Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVan Der Graaf Generator › Maida vale

Van Der Graaf Generator › Maida vale

8 titres - 71:09 min

  • 1/ Darkness (7:21)
  • 2/ Man Erg (11:08)
  • 3/ Scorched earth (9:42)
  • 4/ The sleepwalkers (10:01)
  • 5/ Still life (7:22)
  • 6/ La rossa (10:01)
  • 7/ When she comes (8:10)
  • 8/ Masks (7:24)

enregistrement

BBC studio, Londres, Angleterre.
titres 1 & 2 : enregistrés 10/06/1971, titres 3 & 4 : enregistrés 03/07/1975, titres 5 & 6 : enregistrés 01/04/1976, titres 7 & 8 : enregistrés 11/11/1976

line up

Hugh Banton (orgue), Guy Evans (batterie), Peter Hammill (chant, guitare), David Jackson (saxophone)

remarques

chronique

Ex-cel-lent ! Enfin, un live de VDGG et de la grande époque s'il vous plaît ! Comme à son habitude, la BBC propose une qualité d'enregistrement à faire rougir les plus grands ingénieurs du son, ce qui nous permet d'écouter à peu de choses près ce qui s'apparente le plus à ce qui pourrait être considéré comme l'album en concert ultime de Van Der Graaf Generator... Monté de toute pièce à partir de quatre différentes sessions, étalées de 1971 à 1976, on pourrait regretter de ne pas avoir de photographies plus approfondies du groupe, ne serait-ce qu'à une des deux époques. Juste histoire de pouvoir se farcir, je ne sais pas, "A Plague of Lighthouse Keepers" en entier par exemple... Mais tout bien considéré, cette perspective est tout aussi intéressante, si pas plus. Se rendant aux studios de la BBC pour promotionner chacunes de leurs dernières publications en interprétant deux titres de leur choix dans des conditions live, nous nous retrouvons face à une collection de titres exemplaires, respectant la chronologie des évènements. Deux titres de la première époque, puis deux titres de chaque pièce de la trilogie "Godbluff", "Still Life" et "World Record". Ça veut dire qu'on a enfin l'occasion de s'envoyer entre les écoutilles une version live de "Man-Erg", merci, merci encore, et le choix des autres morceaux est tout aussi à l'avenant ("Scorched Earth" et le long "Sleepwalkers", le toujours poignant "Still Life" et le superbe "La Rossa", "When She Comes" et "Masks"). Sans atteindre le côté extrême de "Vital", "Maida Vale" propose un instantané fidèle et conforme en quatre poses de cette indomptable bête de scène. Ex-cel-lent !

note       Publiée le jeudi 27 décembre 2001

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Maida vale".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Maida vale".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Maida vale".