Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIInquisition › Ominous Doctrines of the Perpetual Mystical Macrocosm

Inquisition › Ominous Doctrines of the Perpetual Mystical Macrocosm

cd • 10 titres • 41:50 min

  • 1Astral Path to Supreme Majesties04:32
  • 2Command of the Dark Crown03:50
  • 3Desolate Funeral Chant07:03
  • 4Cosmic Invocation Rites04:39
  • 5Conjuration00:56
  • 6Upon the Fire Winged Demon03:08
  • 7Ominous Doctrines of the Perpetual Mystical Macrocosm05:24
  • 8Crepuscular Battle Hymn04:15
  • 9Hymn for a Dead Star03:13
  • 10Across the Abyss Ancient Horns Bray04:50

enregistrement

Produit par Alfonso Pinzon. Enregistré et mixé par Alejandro Corredor pour A.C. Productions. Batterie et guitare enregistrées au Dungeon studio, Los Angeles, Californie. Guitare additionnelle et voix enregistrées au A.C. Studio, North Hollywood, Californie. Enregistré en deux sessions, entre le 11 et le 14 mars 2010, et entre le 23 et le 25 avril 2010.

line up

Dagon (voix, guitare), Incubus (batterie)

remarques

Sorti en cd, vinyle ; réédité en cassette, cd, vinyle en 2014-15 (Hells Headbangers, Season of Mist). Disponible également sur le bandcamp de Hells Headbangers.
Illustration par Antichrist Kramer.

chronique

Voici un de mes tous préférés de la discographie d’Inquisition, celui qui, de manière assez magique, est revenu le plus souvent dans mes oreilles par des routes plus ou moins tortueuses, mais à chaque fois le ressenti fut le même : une sensation d’extase, pas franchement anticipée quand on voit la pochette quand même bien moche de cet album. Extase, pourquoi ? Parce que Dagon, je le répète est un maitre de la guitare de le metal. Que ces plans relèvent de l’efficacité d’un John Rambo tirant une flèche contre un gros hélicoptère communiste. C’est aussi parce que se dégage cette ambiance si particulière que je ne trouve que chez eux : cette sensation de surfer sur un paquet d’étoiles filantes pour aller faire coucou à Lucifer qui semble, quand on lit les paroles, plus de l’ordre du super-astronaute malin que du vieux bouc qui pue. Cet album semble bien être charnière dans l'histoire du groupe, enfin du duo : on attire les incantations inquisitoriales plutôt vers le haut, plutôt qu'en labourant l'auditeur de coups de pioche vers le bas... enfin, on fait en sorte que le sulfureux sente de plus en plus bon, comme une espèce de luciférianisme positiviste, rempli comme à leur habitude de références cosmico-diablesques qu'on aura trouvé également, dans le genre, chez un Abigor ou Darkspace au choix... Remplie de belles idées, tubesque, puissant et mélomane ; inspiré et inspirant ; l'album que je préconiserais pour passer de jolis moments interstellaires entre le tube et le nez, entre la table basse et vos yeux, quand l'effet monte et que vous prenez l'ascenseur... swiiiiitch, les yeux perdus, la bouche tellement ouverte qu'elle en couvre tout l'univers connaissant, connaissable, digne d'être connu. Du black metal qui fout la pêche quoi.

note       Publiée le dimanche 27 novembre 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ominous Doctrines of the Perpetual Mystical Macrocosm".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ominous Doctrines of the Perpetual Mystical Macrocosm".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ominous Doctrines of the Perpetual Mystical Macrocosm".

Demonaz Vikernes › vendredi 2 décembre 2016 - 18:43  message privé !

La meilleure piste avec Astral Path to Supreme Majesties oui.

Note donnée au disque :       
Dead26 › vendredi 2 décembre 2016 - 16:55  message privé !

Je viens d'écouter et effectivement il est bien sympa ce morceau lent. À la guitare on dirait les harmonies toutes tordues du BAN post 2000 et avec la voix si particulière de Dagon ça rend beau...

born to gulo › vendredi 2 décembre 2016 - 16:19  message privé !

J'en étais pas loin, quand j'ai entendu "Desolate Funeral Chant", en effet.

Note donnée au disque :       
Dead26 › vendredi 2 décembre 2016 - 15:49  message privé !

Et tu as joui ?!

born to gulo › vendredi 2 décembre 2016 - 15:36  message privé !

Bon, eh bien je pense que les internets m'avaient fourgué les mauvais fichiers ce jour-là, que je l'écoutai, ou bien que j'avais mangé un truc avarié ; parce que la chose ne ressemble pas DU TOUT au machin de beumeu terne et vaguement bidasse dont j'avais le vague souvenir. "Éblouissant" me paraît le terme le plus approprié. Un feu d'artifices.

Note donnée au disque :