que je le connais par cœur… Toujours pas chroniqué. Comment je fais moi, pour danser et chroniquer en même temps, hein ? Je prend une dactylo ? Bref, vous l’aurez compris, In the beginning there was rhythm, bien qu’étant une compilation rétrospective de la fin des 70’s anglaises, est l’un de ces disques qui définissent une décennie, et en l’occurrence, les années 2000. Le revival post-punk, propulsé par celui, plus général, des années 80, est parti d’ici. Toute la musique de danse de qualité produite depuis a été influencée par cet engouement, bien qu’on puisse regretter le passage à la trappe de l’aspect politique. Car à l’époque, l’heure était à la guerilla urbaine. Chaque titre est une nouvelle claque, qu’est ce que vous voulez que je vous dise, à part que si j’ai bien compté, il vous faudrait idéalement 11 joues… Rien n’a été laissé au hasard, du choix des titres, ultra-pertinent puisque le plus dansant du groupe à chaque fois, jusqu’à leur agencement, d’une précision machiavélique. Tout ce que la musique électronique produira par la suite de passionnant, de groovant sans oublier d’être expérimental, se trouve condensé et annoncé ici. Ce truc est un manifeste, et s’il faut parler de musiques électroniques sombres et expé, c’est par là qu’il faut commencer, et pas ailleurs. Next step : Detroit. Il suffit d’écouter des trucs comme Coup de 23 Skidoo, alias « les chemical brothers sont priés de rendre leurs millions de dollars », le genre de morceau qui vous fait péter une durite… C’est le vietnam sur le dancefloor. Les titres de This Heat et Throbbing Gristle, eux, auraient carrément pu sortir dans les années 90. Ils sont tous deux d’une puissance évocatrice et hypnotique effarante. J’en oublie de vous parler de l’objet : superbe et nanti d’un livret épais et hyper riche - soul jazz oblige - où il est question de Warp, de Factory, de 99 Records, de politique et de dancefloor, d’industriel et de radicalisation intense (quand on y pense, en quelques années, l’humeur est passée d’une insouciance de façade à un monde quasiment post-apocalyptique). Verdict sans appel : c’est bien parce que c’est une compil, aujourd’hui aussi culte que recherchée, que je ne mets pas un 6. Surtout que cette tuerie en règle, victime de son succès, ne sera pas re-pressée, et pour cause : tous les artistes présents ici ont été réédités en bonne et due forme depuis, ce qui n’était pas le cas à l’époque de cette compil’ (ça explique l’absence de Killing Joke, par exemple), qui aura fait sauter pas mal de verrous et déclenché une vague d’enthousiasme sans précédent pour des artistes parfois oubliés (les faramineux 23 Skidoo)… Des chroniques en perspective pour les rééditions de la plupart de ces groupes, donc (sauf Human League, que votre serviteur connaît encore peu), sans parler des autres compils et rééditions Soul Jazz, une vraie mine. Stay tuned.

note       Publiée le lundi 5 octobre 2009

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

partagez 'In the beginning there was rhythm' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "In the beginning there was rhythm"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "In the beginning there was rhythm".

ajoutez une note sur : "In the beginning there was rhythm"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In the beginning there was rhythm".

ajoutez un commentaire sur : "In the beginning there was rhythm"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In the beginning there was rhythm".

Seijitsu › dimanche 13 mars 2011 - 12:31  message privé !

La puissance du funk.

Note donnée au disque :       
dariev stands › mercredi 8 décembre 2010 - 15:17  message privé !
avatar

c'est quoi DOA ? sont pas passés à la trappe sinon, la chro est dans les cartons, comme beaucoup d'autres, celle de seven songs justement. C'est à vrai dire LE morceau qui m'avait tué sur place dans cette compil, donc vous vous doutez bien que ça passera pas à la trappe, non ? patience, je n'ai que deux bras et une vie.

A.Z.O.T › mardi 7 décembre 2010 - 15:57  message privé !

Et forcément 23 skidoo passe à la trappe grrrrrrr, pourtant le mix indus funky sur seven songs mérite plus que le détour (pour les ambiances dignes de DOA également).

Seb de Super › jeudi 8 octobre 2009 - 09:44  message privé !

Et The Pop Group j'attends toujours la suite ;)

E. Jumbo › mercredi 7 octobre 2009 - 22:41  message privé !

Ah ouais c'est bien funky tout ça. 23 Skidoo c'est super en effet, merci pour la découverte ! Sinon je trouve l'ensemble quand même plus étouffant que Turn to Red, qui lui est plus spatial avec tous ses effets. Tout ça me fait bien penser à 2x45 de Cabaret Voltaire, en tout cas je file l'écouter.

Note donnée au disque :