Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIInquisition › Into the infernal regions of the ancient cult

Inquisition › Into the infernal regions of the ancient cult

10 titres - 66:08 min

  • 1/ Unholy magic attack
  • 2/ Those of the night
  • 3/ The initiation
  • 4/ Empire of Luciferian race
  • 5/ Summoned by ancient wizards under a black moon
  • 6/ Journey to Infernukeorreka
  • 7/ Into th einfernal regions of the ancient cult
  • 8/ Mighty wargod of the templars
  • 9/ Solitary death in the nocturnal woodlands
  • 10/ Hail the cult

enregistrement

Enregistré en août 1997 à Seattle

line up

Dagon (chant, guitares, basse), Incubus (batterie)

remarques

Chaque édition possède une pochette différente.

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black metal original

Dès ce premier album, les colombiens d'Inquisition ont trouvé leur son, leur personnalité. Ce n'était pas encore le cas dans leurs précédentes productions (démos, EP, splits...), mais là, leur originalité est bien présente. Inquisition, c'est déjà et surtout un son de guitare très particulier, très ample, grésillant mais pas trop aigu, bien profond, sur lequel se dresse des arpèges de guitare limite ambient. Ajouté à cela, la structure des morceaux est tout aussi singulière. Ils sont pour la plupart longs avec des intros mettant l'auditeur dans une ambiance très démoniaque et sombre. La longueur et la lenteur des morceaux donnent un côté marche funèbre pas dégueu, sentiment renforcé par le chant si particulier de Dagon. Le chant, justement, parlons-en... Voilà ce qui frappe le plus quand on découvre Inquisition. Il est extrême, écorché, mais toujours retenu, il n'y a en effet absolument aucun crie, aucune explosion de la part du chanteur, il reste posé et ne force jamais ! Niveau compos, les riffs sont entrainants, lancinants, mais c'est vrai qu'à la longue certains titres sont vraiment (trop) lents et longs et vu que l'album dure tout de même plus d'une heure, cela peut devenir parfois lassant, d'autant plus que le style du duo, bien qu'original, manque de diversité. On peut cependant noter quelques trouvailles bien sympas comme le solo de guitare... sèche sur "The initiation" (le morceau le plus convainquant de l'album sans aucun doute). On peut aussi parler du titre totalement doom, très réussi et macabre, à la fin de l'album, "Solitary death in the nocturnal woodlands", un must du genre. Avec ce premier album (réédité 2 fois quand même depuis sa sortie), Inquisition imposait un nouveau style, le sien. Même s'il reste imparfait, il permet une bonne introduction à leur monde, la suite sera d'ailleurs une véritable réussite et une confirmation du potentiel présent sur ce premier effort longue durée.

note       Publiée le dimanche 23 octobre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Into the infernal regions of the ancient cult".

notes

Note moyenne        17 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Into the infernal regions of the ancient cult".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Into the infernal regions of the ancient cult".

Demonaz Vikernes › dimanche 9 janvier 2011 - 09:30  message privé !

les bonus il y en avaient uniquement sur la version de chez No Colours en 2004, des pistes rehearsal dispensables.

Note donnée au disque :       
vincenzo › dimanche 9 janvier 2011 - 00:09  message privé !

c'est quoi au juste, double LP des inédits ? Tell me je débarque... Mais Inquisition...

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › samedi 8 janvier 2011 - 22:15  message privé !

Hells Headbangers vient de sortir la version digipack de la reedition, absolument superbe ! Sorte de "petite" version du logiquement superbe double LPs sortit un peu plus tot.

Note donnée au disque :       
KRegoR › mardi 30 décembre 2008 - 23:09  message privé !

je ravale tout mon fiel, et je m'incline ...

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › vendredi 3 octobre 2008 - 22:45  message privé !

j'ai quand meme une petite preference pour le suivant, plus digeste peut etre.

Note donnée au disque :