Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMonster Magnet › Mindfucker

Monster Magnet › Mindfucker

cd | 10 titres | 49:57 min

  • 1 Rocket Freak
  • 2 Soul
  • 3 Mindfucker
  • 4 I'm God
  • 5 Drowning
  • 6 Ejection
  • 7 Want Some
  • 8 Brainwashed
  • 9 All Day Midnight
  • 10 When The Hammer Comes Down

line up

Dave Wyndorf (chant, guitare, claviers), Phil Caivano (guitare, basse, chœurs), Garrett Sweeny (guitare), Chris Kosnik (basse), Bob Pantella (batterie, percussions)

chronique

Styles
rock
pop

Cet album est une claque... Celle qui vous réveille dans la réalité. C'était trop beau pour être vrai... Alors que vous avez encore en bouche le goût orgasmique du rêve magique Last Patrol, on vous braque une grosse lampe de dentiste sur la poire et on vous dit "tu es en 2018, ton opérateur téléphonique te propose des super applications gratuites - as-tu essayé la nouvelle app' Monster Magnet ?". Le smartphone diffuse un tube du dernier album justement, "offert pour tout achat d'une enceinte bluetooth"... Passage direct de l'orbite de Jupiter au garage à Momo. Je suis sur Terre, et pas du tout dans mon assiette. C'est donc ça ce terrible état que les drogués appellent "redescente" ? C'est pas cool... Alors que tout est sensé aller super bien, ça va pas, du tout, comme l'esthétique de cette pochette, comme ce titre, comme ces riffs, ces solos, ces paroles, ce "fun" obligé et mécanique... Je regarde par la fenêtre, j'allume la télé... La plupart des gens écoutent de la musique de programmes informatiques et sont gouvernés par un cyborg à tête de fayot avec un cheveu sur la langue, qui se fait pépon par la mascotte d'Iron Maiden... Je referme les volets, je me réfugie au lit... Pitié, Seigneur Cosmos, je veux retourner là-haut ! Mais j'peux pas... C'est bien la réalité, celle qui schlingue le vide. Je me sens commme Marty McFly, quand il atterrit dans ce présent modifié après être allé dans le futur, et qu'encore ensuqué dans son plumard il découvre sa sainte maman liftée et arborant d'horribles grosses loches en silicone, réduite à l'alcoolisme depuis qu'elle est devenue la pute de son pire ennemi qui règne sur la ville depuis le sommet d'un casino de cent étages, building-symbole du monde capitaliste, qui a fait croire à Dave Wyndorf qu'il n'était pas fait pour régner sur L'Espace mais sur Las Vegas (un trou paumé dans le désert), et pouvait être une rock star comme les autres, engrosser des groupies portant encore l'appareil dentaire comme un vulgaire Steve Tyler, sans en subir les conséquences, oubliant que son âme se ferait manger par le puissant Dieu Dollar (aidé de l'Archange Cocaïne - une belle salope aussi celui-là) qui en a écrasé des bien plus coriaces que lui. Un cauchemar bien réel, dans lequel Monster Magnet est devenu un groupe de rock normal, avec des riffs et des solos normaux et une pochette normale imaginée par un bot... Un groupe froidement fonctionnel qui n'est plus que l'ombre du fantôme du sosie de lui-même, avec une imagination aux ailes coupées, des chansons garage-powerpop sans saveur et sans âme (Dave a beau brailler "I got soul", suffit pas de le dire, il a beau ronronner "I'm God" on y croit pas, à la rigueur seule "Brainwashed" surnage avec sa sonorité un peu Thin Lizzy) promises à un avenir certain dans les playlists de ces établissements où on écrit votre prénom sur une tasse jetable énorme remplie d'une flotte au lointain goût de café... Comme dirait ce pauvre George Abitbol : "monde de merde !"

note       Publiée le vendredi 26 octobre 2018

partagez 'Mindfucker' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Mindfucker"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Mindfucker".

ajoutez une note sur : "Mindfucker"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mindfucker".

ajoutez un commentaire sur : "Mindfucker"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mindfucker".

Dun23 › dimanche 28 octobre 2018 - 12:40  message privé !

Ouais, sympa, calibré scène, pas de fioritures ici, simple voire simpliste, ouais, clairement pas Last Patrol, Dopes et encore moins Spine of God, mais sympatoche. Disons qu'il est pas indispensable et que la note de Raven est plus un cri du cœur, un sentiment de trahison. Le plus dur est peut être de se dire que Wyndorf nous a sorti un album lambda.

magnu › samedi 27 octobre 2018 - 19:20  message privé !

Je l'ai trouvé plutôt sympa cet album. Après je ne sais pas si on peut demander à un album de Monster Magnet d'être sympa...

Note donnée au disque :       
Dun23 › vendredi 26 octobre 2018 - 17:42  message privé !

Dur dur Corbeau, je l'aime bien moi mais il vrai, derrière Last Patrol, il fait pas le poids!

born to gulo › vendredi 26 octobre 2018 - 16:10  message privé !

Hahaha. Pas réussi à en écouter plus d'un morceau, mais je me rappelle en revanche très bien le malaise que j'ai senti, et la commisération, devant l'interview de Wyndorf qui disait qu'il avait voulu, je cite de mémoire, "offrir un album comme ça à ses musiciens, qui assurent quand même comme des bêtes depuis des années, et ont bien mérité de s'amuser sur un bête d'album de rock". Putain. Mec, c'est pas parce que t'as des Philippe Manoeuvre qui jouent tes chansons, qu'il faut leur donner leurs chansons à eux ! Surtout pas, nigaud !