Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCabaret Voltaire › The voice of america

Cabaret Voltaire › The voice of america

lp vinyle | 10 titres | 40:23 min

  • 1 The Voice Of America / Damage Is Done [6:29]
  • 2 Partially Submerged [3:45]
  • 3 Kneel To The Boss [3:57]
  • 4 Premonition [5:06]
  • Face B
  • 5 This Is Entertainment [6:00]
  • 6 If The Shadows Could March? (1974) [0:55]
  • 7 Stay Out Of It [2:39]
  • 8 Obsession [5:06]
  • 9 News From Nowhere [2:23]
  • 10 Messages Received [3:15]

enregistrement

Enregistré à Western Works, as usual

line up

Richard H. Kirk (guitare, instruments à vents), Stephen Mallinder (basse, batterie électronique, chant lead), Christopher R. Watson (électronique, bandes magnétiques)

Musiciens additionnels : Haydn Boyes-Weston (batterie)

chronique

Styles
electro
indus
krautrock
Styles personnels
fucked-up future

Les Cabs aiment bien poser l’ambiance avec quelques boucles bien guérilla à la 23 Skidoo, et ce Voice of America ne déroge pas à la règle. Ici, c’est un genre de camp de prisonniers gris et morcelé d’effluves acides, dont la 1ère face expérimentale semble une B.O. “we will not allow any dancing”, crie une voix dans les haut-parleurs. Le message est clair : pas de new wave hédoniste ici. Pas pour l’instant, du moins. D’un sample issu du service sécurité d’un concert de rock, le trio fait une allusion à la "Voice of America", le service de diffusion radiophonique international des USA. Le morceau titre se veut donc un fuck retentissant à cet insolent cauchemar américain qui s’apprête à dominer les années 80. Pourtant, derrière ces samples de vieux films de guerre, ces bruits analogiques si crus qu’ils en sont presque steampunk, et ces boites à rythmes plus squelettiques que cheap, c’est bien le futur qui se dessine. Un futur qui, depuis Blade Runner, commence à se profiler en dystopie pour de plus en plus de monde… Cabaret Voltaire, à contre-courant de la majorité des musiques électroniques des 70’s, avaient dès le départ donné le ton, résolument pessimiste et cruel, de leur vision du futur. Cruel comme cette alarme qui nous harangue les oreilles sur Partially Submerged, avant de revenir entremêlée aux bribes de voix et beats sur le morceau suivant. "Premonition" semble, plus que jamais, être un titre aux airs de mise en garde sur l’impasse de la société occidentale. Car il est vrai que bien des titres semblent faire écho au présent, et la musique est toujours aussi lugubre. Difficile d’entendre les touches de couleurs annoncées par la pochette. La face B dévoile le côté plus syncopé des Cabs, encore en gestation en cette période post-punk où les dancefloors disco ne sont pas encore totalement ouverts à la new wave. Les "tubes" (tube de métro désaffecté, ouais) sont This is Entertainment, Messages Received et Obsession, aux rythmes électroniques jouissifs une fois le volume poussé à blinde. Si la voix narquoise est typiquement angliche et à vrai dire, encore très punk ; la basse et les dissonances en fond rappellent de leur côté le Can dubby du milieu des 70’s (Can qui a influencé tout le (post) punk anglais sans commune mesure, décidément). Du bon groove rétamé pour danser comme un zombie, bien plus trippant que cette grosse blague de Nag Nag Nag. Là, ça commence à ressembler à du Chrome, avec les influences allemandes qui vont avec. Et l’humour. Il faut entendre comme cette voix annonce "this is entertainment, this is fun", en contre-pied au début de la face A. Comme ils sont joueurs, ils ont foutu quelques morceaux purement bruiteux et insupportables au milieu, dont un datant de 74 d’après la pochette (franchement aucun intérêt), et un truc appelé Stay out of it où un genre de Marc Almond vient déclamer. Éternellement le cul entre deux chaises, Cab Volt tâtonne donc, cherche sa voie… Qu’on peut déjà deviner par cette légère orientation "dansante" dans les boites à rythmes (mais Throbbing Gristle n’en était-il pas là au moment de se séparer ?). Ils s’extirpaient un peu déjà du radicalisme indus en se montrant sur la pochette. Pourtant, ce n’est pas la lumière qui est devant, mais l’ironie grinçante de faire de la synth-pop sans lendemain dans une Angleterre en voie de délabrement. Pire qu’un "No Future" ? Un "Fucked-Up Future"…

note       Publiée le vendredi 14 septembre 2012

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

partagez 'The voice of america' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The voice of america"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The voice of america".

ajoutez une note sur : "The voice of america"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The voice of america".

ajoutez un commentaire sur : "The voice of america"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The voice of america".

Twilight › mercredi 16 janvier 2019 - 09:24  message privé !
avatar

J'ai beaucoup de peine avec celui-ci, réécouté mais ça ne m'évoque rien. Je colle 3 boules pour l'audace parce qu'il m'ennuie plutôt...

Note donnée au disque :       
tritium_v › mardi 21 juillet 2015 - 15:13  message privé !

je lui mets 6 parce que c'est mon premier vinyl d'indus que j'ai acheté, et mon préf des cabs avec red mecca

Note donnée au disque :       
novy_9 › vendredi 6 septembre 2013 - 12:56  message privé !

Ecoute "the living legend" il regroupe les 7" une tuerie !

Klarinetthor › vendredi 6 septembre 2013 - 03:01  message privé !

J'aaurais un peu de mal à dire que j'adore de bout en bout, mais le coté "résidents font zouker tout Saturne avec Arto Lindsay en maitre de cérémonie" est bien kiffant

Note donnée au disque :       
Seijitsu › samedi 10 novembre 2012 - 23:46  message privé !

Sympathique album, tout comme Mix-Up. C'est un peu con qu'on y trouve aussi bien de l'anodin que de la tuerie en puissance (Premonition, This is Entertainment, Obsession...).

Note donnée au disque :