Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTToday Is The Day › In The Eyes Of God

Today Is The Day › In The Eyes Of God

cd • 20 titres • 50:49 min

  • 1In The Eyes Of God03:11
  • 2Going To Hell07:09
  • 3Spotting A Unicorn01:21
  • 4Possession01:03
  • 5The Color Of Psychic Power02:06
  • 6Mayari03:22
  • 7Soldier Of Fortune01:51
  • 8Bionic Cock01:54
  • 9Argali02:14
  • 10Afterlife01:47
  • 11Himself01:40
  • 12Daddy01:14
  • 13Who Is The Black Angel?01:27
  • 14Martial Law02:32
  • 15False Reality02:37
  • 16The Russian Child Porn Ballet01:37
  • 17The Cold Harshness Of Being Wrong Throughout Your Entire Life01:44
  • 18Honor02:18
  • 19Worn Out00:57
  • 20There Is No End08:45

enregistrement

Produit, enregistré et mixé par Steve Austin à Austin Enterprise, Clinton, Massachusetts, 1999. Masterisé par Steve Austin au M Works, Cambridge, Massachusetts, 1999.

line up

Steve Austin (voix, guitare), Brann Dailor (batterie), Bill Kelliher (basse)

remarques

Édition CD et vinyle. Réédition CD en 2010, remasterisée, avec un DVD bonus.

chronique

Pas mal de reverb, une ambiance toujours aussi sulfureuse, un Steve Austin aux égosillements toujours aussi androgynes, effet voix démultipliées, tapis de cendres de riffs recouverts de solos de guitare ultra-crispants très moches, le maître d'œuvre qui manipule toujours les textures les plus malsaines possibles pour ciseler ce son corrosif unique qui démarque Today Is The Day de tous les autres groupes, avec une gamme de samples digne d'un Neurosis (période Souls At Zero / Enemy Of The Sun s'il vous plaît)... Pour sûr, on a vu pire... Mais tout ça ne distingue pas des masses In The Eyes Of God des autres Today Is The Day, pas plus que le final avec un feeling plus Robert Fripp que nature (je suis chiant mais je réalise de plus en plus combien Austin est beaucoup plus proche de Bob qu'il ne l'est de n'importe métalleux ou coreux de sa génération) et une piste cachée tribale-SF du plus bel effet. La différence ici, c'est surtout la présence de Brann Dailor. Le batteur-pieuvre contribue pas mal au charme instable et déstabilisant de la chose, il faut bien le dire. All-Brann en fout un peu partout (écouté au casque à volume adulte on ressort un peu avec le cerveau en gruau), il y a au rayon bon goût une chanson sur un pénis bionique, des intitulés de plus en plus inspirés pour des morceaux succincts mais très bourratifs ("The Cold Harshness of Being Wrong Throughout Your Entire Life")... mais je dois l'avouer : In The Eyes Of God est, de tous leurs albums de Today Is The Day sortis dans les 90's, celui que je ressors le moins. Avec le recul je réalise qu'il a un peu le séant entre les quatre albums qui le précèdent et les trois qui suivent, sans avoir le son plus massif de Kiss The Pig ou la pleine ambiance déprimante de Temple ou de l'éponyme... Il me casse un peu les couilles, c'est vrai aussi... En fait je me rends compte que je ne l'écoute plus du tout, et j'ai dû me forcer à le ressortir pour vérifier si j'avais des choses à en dire, mais ça n'a pas été aussi horrible que je l'imaginais... Ce qui ne veut pas dire que ça a été agréable non plus... Today Is The Day est aussi, à sa façon, un authentique groupe de jazz-metal... Et In The Eyes Of God a quelque chose d'un peu frustrant pour un Today Is The Day. Je pourrais lui mettre trois... je pourrais lui mettre cinq... mais non, je crois que je vais plutôt lui mettre quatre.

note       Publiée le lundi 14 mars 2016

chronique

Elle est pas belle cette pochette ? « Dans les yeux de Dieu » illustré par un homme à cornes, énucléé, avec au fond un tourbillon rouge tout droit sorti de Baldur’s Gate. Yeurk… Steve Austin, l’homme qui n’a pas forcément bon goût tout le temps, ça, on va bien le sentir tout au long de sa discographie. Ici il s’est entouré de deux personnes ayant gagné la cagnotte tapis vert du metal, alias le guitariste, à la basse dans les eyes of ze god et le fameux batteur du futur pas encore né Mastodon. Évidemment, celui qui va le plus sauter aux oreilles c’est l’octopus Brann Dailor, l’Imanol Haridornoquy des roulements de toms, le gars ayant une frappe reconnaissable dès les premières notes… et heureusement qu’il est là, car, je vous le dis, cet album est loin d’être mon préféré dans la longue discographie de Today Is the Day… il y a comme une inertie, une force plastique formatée derrière cette débauche de moyens, de virilité, de gros riffs mi hardcore mi metal extrêmiste… « suck my bionic cock » ! C’est lui même qui le dit ! Et ouais, c’est luisant et glacé comme un pochette Relapsemoche cet album… avec quoi je pourrais comparer In the Eyes of God pour vous faire comprendre mon ennui à son écoute ? Un jour sans pain ? Une brioche sans pralines ? Un François sans Hollande, une Hollande sans Français ? Ou bien, et c’est ce que je me dis depuis longtemps, un Mastodon de trop dans ce Today Is the Day. Comme si les apprentis prog metal casserole avait envouté notre pauvre Steve en lui chopant les yeux. Car le Dieu dans Today Is the Day c’est Steve Austin, oh ! Pas touche ! Je pense que mon avis est bien sûr biaisé, cette chronique n’est pas écrite par mon double sous forme de télécommande, non. Cet avis est juste fortement imprégné de mon aversion de Mastodon, de leur approche amaigrissante du metal se voulant le plus puissant possible, mais avec plus aucun danger, plus aucune bizarrerie. Y a pas de malaise là-dedans, c’est trop… bien fait, lisse, malgré quelques moments de furie trèèèès bien joués : cette musique est trop belle pour toi, et il a beau gueuler en répétant tout en se tapant la tête dans le micro, ça ne suffit pas à rompre le charme. Heureusement, j’ai l’impression que par delà les océans le côté gauche ou droit du cerveau du Maitre a reçu mes ondes négatives, déjà dans l’album « Live Till You Die » où seront ressortis ces morceaux sublimés par des interprétations cracra en concert… voilà ce qu’il fallait à ce God : une brouette de saletés déversée sur la tête, alors que la promotion de l’album tape encore et toujours sur la supposée concentration à 100% de haine qui serait présente dans les sillons lasers de cet album. Mouais… mais moi il ne me fait pas peur ! Ramène toi espèce de faux bouc ! Je te boufferai ton quatre heures dans trois heures… après m’être mangé les doigts en apéro tout en écoutant Sadness Will Prevail pour me regonfler !

note       Publiée le lundi 14 mars 2016

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "In The Eyes Of God".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In The Eyes Of God".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In The Eyes Of God".

torquemada › mardi 15 mars 2016 - 20:35  message privé !

Jamais réussi non plus.

Dun23 › mardi 15 mars 2016 - 18:17  message privé !

Mouais. Je n'aime pas le son général et du coup, je suis pas entré du tout dans l'album. Malgré la présence de 2 Mastodon...

born to gulo › lundi 14 mars 2016 - 12:08  message privé !

Il y a effectivement un petit air d'Imanol, physiquement...

Note donnée au disque :