Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMonster Magnet › Dopes to Infinity

Monster Magnet › Dopes to Infinity

  • 1995 • A&M 540 315-2 • 1 CD

cd • 12 titres • 62:26 min

  • 1Dopes To Infinity
  • 2Negasonic Teenage Warhead
  • 3Look To Your Orb For The Warning
  • 4All Friends And Kingdome Come
  • 5Ego, The Living Planet
  • 6Blow'em Off
  • 7Third Alternative
  • 8I Control, I Fly
  • 9King Of Mars
  • 10Dead Christmas
  • 11Theme From Masterburner
  • 12Vertigo

line up

Ed Mundell (guitare, basse, voix, patience extrême, narcolepsie), Dave Wyndorf (voix, guitare, basse, mellotron, thérémine, orgue, percussions, cloches, perte de mémoire, béatitude sporadique), Joe Calandra (basse, guitare, courage, avions), John Kleiman (batterie, percussions, basse, voix, crépitement spirituel, soupirs), Tim Cronin (propagande atomique, visuels live, chauffeur, djembé sur "Ego, the living planet")

remarques

chronique

Fuck ! Les choses seraient-elles encore plus claires, trop claires ? Premier tuning, pour le Magnet Monster, et succès dans les salles à la clé ! Après vidange et décrassage des mécaniques, ajout de chromes luisants, de stickers tape-à-l'œil, et d'éléments de sécurité à l'utilité contestable mais qu'importe : riffs plus nets, son plus clean ; compositions ; écriture, et tout le tremblement, Wyndorf qui se met à jouer de tous les instruments pour donner de l'étoffe et du clinquant glamour... "nous voilà face à une formation rodée qui n'a plus rien à prouver", comme aurait pu l'écrire le chroniqueur appliqué que j'étais jadis. Virage médiatique, ce qui veut dire un public visé : l'adolescent ricain moyen, gavé aux clips MTV et aux séries B proprettes. Dopes To Infinity procure autant de plaisir et baigne d'autant de lumière que les albums d'avant, ça ne fait pas de doute ; il faut simplement pour l'apprécier à fond bien saisir dans sa caboche rétive qu'il est juste moins moto, plus bateau (hum), et que ce n'est plus dans les fumées psychédéliques qu'il baigne tellement, même s'il reste toujours solaire et extatique, mais dans une lueur un peu clinique, une sorte de phazium légèrement techno. Une affaire de mécaniques parfaitement huilées, le ronronnement impeccable donc sans prise de risque, mais aussi sans prise de tête. Le côté incandescent de Superjudge a fait place à un son plus propre, plus contrôlé ; un son de rock star accomplie tout simplement. Et c'est pas si difficile à comprendre bordel... Dopes To Infinity est le custom effectué par notre Wyndorf en costume de blaireau moyen sur sa machine à décoller du plancher des vaches pour répandre encore plus large les ondes soniques du Dieu-Taureau. Et ça marche. Il faudrait de toute façon être un peu tarte pour faire la moue devant les petites bombes que sont "Third Alternative", "Negasonic Teenage Warhead", "Look to Your Orb for the Warning", le jeffersonien "Dead Christmas", etc, je pourrais toutes les citer ou presque. Même si une petite préférence personnelle d'ordre purement distinctif m'oblige à lui mettre une boule de moins qu'à Spine of God, c'est un gros 4, parce qu'un Monster Magnet qui est déjà un bon pied dans le FM avec Wyndorf adepte du peigne à moustache, et qui en a toujours rien à cirer, se trémoussant dans ses bulles de savon synthétique sans se soucier des misères du monde. Une adorable petite bécane d'album, lustrée avec amour, à chevaucher de préférence bourré. Tiens bah, en parlant de ça...

note       Publiée le vendredi 31 août 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dopes to Infinity".

notes

Note moyenne        18 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dopes to Infinity".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dopes to Infinity".

born to gulo › lundi 29 juin 2020 - 22:20  message privé !

Mais oui, mon bon monsieur.

Note donnée au disque :       
Raven › lundi 29 juin 2020 - 22:14  message privé !
avatar

Fabuleux, ce Last Patrol. Fa Bu Leux.

Note donnée au disque :       
born to gulo › lundi 29 juin 2020 - 21:45  message privé !

Oui, les gens écoutent du stonère l'été, le sombrex est devenu d'un vulgaère !

Note donnée au disque :       
(N°6) › lundi 29 juin 2020 - 21:39  message privé !
avatar

Ouais d'ailleurs Clutch aussi, j'avais un peu écouté, trouvé ça trop cool et puis poof, jamais réécouté. A peu près dans les mêmes eaux d'ailleurs. Bah c'est la saison du stoner aussi.

Dioneo › lundi 29 juin 2020 - 21:05  message privé !
avatar

@Wotz : b'alors ? Tu préférerais trois pages sur Clutch ? (Râlage pré-emptif consécutif à une petite OD de stonère et dérivés ? A court de poêlée forestière rigolote ?)

Note donnée au disque :